L'air du temps
 11.07.2019, 05:30

«Les faisans de la farce», l’air du temps de Nicolas Heiniger

chargement
«Les faisans de la farce», l’air du temps de Nicolas Heiniger

Chronique Découvrez la chronique «Air du temps» de Nicolas Heiniger.

Sale temps pour les créatures à plumes. Comme pour leurs congénères à poils, à écailles ou à antennes d’ailleurs. On le sait, la biodiversité est en chute libre partout sur la planète et les seules espèces animales qui se portent bien sont celles destinées à finir dans notre assiette.

Les oiseaux, donc. Deux études sorties l’an dernier ont montré qu’en France, leurs populations ont diminué de près d’un tiers entre 1989 et 2017. La faute notamment à l’agriculture intensive, qui détruit leurs habitats et flingue à coups de pesticides leur nourriture, les insectes.

Heureusement, de belles initiatives existent. Comme en Ile-de-France, où la région vient de voter un crédit de 57’000 euros pour le renforcement des populations de faisans. Un geste noble et désintéressé qui… Ah non, un instant. Il paraît que les écolos, décidément jamais contents, râlent de nouveau. Tout ça parce que cette subvention est versée non pas à une organisation de protection de l’environnement, mais à la fédération régionale des chasseurs.

Certains esprits chagrins objectent que le faisan figure certes sur la liste rouge des espèces menacées, mais dans la catégorie «préoccupations mineures». La situation d’autres espèces est largement plus critique. Ces mêmes empêcheurs de chasser en rond font remarquer que si le but des chasseurs est de protéger l’avifaune, ils pourraient commencer par ne pas la dézinguer à tout va. Parce que l’an dernier en France, les disciples de Saint-Hubert ont quand même tiré trois millions de ces volatiles. Qui a parlé des faisans de la farce?


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top