Elections fédérales 2019 vues de Neuchâtel
 08.10.2019, 17:00

Faut-il davantage libéraliser le secteur agricole?

chargement
L'agriculture suisse est en partie subventionnée. Faudrait-il changer les règles?

Élections fédérales Dans le cadre de la campagne pour les élections fédérales du dimanche 20 octobre, nous avons demandé à certains candidats en lice dans le canton de Neuchâtel de s’exprimer sur des questions de politique nationale. Sept face-à-face sont programmés d’ici au mercredi 16 octobre. Aujourd’hui, nous évoquons la libéralisation du secteur agricole. Maxime Auchlin (Jeunes Vert’libéraux) et Veronika Pantillon (Les Verts) en débattent.

Maxime Auchlin (PVL): «Oui, Plus d’ouverture mais avec davantage de transparence»

Oui, mais… Nous importons plus de 50% des denrées alimentaires que nous consommons, et cela au prix fort à cause des taxes à l’importation: un surcoût de 2500 francs par an pour les ménages. Les Vert’libéraux soutiennent donc une ouverture progressive du marché, mais pas à n’importe quel prix.

La libéralisation du secteur agricole peut être une opportunité pour la Suisse, pour autant que l’on vise la qualité et une totale transparence sur les conditions de production des denrées, importées ou exportées, par un étiquetage adapté. Et la qualité et la transparence: ce sont avant tout des produits issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement, et régionaux. La Suisse – et en particulier le canton de Neuchâtel – s’illustre dans le monde par le swiss made.

La production agricole peut aussi tendre vers ce but: une production locale bio constitue un véritable label, une sorte de swiss made de l’agriculture. On en veut pour preuve la progression continue du bio en Suisse.

S’il nous est actuellement impossible de rivaliser en termes de prix avec d’autres pays (un morceau de viande aux hormones, issue d’une ferme-usine américaine, sera toujours moins cher que l’équivalent suisse), c’est parce que les coûts environnementaux d’une telle production ne sont pas facturés.

Les Vert’libéraux s’engagent pour des accords de libre-échange qui fixent des règles de production respectueuses de l’environnement et des droits humains. Au final, c’est aussi au consomm-acteur de jouer le jeu en achetant local et bio, via des circuits courts: sa santé et celle de nos terres le remercieront.
 

Veronika Pantillon (Les Verts): «Non, commerce équitable au lieu de libre-échange»

Les Verts sont contre la libéralisation de l’agriculture. Nous prônons une agriculture respectueuse de l’humain, des animaux et de l’environnement. Afin de limiter des transports inutiles et des émissions de gaz à effet de serre, il faut favoriser la production régionale.

C’est non seulement bénéfique pour les paysan-ne-s, mais aussi pour notre santé, car cette agriculture peut nous fournir des aliments frais, voire sans pesticides, pour les produits bios. Une petite moitié de notre alimentation provient de l’étranger.

C’est pourquoi notre devise est: commerce équitable au lieu de libre-échange effréné. Les critères appliqués à l’agriculture suisse devraient être imposés aux produits importés.

Il est néfaste de mettre en concurrence notre agriculture et les aliments de moindre qualité produits dans l’irrespect de l’humain et de la nature et qui, par leur prix plus bas, représentent une concurrence déloyale par rapport à la production indigène. Des concessions douanières ne devraient être accordées que pour des marchandises respectant la durabilité.

Les Verts exigent que l’origine et le mode de production des aliments soient déclarés de manière transparente, afin que les consommateurs puissent faire leur choix en connaissance de cause.

Actuellement, les Verts s’engagent contre la signature de l’accord de libre-échange avec les États du Mercosur. Cet accord ne donne aucune garantie quant à la durabilité des produits et il met en danger la paysannerie locale. Les accords de libre-échange signés jusqu’ici l’ont toujours été au bénéfice de l’industrie et des services, mais au détriment de l’agriculture.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top