Eclairage
 07.05.2020, 15:00

Eclairage: «Politiquement incorrects s’abstenir»

chargement
Aux Etats-Unis, des hommes armés ont pénétré dans les bâtiments du Parlement de l'Etat du Michigan.

Démocratie Des universitaires et des spécialistes nous éclairent sur des sujets d’actualité, de société ou de recherche. Aujourd’hui, Patrick Vincent, professeur à l’Université de Neuchâtel, évoque les dangers que court la démocratie dans le cadre de la crise du Covid-19.

A la différence de la crise du climat, on aurait pu espérer que la crise du coronavirus esquiverait les débats idéologiques, et que la science aurait le dernier mot. Aucune âme douée de raison ne souhaite voir l’économie s’effondrer, mais il faut être sans cœur pour accepter de condamner ses proches à une mort par asphyxie lente.

Or, en moins de trois mois, nous sommes arrivés à un clivage absurde entre l’économie et la santé. Ce clivage a été inlassablement monté en épingle afin de semer la zizanie et affaiblir nos démocraties.

Cette inconscience sidérale ne se limite pas aux Etats-Unis.

C’est aux États-Unis que cette instrumentalisation a été la plus grossière. Le président a nié le plus longtemps possible la dangerosité du virus, et essaie désormais de réparer ses pots cassés à travers la politique spectacle. Chaque soir, il joue à l’apprenti sorcier, invoquant des remèdes miracles, de la chloroquine à l’eau de javel. Il cherche des boucs émissaires, s’attaquant aux médias, aux gouverneurs, à l’OMS, à ses propres experts, et à la Chine, qui, selon ses dires, aurait fabriqué le Covid-19. Pire encore, il encourage des citoyens armés à se rebeller afin de mettre fin à une quarantaine qu’il avait lui-même ordonnée.

Cette inconscience sidérale ne se limite pas aux Etats-Unis. En Grande-Bretagne, au Brésil et en Russie, des chefs d’Etats impubères ont voulu se montrer plus forts que le virus, ou alors, comme en Hongrie ou en Chine, ont cyniquement profité de la pandémie pour asseoir leur pouvoir.
Sur les sites de «réinformation», on s’en prend de nouveau à George Soros.

Et, en Suisse, des tribuns tels qu’Yvan Perrin ou Roger Köppel continuent de ruer dans les brancards, accusant notamment l’Union européenne d’avoir failli à ses responsabilités, alors que la santé n’est pas de sa compétence, traitant le Conseil fédéral de «dictatorial», et argumentant que le risque de mourir est de toute façon «pratiquement nul» chez les moins de 65 ans.

La démocratie ne peut pas survivre sans un débat rigoureux et des voix d’opposition. Mais l’attitude de déni de l’extrême droite face au virus, tout comme le comportement léger voire irresponsable de ses élus, rappelle à quel point le débat politique est devenu un dialogue de sourds, et pose la question de savoir comment nous survivrons à une autre crise bien plus complexe et potentiellement meurtrière, le changement climatique.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiquePoint de vue de Patrick Vincent: «L’hystérique hystérie climatique»Point de vue de Patrick Vincent: «L’hystérique hystérie climatique»

EnvironnementPoint de vue de Patrick Vincent: «Réparer un monde désarticulé»Point de vue de Patrick Vincent: «Réparer un monde désarticulé»

ConfrontationEtats-Unis: encouragées par Trump, les manifs anti-confinement se multiplientEtats-Unis: encouragées par Trump, les manifs anti-confinement se multiplient

Top