Jeux Olympiques de Rio 2016
  14.09.2016, 14:34

Paralympiques: les athlètes handicapés adeptes du "boosting" se blessent volontairement pour se doper

chargement
Connu dans le milieu des athlètes handicapés, le "boosting" a été surveillé de très près par les organisateurs à Rio (illustration).

glauque Le dopage n'est pas réservé aux athlètes valides. Durant les Paralympiques de Rio, plusieurs sportifs ont déjà été suspendus pour avoir été contrôlés positifs. Toute la délégation russe avait même été privée de Jeux. Mais ici, une pratique réservée aux champions touchés par une lésion de la moelle épinière est surveillée de près. Ça s'appelle le "boosting" et ça consiste à s'automutiler pour augmenter la pression sanguine dans l'organisme.

Aucun cas n'a, pour l'heure, été officiellement dévoilé par les organisateurs des Paralympiques de Rio, mais l'ombre du dopage plane aussi sur la compétition réservées aux athlètes handicapés. 

Ici aussi, comme chez les valides, la tentation d'utiliser des anabolisants, de l'EPO ou des hormones de croissance existe. Et ce, même si les enjeux financiers ne sont dans la plupart des cas pas comparables. 

Tous les athlètes de la délégation russe ont d'ailleurs été privés de Jeux, à titre préventif, par le Comité international olympique.

 

Mais les athlètes handicapés dispose d'un type de dopage qui leur est spécifique. On appelle ça le "boosting" et ça consiste, pour faire court, à s'automutiler pour augmenter la pression sanguine dans l'organisme.

Cela concerne principalement les athlètes atteints d'une lésion à la moelle épinière, précise Le Monde. En se cassant un orteil, en s'écrasant les testicules ou en s'infligeant un choc électrique, ils provoquent un violent afflux sanguin qui augmente la pression artérielle et donc, le rythme cardiaque. Leur organisme est ainsi mieux préparer à affronter un important effort physique. "Le boosting met les athlètes dans un état de surexcitation qui leur permet de rentrer dans l'effort de façon plus facile", précise Olivier Rabin, l'un des responsables de l'Agence mondiale antidopage. Les performances seraient améliorées de 5 à 15%, un "plus" similaire à ce que peut amener un produit dopant classique.

Une question de pression sanguine

Si ce type de dopage est principalement pratiqué par les sportifs en fauteuil roulant, c'est évidemment que l'automutilation sur les members paralysés ne provoque aucune douleur, mais aussi parce qu'ils souffrent, pour la plupart, de problèmes de pression sanguine et de rythme cardiaque, rappelle SciencePost. Dès lors, en plein effort, ils ne sentent pas forcément leurs pulsations prendre l'ascenseur, ils manquent d'endurance et se fatiguent plus vite. 

Les techniques sont variées, mais elles font froid dans le dos: os fracturés, chocs électriques, saignées, garrots, écrasement des testicules. Certains vont même jusqu'à bloquer leur sonde urinaire pour distendre leur vessie. Selon France TV, 17% des sportifs handicapés reconnaissent avoir déjà pratiqué l'automutilation. 

Dangereux

Des pratiques qui ne sont pas sans danger pour la Santé de ces sportifs. Le docteur Phlippe Ghestem, chargé de ce dossier à la fédération française de handisport, assure que la pression sanguine de chaque athlète est vérifiée avant chaque compétition. "S'ils ont une tension trop élevée, on peut leur interdire la compétition. Il y a un risque de rupture d'anévrisme, de complications rénales ou oculaires. Toute plaie chez un paraplégique peut conduire à l'amputation." Le médecin de la délégation française à Rio ajoute même que la brusque augmentation de la pression artérielle augmente le risque d'attaque cérébrale ou cardiaque. 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Jeux paralympiquesJeux paralympiques: Marcel Hug remporte une deuxième médaille d'argentJeux paralympiques: Marcel Hug remporte une deuxième médaille d'argent

2e médaille d'argent pour Marcel Hug

La Suisse remporte une seconde médaille aux Jeux Paralymiques de Rio. Marcel Hug a encore décroché l'argent, sur le...

  14.09.2016 09:08

incroyableParalympiques de Rio: les 4 premiers du 1500 m plus rapides que le champion olympique valideParalympiques de Rio: les 4 premiers du 1500 m plus rapides que le champion olympique valide

JEUX PARALYMPIQUESJeux paralympiques: record d'affluence samedi à Rio de Janeiro selon l'IPCJeux paralympiques: record d'affluence samedi à Rio de Janeiro selon l'IPC

VictoireParalympiques de Rio: la Belge Marieke Vervoort en argentParalympiques de Rio: la Belge Marieke Vervoort en argent

tennisJeux paralympiques de Rio: la réponse pleine d’humour d’un athlète à un journalisteJeux paralympiques de Rio: la réponse pleine d’humour d’un athlète à un journaliste

Top