Eclairage
 12.02.2019, 16:38

Eclairage: «Le bonheur, un concept individuel résolument social»

chargement
Le bonheur, un concept interprété lors d'Expo.02.

Société Les universitaires nous éclairent sur des sujets d’actualité, de société, ou de recherche. Aujourd’hui, Gaël Brulé, sociologue à l’Université de Neuchâtel, évoquer le concept du bonheur.

Nous nous interrogeons tous sur ce qu’est le bonheur et comment l’atteindre. Tour à tour interrogation philosophique, quête religieuse, projet politique puis aspiration individuelle, le bonheur ressemble à un kaléidoscope qui diffracte les valeurs de chaque époque.

Dans notre époque empreinte de post-social, de post-modernisme et de post-tout, le bonheur pourrait donc revêtir les habits de l’individu-roi et s’arrêter aux limites de son cocon.

La plupart des messages que nous recevons nous disent en substance: vous êtes unique, ne pensez qu’à vous, soyez heureux! Le marketing et la publicité en particulier dépeignent une image de l’être heureux comme un individu résolument centré sur lui, consommant des produits et des expériences et les relayant sur les réseaux sociaux.

Pourtant, loin des fils Instagram et des publicités en tous genres, les études consacrées au bonheur montrent une tout autre image de l’être heureux. Celui-ci ou celle-ci passerait davantage de temps avec les autres, préférerait les expériences aux biens matériels et adopterait davantage de comportements pro-sociaux (vote, partage, bénévolat) et pro-environnementaux.

Ainsi, le bonheur, loin de couronner l’individu uniquement centré sur lui, consacrerait, au contraire des personnes investies dans les échanges et les constructions collectives.

 

Le bonheur est (trop) souvent évoqué du point de vue du développement personnel.

Si un certain bien-être peut se réaliser en massages ou au sauna, le bonheur serait lui profondément pétri de social. Le bonheur est (trop) souvent évoqué du point de vue du développement personnel, qui représente un ensemble de moyens de s’écouter, de prendre soin de soi et de se sentir mieux.

Pourtant il conviendrait de ne pas faire porter à l’individu résilient les défaillances de la société, mais plutôt de penser ces dernières en amont pour les panser.

Dans une entreprise, la protection collective est plus efficace et moins coûteuse que la protection individuelle. Le développement individuel permet notamment de réparer et de s’adapter à des affects négatifs issus des entreprises, sociétés et autres tissus sociaux… Alors à quand le développement collectif?


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

World Hapiness ReportBonheur: la Finlande pays le plus heureux du monde, aussi pour ses immigrésBonheur: la Finlande pays le plus heureux du monde, aussi pour ses immigrés

"KonMari"Japon: le bonheur par le vide, la leçon de rangement de Marie Kondo aux AméricainsJapon: le bonheur par le vide, la leçon de rangement de Marie Kondo aux Américains

Le bonheur par le vide

La méthode de rangement de Marie Kondo s'étend au monde entier après la publication du best-seller "La magie du...

  21.01.2019 07:16

MARCHÉ DU TRAVAILDes responsables du bonheur pour le bien-être des salariésDes responsables du bonheur pour le bien-être des salariés

Top