L’Hôpital neuchâtelois
 05.09.2018, 08:22

Trois directions, un seul conseil d’administration: ce que prévoit le plan B pour la réforme hospitalière neuchâteloise

chargement
Les hôpitaux de La Chaux-de-Fonds, à gauche, et Pourtalès doivent être chapeautés chacun par leur SA.

 05.09.2018, 08:22 Trois directions, un seul conseil d’administration: ce que prévoit le plan B pour la réforme hospitalière neuchâteloise

Hopitaux La commission santé préconise trois directions de site et un seul conseil d’administration, à l’image de ce qui se fait pour les lycées du canton de Neuchâtel. La santé reste en mains publiques.

La commission santé du Grand Conseil neuchâtelois a présenté ce mercredi matin devant la presse ses propositions pour mettre en place le projet de loi sur les hôpitaux publics. «Une démarche inédite», comme l’a rappelé son président Jean-Frédéric de Montmollin, non sans rappeler la complexité de la tâche. «Mais nous nous sommes entendus à la quasi-unanimité», se félicite-t-il. «Il reste en effet peu de choses du projet de loi du Conseil d’Etat», a-t-il admis.

Se félicitant de la quasi-unanimité de ses membres, la commission santé, qui a créé une sous-commission  parmi les siens pour trouver un compromis acceptable, a misé sur le maintien autonome de droit public comme structure juridique, rappelant sa volonté très forte de «conserver la santé en mains publiques». Des directions de sites, renforcées dans leurs compétences, seront mises en place sur chaque site, et régies par un conseil d’administration unique, lui-même «amené à négocier avec le Conseil d’Etat», comme l’indique le rapport. «Et ça n’est pas forcément le modèle qui coûte le plus cher», a-t-il tranché.

«Ce qui existe déjà dans le canton»

«Nous nous inspirons de ce qui existe déjà dans le canton», a expliqué le député vert Patrick Herrmann. «Les lycées neuchâtelois fonctionnent ainsi: des directions opérationnelles fortes et un conseil d’administration unique.» La commission santé souligne que ses propositions limitent le nombre d’échelons décisionnels et incite à collaborer entre sites. «Il s’agira de parler de réseau», a rappelé Jean-Frédéric de Montmollin.

Le projet se concentre sur l’organisation des sites de soins aigus, avec la répartition de ses missions. Le projet prévoit donc de rattacher provisoirement les antennes de réadaptation et de soins palliatifs aux sites de soins aigus. Il se penchera sur leur avenir dans un second temps, une fois les principales bases de l’initiative mises en œuvre.

Processus de consultation

Véritable pomme de discorde, les coûts de cette réforme hospitalière. «Vous resterez sur votre faim pour les éléments chiffrés», a lancé le député Didier Boillat à l’attention des médias, non sans rappeler que le volonté de travailler sur un modèle alternatif était liée au problème des coûts.  

"Nous allons désormais mener un processus de consultation des intéressés, conseil d’Etat dans son intégralité compris, la direction de l’HNe, les groupes politiques, les communes qui ont un site hospitalier, l’association des communes neuchâteloises, la Société neuchâteloise de médecine et l’Association suisse des infirmiers. Ils seront ensuite appelés à nous faire part de leurs remarques avant al fin du mois de septembre. Car nous avons l’ambition de soumettre ce rapport au Grand conseil avant la fin de l’année.


À lire aussi...

SantéDeux sociétés anonymes de service public pour mettre en oeuvre l'initiative "H+H"Deux sociétés anonymes de service public pour mettre en oeuvre l'initiative "H+H"

EnquêteHôpitaux: le plan B qui peut tout changerHôpitaux: le plan B qui peut tout changer

Top