Euro 2016

Euro 2016: l'Albanie jouera avec ses qualités défensives contre la Suisse

chargement

Adversaire Lutter ensemble et de façon organisée pour mieux contrer: tel sera le plan de l'Albanie samedi à Lens contre l'équipe de Suisse. Décryptage du premier adversaire qu'affrontera la sélection de Vladimir Petkovic à l'Euro 2016.

  10.06.2016, 11:53
Gianni De Biasi, le sélectionneur de l'Albanie a fait des miracles depuis son entrée en fonction en 2011.

Avant cette phase finale, l'Albanie avait pris part à onze éliminatoires, ne terminant à dix reprises pas mieux... qu'avant-dernière de sa poule (une fois cinquième sur sept). A la lumière de ce chiffre, on comprend mieux l'immense cote de popularité dont jouit Gianni de Biasi. Le sélectionneur italien est - parallèlement au bon travail de formation de... l'ASF - le grand artisan de l'intrusion des Kuq e Zinjte à la table des grands.

Le parcours de l'Albanie durant les éliminatoires de l'Euro

 

Inutile de chercher une star dans le contingent albanais, le groupe en est dépourvu. Inutile également d'essayer de pointer le principal danger de l'équipe, le secteur offensif ne renfermant pas, lui non plus, ce fameux "tueur" qui décide de l'issue des rencontres. Mais alors quoi ? La troupe de de Biasi serait-elle à ce point désarmée ?

Bien sûr que non. La force des Kuq e Zinjte tient en deux principes: engagement total et organisation maîtrisée. Articulée en un 4-5-1 modulable (qui passe facilement à un 4-1-4-1 ou un 4-3-3), l'Albanie est une équipe de contre qui compte sur le Bâlois Taulant Xhaka pour transpercer les lignes adverses box to box et sur l'ancien Zurichois Amir Abrashi, son meneur de jeu, pour orienter rapidement la manoeuvre vers l'avant.

Le groupe des 23 Albanais pour l'Euro

 

 

Devant, justement, la qualité manque. En sept matches qualificatifs, l'aigle bicéphale n'a marqué que six buts, par cinq joueurs différents (le sixième a été un autogoal). Elle est restée muette quatre fois sur sept sorties.

A l'inverse, le bloc compact, solidaire et équilibré façonné par de Biasi n'a encaissé que cinq buts, dont aucun à l'extérieur ! Le portier de la Fiorentina Etrit Berisha - un des trois joueurs majeurs de l'Albanie - y est pour beaucoup, ayant traversé les éliminatoires sans erreur majeure à son passif.

Lorik Cana, le capitaine de l'Albanie

 

Les deux autres pièces essentielles du dispositif sont le capitaine et défenseur central Lorik Cana, premier relanceur et cerveau d'une arrière-garde protégée par la sentinelle du FCZ Burim Kukeli, ainsi que le latéral droit Elseid Hysaj. Le pendant albanais de Stephan Lichtsteiner, capable à 22 ans de multiplier les chevauchées, doté d'une bonne pointe de vitesse ainsi que d'une patte performante sur les centres et les balles arrêtées, a beaucoup progressé depuis son transfert d'Empoli vers Naples.

Mais le football prôné par de Biasi est vorace en énergie et l'Albanie connaît ainsi souvent des fins de rencontres compliquées, tant sur le plan physique que mental, la fatigue ayant plusieurs fois contribué à lui faire perdre sa lucidité et, donc, plus facilement ses nerfs aussi.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AdversaireEuro 2016: l'Albanie en quelques chiffresEuro 2016: l'Albanie en quelques chiffres

Top