Festi’neuch
 14.06.2019, 19:01

Les femmes se mobilisent aussi à Festi’neuch

chargement
1/25  

Egalité Quelque 150 personnes se sont réunies à 15h24 à Festi’neuch ce vendredi 14 juin, jour de grève des femmes. Le rassemblement a été rythmé par deux moments musicaux de circonstances.

Il est 15h24 au Phare de Festi’neuch ce vendredi 14 juin. Sous la tente, près de 150 femmes, bénévoles, organisatrices ou musiciennes, ont choisi de se réunir en cette journée de grève. Des pin’s violets brillent sur les débardeurs.

Le moment n’a pas été choisi au hasard: 15h24, c’est l’heure à laquelle les femmes, en moyenne, commencent à travailler pour beurre, en comparaison avec leurs collègues masculins. Quelques hommes ont d’ailleurs fait le déplacement.

Inégalité salariale, violences, discriminations, précarité, difficultés à allier vie privée et vie professionnelle, pour toutes ces raisons, «Festi’neuch soutient la lutte pour le droit des femmes», fait savoir Aude Ratzé, membre de l’organisation.

Presque à parité

La grève a été l’occasion pour le festival de faire un état des lieux de la parité au sein de ses équipes. Le résultat, affiché en grand sur des pancartes: en additionnant les 1700 bénévoles et le comité, on atteint 49,8% de femmes.

Elles sont même majoritaires dans certains secteurs comme la communication et le marketing (61%), l’administration et les finances (64%) ou la sécurité et l’accueil (52%). Les hommes sont par contre en nombre dans les secteurs infrastructure (64%) et accueil des bénévoles (69%). Les artistes féminines restent par contre largement en minorité sur l’affiche du festival: une dizaine sur la quarantaine de formations programmée.

«Respect»

Parmi elles, on trouve Emilie Zoé, Afra Kane et Pauline Maurer. Toutes les deux sont montées sur la petite scène installée au Phare ce 14 juin pour deux titres de circonstances: «Girls» et «Respect», l’hymne d’Aretha Franklin.

Pour Jilian Blandenier, membre du collectif neuchâtelois pour la grève féminine, voir un événement comme Festi’neuch se positionner en faveur des droits des femmes a quelque chose de «rassurant, revigorant, émouvant même», commente-t-elle. «C’est la preuve que le discours sur ces questions est en train de changer dans l’espace public.»


Emilie Zoé est montée sur scène deux titres de circonstance. Photo: Bernard Python   


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EgalitéDu bruit en guise de solidarité avec d’autres femmes neuchâteloisesDu bruit en guise de solidarité avec d’autres femmes neuchâteloises

EditorialGrève des femmes: 28 ans pour quoi?Grève des femmes: 28 ans pour quoi?

MusiqueRevivez la 19e édition de Festi'neuchRevivez la 19e édition de Festi'neuch

Top