Eclairage
 02.07.2020, 17:00

Eclairage: «Les premiers Ottomans, entre guerre sainte et ambition impériale»

chargement
"En 1396, le sultan Bajazet 1er écrase une armée de croisés français, hongrois et valaques devant Nicopolis, sur le Danube", écrit Loïc Chollet.

Histoire Des universitaires nous éclairent sur des sujets d’actualité, de société ou de recherche. Aujourd’hui, Loïc Chollet, docteur en histoire médiévale à l’Université de Neuchâtel, évoque l’émergence de l’Empire ottoman pour illustrer la définition complexe de l’identité culturelle, même aujourd’hui.

Au Moyen Age comme de nos jours, l’identité culturelle se définit rarement de manière monolithique. La complexité et les nuances sont plutôt la règle, comme l’illustre l’émergence de l’Empire ottoman.

En 1396, le sultan Bajazet 1er écrase une armée de croisés français, hongrois et valaques devant Nicopolis, sur le Danube. En 1402, le même personnage est vaincu par Tamerlan et décède en captivité une année plus tard.

En Europe, Bajazet est décrit comme ambitieux et impitoyable mais chevaleresque et respectueux de sa propre religion. Bien que l’esprit de croisade souffle toujours, des princes «infidèles» sont parfois érigés en modèles devant faire honte à bien des chrétiens…

Du côté turc, par contre, Bajazet laisse la réputation d’un prince débauché, autoritaire et… mauvais musulman. Après sa mort, l’Empire plonge dans la guerre civile. Lorsque Mehmet 1er restaure l’autorité impériale, la question de la légitimation du pouvoir se pose. Les succès militaires des premiers sultans ne suffisent plus à assurer la cohésion de l’Empire. L’idéologie de la guerre sainte est appelée en renfort. Poètes de cour et chroniqueurs décrivent dès lors la dynastie ottomane comme portée, dès l’origine, par un islam militant. Ce qui est douteux historiquement parlant.

Les premiers Ottomans utilisent la rhétorique de la guerre sainte quand ils y trouvent avantage

Les Ottomans, étymologiquement les descendants d’Osman, font leurs premières armes comme alliés de Byzance. Comme les princes chrétiens du temps, les premiers Ottomans utilisent la rhétorique de la guerre sainte quand ils y trouvent avantage, mais dans la pratique, ils agissent avec souplesse.

Le rêve des sultans est plus impérial que strictement islamique. Byzance fascine autant en Orient qu’en Occident et les Ottomans n’échappent pas à la règle. Comme bien des princes occidentaux, Bajazet se rêve en nouvel Alexandre le Grand, dont il prétend être le descendant. Il possède un cycle de tapisserie à la gloire du Macédonien, héros des chrétiens comme des musulmans.

Un tel esprit cosmopolite ne s’arrête pas avec Bajazet. Après avoir pris Constantinople (1453), Mehmet II invite des artistes orientaux mais aussi italiens pour enrichir sa nouvelle capitale, destinée à rester, jusqu’à aujourd’hui, un pivot entre l’Europe et l’Asie.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EsclavageEclairage d’Olivier May: «L’esclavage, une pratique très ancienne et universelle»Eclairage d’Olivier May: «L’esclavage, une pratique très ancienne et universelle»

DivertissementEclairage: «Des Fab Five helvètes?»Eclairage: «Des Fab Five helvètes?»

Eclairage de Patrick Vincent: «Un étranger dans le village»Eclairage de Patrick Vincent: «Un étranger dans le village»

Top