Election présidentielle américaine
 10.12.2016, 12:07

Présidentielle américaine: la Russie aurait aidé Trump à gagner, selon la CIA

chargement
Les Américains reprochent à Donald Trump d'être proche de la Russie. Un graffiti le montre embrasser Vladimir Poutine.

Présidentielle américaine Selon une évaluation de la CIA rapportée par la presse américaine, une ingérance russe dans la campagne présidentielle aurait aidé Donald Trump à gagner, en livrant par exemple à Wikileaks des e-mails piratés d'Hillary Clinton. L'équipe de Trump rejette en bloc ces conclusions.

La Russie aurait interféré dans la Présidentielle américaine pour aider Donald Trump à gagner: cette évaluation secrète de la CIA a été rapportée vendredi par le Washington Post. Le président sortant Barack Obama a ordonné un rapport sur les piratages informatiques menés pendant la campagne.

Le quotidien américain souligne toutefois que l'évaluation de la CIA est loin de constituer un rapport en bonne et due forme reflétant la position des 17 agences américaines du renseignement. Mais un peu plus d'un mois après le scrutin qui a vu le républicain l'emporter face à Hillary Clinton, des interrogations demeurent sur la nature de l'ingérence russe dans la campagne.

Pour tenter d'y voir plus clair avant de remettre les clés de la Maison Blanche à Donald Trump le 20 janvier, le président Obama a réclamé en début de semaine un "examen complet sur ce qui s'est passé lors du processus électoral 2016", a expliqué vendredi sa conseillère à la sécurité intérieure, Lisa Monaco.

Quelques heures plus tard, le Washington Post a révélé qu'une évaluation secrète de la CIA concluait que des personnes liées à Moscou ont fourni au site WiKiLeaks des emails piratés sur les comptes de l'ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, et du parti démocrate, entre autres.

"La communauté du renseignement estime que l'objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d'aider Trump à être élu", a indiqué au Washington Post un haut responsable mis au courant d'un exposé fait par le renseignement à des sénateurs.

 

 

Aucune preuve

L'équipe de M. Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA. Elle a relevé que les analystes qui y sont parvenus "sont les mêmes que ceux qui disaient que (l'ancien président irakien) Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive".

Et des interrogations demeurent. Le renseignement américain ne dispose d'aucune preuve montrant que des responsables du Kremlin auraient "ordonné" à des intermédiaires de transmettre les emails piratés à WikiLeaks, note un interlocuteur du quotidien.

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange se défend d'avoir été manipulé par la Russie pendant la campagne américaine. Et selon l'évaluation de la CIA, Moscou aurait eu recours à des "intermédiaires" pour éviter d'être directement mêlé à ces pratiques.

 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

nominationsEtats-Unis: les nominations de Trump à l'Environnement et au Travail confirment son orientation conservatriceEtats-Unis: les nominations de Trump à l'Environnement et au Travail confirment son orientation conservatrice

ÉTATS-UNISLe sécurité du président Trump coûte 35 millions à New YorkLe sécurité du président Trump coûte 35 millions à New York

médiasDonald Trump élu personnalité de l'année 2016 par le Time MagazineDonald Trump élu personnalité de l'année 2016 par le Time Magazine

fâchéDonald Trump décommande en un tweet le nouvel Air Force One fabriqué par BoeingDonald Trump décommande en un tweet le nouvel Air Force One fabriqué par Boeing

Top