Eclairage
 28.11.2018, 17:01

Eclairage: «La nouvelle campagne de l’Aide suisse contre le sida ne plaît pas à tout le monde»

chargement
Eclairage: «La nouvelle campagne de l’Aide suisse contre le sida ne plaît pas à tout le monde»

Santé Nos journalistes mettent en perspective des sujets d’actualité régionale, sportive, nationale ou internationale avec des analyses ou des éclairages. Aujourd’hui, Sophie Winteler se penche sur la nouvelle campagne de l’Aide suisse contre le sida.

«VIH: Indétectable = intransmissible.» «Une personne séropositive sous traitement ne transmet pas le VIH, y compris lors de rapports sexuels. Il est temps que cela se sache.»

Voici le thème de la nouvelle campagne – dès le 1er décembre – de l’Aide suisse contre le sida. Pour accompagner ces slogans, un petit fantôme tout sourire façon émoticône s’affiche à la place du «i». Heureux de pouvoir chasser enfin ce spectre qui lie mort et sida et hante la population, en affirmant: «Ne craignez rien si vous avez un rapport avec une personne séropositive sous traitement, elle n’est plus contagieuse.» 

A sa lecture, l’interprétation suivante est vite faite: à la poubelle les préservatifs puisqu’on n’a plus besoin de se protéger. Un comble alors que cette même Aide suisse contre le sida répète depuis des années sur tous les tons et tous les styles imagés dans ses campagnes «Love Life»: sortez couvert.

D’où une levée de boucliers, outre-Sarine notamment, pour dénoncer ce message brouillé, certes bien intentionné pour les personnes touchées et leurs partenaires, mais pas pour le public. L’association, elle, se défend. Et explique que si les milieux concernés sont informés, monsieur et madame tout le monde l’ignorent souvent. La campagne vise à lutter contre la discrimination envers les porteurs du virus.

Elle martèle: ce ne sont pas les personnes diagnostiquées séropositives le moteur de la propagation du VIH, mais celles qui ne se font pas dépister par peur du résultat. Du coup, abolir les craintes et la stigmatisation permet d’augmenter la motivation pour le dépistage. Au passage, l’Aide suisse contre le sida insiste toujours sur l’utilité des préservatifs lorsqu’on ne connaît pas le partenaire sexuel ou qu’il s’agit d’une relation éphémère. 

N’empêche! Cette campagne pourrait-elle pousser à l’insouciance? En Suisse, plus de 15’000 personnes se savent porteuses du VIH dont 95% sont sous traitement. L’an passé, le nombre de cas déclarés a chuté de 16% par rapport à 2016, avec 445 nouveaux cas. Ce chiffre n’a jamais été aussi bas. Mais la maladie reste toujours aussi incurable. Alors continuez à sortir couvert, au cas où.

 

Un visuel de la campagne. (crédit: emoji company GmbH. Aids-Hilfe Schweiz / TKF)


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CoronavirusEclairage: «Les réfugiés sont en danger»Eclairage: «Les réfugiés sont en danger»

LittératureEclairage: «Le dernier homme ou la pandémie comme outil de critique sociale»Eclairage: «Le dernier homme ou la pandémie comme outil de critique sociale»

Le sport en criseEclairage: «Jouer ou ne pas jouer, telle n’est plus la question»Eclairage: «Jouer ou ne pas jouer, telle n’est plus la question»

«Jouer ou ne pas jouer»

Nos journalistes mettent en perspective des sujets d’actualité. Aujourd’hui, Julian Cerviño évoque les effets de la...

  12.03.2020 17:00  Eclairage

DroitEclairage: «La mort annoncée des actions au porteur»Eclairage: «La mort annoncée des actions au porteur»

SantéQuand le coronavirus contamine nos écransQuand le coronavirus contamine nos écrans

Top