Eclairage
 20.10.2020, 17:00

Eclairage de Jacques Savoy: «Trump et ses tweets»

chargement

communication Des universitaires nous éclairent sur des sujets d’actualité, de société ou de recherche. Aujourd’hui, Jacques Savoy, de l’Institut d’informatique de l’Université de Neuchâtel, évoque la communication du président américain sur Twitter.

Le pouce levé est un émoji souvent utilisé par le président américain Donald Trump dans ses tweets.

Avec les réseaux sociaux, une démocratie plus participative avait été envisagée. Mais les tweets haineux et les théories du complot ont envahi cet espace de discussion. Ainsi Twitter a été choisi par Donald Trump pour communiquer directement avec les citoyens en court-circuitant les médias traditionnels. En se basant sur plus de 50 000 tweets émis par Trump, son style a quelque peu évolué depuis son activité de présentateur TV et businessman (2009-2014), puis candidat (2015-2016) et enfin président (2017-2020).

Contrairement aux nombreux autres usagers, Trump n’utilise que très peu les émojis («mort de rire»; «pouce levé») et recourt aux mots brefs plus faciles à comprendre (bus vs. transports publics). Avec les années, le nombre de tweets tend à augmenter avec des fréquences très élevées durant les campagnes électorales (45 tweets par jour actuellement). Durant cette année, on constate un plus grand nombre de retweets (environ 35%), qui correspond à réémettre un tweet rédigé par quelqu’un d’autre.

Trump annonce la destruction, la révolution et le chaos si la «gauche radicale» prend le pouvoir le 3 novembre

Lorsque Trump fait référence à un autre compte Twitter, ce dernier est souvent relié à son activité (@WhiteHouse), à sa famille (@IvankaTrump) ou à sa chaîne de TV préférée (@foxandfriends). Lorsqu’il était businessman, ses propos vis-à-vis de CNN étaient positifs. Cette tendance s’est inversée dès 2017, traitant la plupart des médias de porteurs d’infox («fake news», terme apparu chez lui pour la première fois le 10 décembre 2016 à propos de CNN). Trump adore les chiffres sans se soucier de savoir s’ils sont véridiques. De plus, il ne manquera aucune occasion de dire qu’il comprend le petit peuple, qu’il l’aime et qu’il est comme eux.

La rhétorique de Trump sait susciter la peur et la colère, deux émotions qui génèrent souvent une participation plus élevée aux élections. En 2016, ses quatre cibles étaient les immigrés, la Chine, l’élite politique et les médias, ces derniers étant au service de l’élite et ignorant le peuple. Actuellement, afin de propager ce sentiment, Trump annonce la destruction, la révolution et le chaos si la «gauche radicale» prend le pouvoir le 3 novembre. L’effet collatéral est l’absence de débat sur les thèmes importants comme la santé, l’éducation ou l’immigration.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PolitiqueEclairage: «La nuit des sorcières de Donald Trump»Eclairage: «La nuit des sorcières de Donald Trump»

ConsommationEclairage de Sébastien Fanti: «Les données de vos compteurs intelligents»Eclairage de Sébastien Fanti: «Les données de vos compteurs intelligents»

AutomobileEclairage: «Et si on discriminait votre voiture?»Eclairage: «Et si on discriminait votre voiture?»

Top