Le Chant du Gros
 08.09.2019, 05:30

Amoureux Marc Lavoine, adorable Roger Hodgson et adulé Gims, les temps du samedi au Chant du Gros

chargement
1/58  

Musique La 28e édition du Chant du Gros s'est terminée ce samedi. Les concerts de Marc Lavoine, Roger Hodgson et Gims étaient notamment très attendus.

L’amour avec un grand «A»

Marc Lavoine a chanté l’amour avec un grand «A» ce samedi soir au Chant du Gros. «Rue des Acacias», «Dis-moi que l’amour», «Toi mon amour» et enfin «Parking des Anges» puis «Elle a Les Yeux Revolver», le Français a enchaîné les titres, entouré d’un guitariste, un bassiste, un batteur et un claviériste.

Il a en outre chanté plusieurs morceaux initialement enregistrés en duo comme «Bascule avec moi» (1985), interprété avec Catherine Ringer ou «J’ai tout oublié» (2001) sussuré avec Cristina Marocco.

Taquin, le chanteur s’est approprié le poème de Paul Verlaine «Chanson d’automne» en introduction du titre «Le Pont Mirabeau (Guillaume Apollinaire)». La blague n’a pas forcément parlé à tout le public. «Si un chameau peut travailler cinq jours sans boire, un homme peut boire cinq jours sans travailler», punchline balancée pour présenter «Je Descends du Singe», a fait sourire davantage de festivaliers.

Marc Lavoine a fait chanter son public. Photo: Bernard Python

Roger Hodgson 

Roger Hodgson a mis tout le monde d’accord sur la Sainte Scène. Avec gentillesse et simplicité, celui qui fut la voix et le principal compositeur de Supertramp a égrené quelques-unes des chansons qu’il a écrite au fil de près de 50 ans de carrière. «Take the long way home», «School», «Breakfest in America» ou «Logical Song» pour la période Supertramp, ainsi que des morceaux écrits plus tard comme «Child of Vision» ou le superbe «Death or a zoo».

«Bonsouâ, vous allez bien?», a demandé le musicien avec un accent anglais des plus charmants. «Je me souviens que l’audience, la dernière fois, chantait beaucoup. Vous voulez chanter aussi?» Un hurlement de la foule a fait clairement comprendre que oui, le public voulait bien chanter.

C’est tout sourire que le Britannique est monté sur scène. Photo: Bernard Python

Le «Chant du» a trouvé son maître

C’est à l’unisson avec son public que Gims a donné son concert ce samedi sur la Sainte Scène. L’ancien maître a démarré très fort avec son tube «Sapés comme jamais» avant d’enchaîner les titres issus de ses trois albums solo «Subliminal» «Mon cœur avait raison» et «Ceinture noire».

Entre rythmes latinos, basses saturées dignes d’une boîte de nuit et cette voix au lyrisme venu d’un autre univers, le chanteur né à Kinshasa (République démocratique du Congo) a livré une performance toute en puissance. Sans jamais retirer ses lunettes du bout de son nez.

Photo: Bernard Python


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MusiqueAu fil du «Chant du»: le festival a accueilli 40’000 personnesAu fil du «Chant du»: le festival a accueilli 40’000 personnes

InterviewMass Hysteria au Chant du Gros: "La musique, c’est comme un grand repas de famille"Mass Hysteria au Chant du Gros: "La musique, c’est comme un grand repas de famille"

FestivalChant du Gros: Gims, maître de la pop urbaineChant du Gros: Gims, maître de la pop urbaine

Top