Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018
 02.01.2018, 10:39

JO 2018: Séoul répond à la main tendue de Pyongyang

chargement
Kim Jong-Un s'est servi de son message à la nation du Nouvel-An pour faire une ouverture en direction du Sud en expliquant que Pyongyang pourrait participer aux Jeux de PyeongChang.

JO d'hiver de PyeongChang Après le souhait évoqué lundi par Kim Jong-Un de participer aux JO d'hiver en Corée du sud, Séoul propose mardi d'en discuter le 9 janvier.

Séoul a proposé mardi de tenir des discussions à un haut niveau avec Pyongyang le 9 janvier. Cette initiative intervient après la main tendue de Kim Jong-Un, qui a appelé à une amélioration des relations bilatérales et évoqué une participation aux JO d'hiver en Corée du sud.

Le dirigeant nord-coréen s'est servi de son adresse à la nation du Nouvel-An pour répéter que son pays était un Etat nucléaire à part entière, avertissant qu'il avait en permanence à sa portée le "bouton nucléaire". Mais parallèlement, il a fait une ouverture en direction du Sud en expliquant que Pyongyang pourrait participer aux Jeux de PyeongChang.

 

>> Lire aussi: "Le bouton nucléaire est toujours sur mon bureau", dit Kim Jong-un

 

Le ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-Gyon a expliqué lors d'un point presse que Séoul "réitérait sa volonté d'organiser des discussions avec le Nord à tout moment, dans n'importe quel lieu et sous n'importe quelle forme".

"Nous espérons que le Sud et le Nord pourront s'asseoir face à face pour discuter de la participation de la Corée du Nord aux jeux de PyeongChang de même que d'autres questions d'intérêt mutuel pour l'amélioration des relations intercoréennes", a-t-il ajouté.

Depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53), les deux Etats rivaux sont séparés par la Zone démilitarisée (DMZ), une des frontières les plus fortement armées du monde. Les derniers pourparlers bilatéraux remontent à 2015.

Jeux à 80 km de la frontière

Le Nord a semé l'inquiétude au sein de la communauté internationale en multipliant les tirs de missiles et en menant en septembre son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour.

Pyongyang soutient avoir besoin d'armes nucléaires pour se protéger de l'hostilité de Washington alors que M. Kim et le président américain Donald Trump échangent insultes et menaces. Pyongyang, qui cherche à mettre au point une tête nucléaire capable de frapper le territoire continental américain, a essuyé de multiples trains de sanctions de l'ONU. Mais le Nord ne montre aucun signe de vouloir revoir ses ambitions militaires.

Les commentaires de M. Kim sont la première indication de la volonté du Nord de participer aux Jeux d'hiver, qui se tiennent du 9 au 25 février.

Les principales épreuves de la compétition sportive se tiendront à tout juste 80 km de la zone frontalière entre les deux Corées. Ces derniers mois, les tensions croissantes sur la péninsule ont fait de l'ombre à l'événement sportif.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiqueCorée du Nord: la Suisse renforce ses sanctions contre PyongyangCorée du Nord: la Suisse renforce ses sanctions contre Pyongyang

Corée du NordPéninsule coréenne: un soldat fait défection vers le SudPéninsule coréenne: un soldat fait défection vers le Sud

Péninsule coréenneÉtats-Unis - Rex Tillerson: "Nous ne voulons pas la guerre avec la Corée du Nord"États-Unis - Rex Tillerson: "Nous ne voulons pas la guerre avec la Corée du Nord"

Top