Euro 2016

Euro 2016: Allemagne-Italie, un choc indécis

chargement

Euro 2016 Jamais l'Allemagne n'a pris le dessus sur l'Italie dans un tournoi majeur, mais quand ces deux mastodontes et leurs quatre Coupes du Monde chacun se croisent, les statistiques et "les mots ne servent à rien", résume le milieu de la Nazionale Alessandro Florenzi. Le choc des quarts de finale de l'Euro, c'est samedi à Bordeaux (21h00).

  01.07.2016, 15:30
L'Italie et l'Allemagne s'étaient séparés sur un score nul lors d'un match amical en 2013. Samedi, il y aura un vainqueur en quart de finale.

"Pourquoi devrais-je être traumatisé par l'Italie ?", s'est ainsi emporté Toni Kroos, quand un journaliste a évoqué l'invincibilité italienne qui dure depuis huit matchs.

"Moi, je les ai battus en demi-finale de l'Euro Espoirs 2009, donc mon bilan contre eux est équilibré", a répondu plus diplomatiquement Mats Hummels. Un discours que pourraient reprendre Manuel Neuer, Jerome Boateng, Mesut Özil et Benedikt Höwedes, eux aussi présents ce jour-là.

Côté Azzurri, on voit également très bien le danger qu'il y aurait à se reposer sur ce bilan flatteur en confrontations directes. "On ne se prépare pas en disant: On a gagné celui d'avant, on gagnera le suivant, ça passe par tout le travail", a averti Florenzi.

"On a regardé des vidéos comme on l'a toujours fait, nous chercherons les défauts de cette équipe, qui en a peu. On y travaille, on cherchera. Les mots ne servent à rien, seulement les faits sur le terrain", insiste-t-il.

"Les faits parlent pour eux, ils sont champions du monde, ils gagnent plein de matchs, ils ont confiance", ajoute Florenzi, combattif: "nous, la confiance on la conquiert petit à petit, match après match, entraînement après entraînement".

Vainqueurs très convaincants du tenant du titre espagnol au tour précédent, la Nazionale arrive lancée malgré l'absence certaine de Thiago Motta, suspendu, et le poker menteur autour de Daniele De Rossi, incertain.

Côté allemand, tout le monde est à la disposition du sélectionneur Joachim Löw, et les spéculations vont bon train sur un éventuel "coup" tactique qui verrait l'abandon du 4-5-1 pour un 3-3-3-1 aligné lors de l'amical remporté 4-1 en mars contre la Nazionale.

L'équipe d'Italie d'Antonio Conte n'ayant plus des individualités du calibre de Pirlo, la nécessité de s'adapter à son jeu semble cependant moins pressante pour la Mannschaft.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Pologne - PortugalEuro 2016: la toile se lâche sur le supporter intrusif suisse du match Pologne - PortugalEuro 2016: la toile se lâche sur le supporter intrusif suisse du match Pologne - Portugal

ItalieEuro 2016: le sélectionneur italien Antonio Conte ne tient pas en placeEuro 2016: le sélectionneur italien Antonio Conte ne tient pas en place

Euro 2016Euro 2016: l'Italie élimine l'Espagne (2-0) et rencontrera l'Allemagne en quarts de finaleEuro 2016: l'Italie élimine l'Espagne (2-0) et rencontrera l'Allemagne en quarts de finale

Top