L'air du temps
 12.07.2019, 05:30

«Une fête d’enfer», l’air du temps de Vicky Huguelet

chargement
«Une fête d’enfer», l’air du temps de Vicky Huguelet

Chronique Découvrez la chronique «Air du temps» de Vicky Huguelet

Démentiel. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit pour décrire le Hellfest, l’un des plus gros festivals de metal d’Europe. Fin juin, durant quatre jours, plus de 200’000 passionnés ont envahi la commune française de Clisson, près de Nantes, comptant environ 7000 habitants. Avec un chiffre d’affaires de plus de 27 millions d’euros, plus de 3000 bénévoles, quelque 15 hectares dédiés aux concerts (plus de 50 hectares avec les campings et parkings), 6 scènes et environ 160 groupes, le Hellfest est une énorme machine.

Malgré tout, j’ai eu l’impression d’assister aux concerts en famille. L’ambiance est bon enfant, les discussions spontanées et sympathiques, les bénévoles et employés aux petits soins. Sans oublier que l’organisation prône des valeurs essentielles, tel que le respect des femmes (qui représentent à peine 20% du public) et l’écologie. Résultat: les femmes se sentent libres de s’habiller comme elles veulent sans risquer de se faire agresser ou déranger. Et les sols ne doivent supporter quasiment aucun déchet.

Le respect qui règne en ces lieux reflète celui que porte le comité à ses festivaliers. Car le Hellfest est un événement créé «par des fans, pour des fans». Pas question, donc, d’en faire une machine à fric: l’association qui gère le Hellfest réinvestit pour le bonheur des metalleux. Une leçon que certains organisateurs d’événements feraient bien de suivre…


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MusiqueLes Chaux-de-Fonniers de Coilguns joueront au HellfestLes Chaux-de-Fonniers de Coilguns joueront au Hellfest

Top