Elections fédérales 2019
 28.06.2019, 17:01

Les ambitions réalistes de la gauche neuchâteloise

chargement
Les conseillers nationaux Philippe Bauer, Denis de la Reussille et Raymond Clottu, de gauche à droite.

Politique Le PS neuchâtelois relaie les ambitions du parti national de renverser la majorité à l’issue des élections fédérales. C’est peu réaliste en ce qui concerne la députation cantonale, concèdent des candidats des autres partis de gauche.

La gauche neuchâteloise part unie aux élections fédérales d’octobre prochain. Cela doit lui permettre de gagner un troisième siège au Conseil national, au détriment de la droite. Assumées dans un communiqué, ces ambitions ont été modérées, vendredi, lors d’une conférence de presse.

Président du Parti socialiste, Christian Levrat avait affiché la couleur: l’objectif est de renverser la majorité de droite au parlement fédéral. «Notre force, c’est d’être apparentés, alors que la droite ne l’est pas», a souligné Florence Nater, présidente des socialistes neuchâtelois.

Chez les alliés de gauche, on tempère: «Le canton n’a que quatre élus au Conseil national», a relevé le conseiller national popiste Denis de la Reussille. «Décrocher un troisième siège n’est pas totalement impossible, mais il faut être lucide.» Si le Vert Fabien Fivaz espère «un retour de balancier», il observe qu’au niveau suisse, «c’est dur: nous avons un parlement conservateur et il ne l’a jamais été autant que depuis ces dernières années. Nos élus de droite sont d’ailleurs très conservateurs et pas vraiment en phase avec la droite neuchâteloise.»

Concurrence des Vert’libéraux

Le socialiste Grégory Jaquet veut y croire, à la faveur de thèmes porteurs: «Avec l’urgence climatique, l’égalité et le mauvais bilan de la législature à Berne, les gens vont se mobiliser. Elire deux parlementaires de droite, c’est non seulement de l’immobilisme, mais un retour en arrière.»

Mais les préoccupations environnementales des électeurs ne devraient pas uniquement profiter à la gauche. «Ce qui est dommage, c’est que les Vert’libéraux partent seuls. Ils risquent de tirer des voix climatiques qui seront perdues pour nous», a estimé la Verte Veronika Pantillon. Cela dit, «ils vont aussi tirer quelques voix à la droite».

Une rivale absente

L’enjeu principal, pour la gauche, reste donc inchangé: il s’agit de savoir qui, d’un Vert ou d’un popiste, occupera un fauteuil au Conseil national, l’autre revenant logiquement à un socialiste. On se souvient que la Verte Céline Vara avait, de manière peu diplomatique, revendiqué la place occupée par Denis de la Reussille.

Le Loclois n’a pas voulu rouvrir les hostilités avec sa rivale, qui était absente lors de la présentation aux médias de l’apparentement de la gauche: «Cela fait vingt ans que l’on sait que si l’on veut un siège à la gauche du PS, il faut à la fois une bonne liste Verte et une bonne liste popiste. Les électeurs choisiront.» Avec sagesse encore, Denis de la Reussille a relevé que «nous menons une campagne sur nos projets avant toute chose».

«Le PLR retourne sa veste»

Les candidats présents vendredi ont insisté sur ce qui distinguait la gauche de la droite. «Dans la lutte contre le dérèglement climatique, il n’y a que nous», a affirmé Grégory Jaquet. «La droite n’est pas concernée. Le retournement de veste du PLR est assez cocasse», a rebondi Veronika Pantillon.

Denis de la Reussille a mis en garde contre la volonté du conseiller fédéral Ueli Maurer de «mettre à charge des cantons l’entier des subsides d’assurance maladie». Fabien Fivaz a, lui, évoqué des menaces sur la protection des locataires. Enfin, la socialiste Aurélie Widmer a dénoncé «un mépris pour les femmes en Suisse» et la popiste Derya Dursun a appelé à lutter contre l’homophobie.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Grand ConseilLes députés neuchâtelois s’inquiètent pour le climatLes députés neuchâtelois s’inquiètent pour le climat

Elections fédéralesLa gauche neuchâteloise devrait partir unie pour les FédéralesLa gauche neuchâteloise devrait partir unie pour les Fédérales

Top