L'industrie 4.0 à Neuchâtel
 08.09.2018, 10:04

Le géant de la montre de seconde main débarque à Neuchâtel

Premium
chargement
Agnès Chaboudez (g.), coordinatrice marketing, et Susanne Hurni, vice-présidente marketing de Watchbox Switzerland. christian galley

Plateforme Watchbox achète et vend l’horlogerie mécanique de seconde main. Avec l’ouverture d’un «lounge» en Suisse, la marque s’apprête à bousculer l’horlogerie chez elle.

Adieu la montre d’occasion, bonjour le «pre-owned», le «pré-possédé». Watchbox, créée en 2017 à Philadelphie (Etats-Unis), est une plateforme d’achat, vente et échange de montres de seconde main en ligne. Après Hong Kong, elle ouvre son deuxième «lounge» en dehors des Etats-Unis, à Neuchâtel, fin septembre.

Ni boutique, ni bureau, l’immense appartement de la Promenade-Noire 5, avec...

À lire aussi...

BCN«La digitalisation va modifier les  modèles d’affaires de l’industrie»«La digitalisation va modifier les  modèles d’affaires de l’industrie»

HorlogerieLa Commission de la concurrence renonce à enquêter sur le service après vente des montresLa Commission de la concurrence renonce à enquêter sur le service après vente des montres

COMMERCEL’horlogerie se vend mal dans la régionL’horlogerie se vend mal dans la région

HorlogerieTrois talents de l'horlogerie distingués par le Prix Gaïa 2018Trois talents de l'horlogerie distingués par le Prix Gaïa 2018

Top