20.03.2019, 09:27

Vos idées pour dynamiser notre région

chargement
Vos idées

Solutions Nous avons récemment lancé un appel aux idées, pour dynamiser notre région. Voici celles envoyées à ce jour par nos lecteurs.

Quelles sont vos idées pour réenchanter le canton de Neuchâtel? C’est la question que nous avons posée le 5 mars à dix personnalités.

À lire à ce sujet: 10 idées pour réenchanter le canton de Neuchâtel, proposées par des personnalités

C’est ensuite à nos lecteurs que nous avons proposé le même exercice. Voici, in extenso, la centaine de propositions reçues, qui seront prochainement rassemblées par thème, et soumises aux votes des internautes. Celles qui auront recueilli le plus de suffrages seront développées avec l’aide d’experts, puis présentées aux autorités compétentes.

Faire du canton un pionnier en matière de déplacements collectifs sur l’ensemble du territoire (Sylvain M., Les Verrières)

Il est, dans ce canton, de fameux paradoxes. Ainsi, on mise sur l’utilisation des transports en commun ainsi que sur l’usage des vélos. Mais, dans les faites, on est loin du compte…

Ainsi, certaines localités ne sont reliées entre elles par bus et trains qu’aux prix d’un fameux détour. Ainsi, depuis Les Verrières et Les Bayards, il faut aller tourner par Neuchâtel pour atteindre Le Locle et La Chaux-de-Fonds, d’où une heure de parcours supplémentaire par trajet simple course…

La raison? La ligne de car reliant Les Bayards à La Brévine et au-delà les deux villes «du haut» ne dessert pas Les Verrières et, surtout, ne circule le matin en semaine que durant les périodes scolaires… Donc, durant ces vacances, les travailleurs et autres usagers potentiels sont priés de faire le virage du littoral ou d’aller à pied! C’est digne d’un temps autre que celui de la modernité… Et l’on souligne le taux de fréquentation très bas de cette ligne… comment, avec de telles restrictions d’horaires de circulation, pourrait-il en être autrement? Rien ne circule le samedi matin: pourtant, certains travaillent…

Certaines lignes ne sont pas desservies après 19h, soit l’heure de fermeture des magasins: si l’on travaille, comment rentre-t-on? Là également, l’offre n’est pas adaptée. Certains villages ne sont toujours pas desservis par les transports en commun (Le Pâquier), d’autres ont perdu les liaisons du dimanche et des fêtes générales (Enges).

Enfin, sur certaines lignes de bus, circuler le week-end avec de petits véhicules empêche les adeptes du vélo d’utiliser les transports publics. Sans vouloir discréditer totalement lesdits véhicules, ils ne devraient être en circulation que le soir dès 20h30, soit après le flux des travailleurs et autres pendulaires. Circuler sur demande préalable une heure à l’avance n’encourage pas non plus à utiliser les transports en commun.

Il est hautement regrettable que le canton de Neuchâtel lance toute son énergie verte dans une ligne de chemin de fer souterraine entre les deux principales villes du canton, en oubliant la soixantaine d’autres villages qui le compose. Faisons de ce canton un pionnier de la hardiesse en matière de déplacements collectifs sur l’ensemble du territoire: le climat et ses aléas, c’est ici et maintenant. Et il remercie par avance toute décision prise le préservant!

Miser sur écologie et le développement durable (Maude W., Brot-Plamboz)

Faire du Canton de Neuchâtel un pionnier en matière d’écologie et de développement durable, en mettant en place des mesures très ambitieuses pour les individus, les entreprises et la collectivité.

Créer ainsi une immense solidarité et attirer dans ce coin de pays des esprits ouverts, inventifs et positifs. Les grands efforts amènent souvent courage et satisfaction, il faut oser se les imposer, et tous ensemble c’est plus dur à initier mais plus facile à réaliser.

Installer des toits végétalisés (Nicole G., La Chaux-de-Fonds)

Ce à quoi j’aspire, c’est un canton (à défaut d’un pays ou d’une planète) dans lequel il est encore possible de vivre entouré d’insectes, d’oiseaux, de mammifères, d’arbres, de fleurs et d’êtres humains en bonne santé et prenant soin du climat.

Pour ce faire, j’imagine que tous les toits plats des immeubles de nos villes soient végétalisés.

En plus de recréer des habitats pour la faune, dont la disparition silencieuse des insectes est extrêmement préoccupante, cela a un impact sur les oiseaux, la pollinisation et toute la chaîne de la vie, ce tapis végétal empêcherait un échauffement des toitures plus de 60° en été. Et surtout, devant une telle splendeur et un paysage si paisible, on renoncerait à installer massivement des antennes de téléphonie sur tous les toits.

Cette propagation d’antennes, silencieuse elle aussi et extrêmement préoccupante elle aussi, n’est pas près de s’arrêter vu l’engouement généralisé et totalement inconscient que suscite la 5G. Vivre dans un four micro-onde à ciel ouvert, avec la nocivité qu’on connaît à ses ondes, non merci.

Il est temps de se réveiller et de réaliser le danger que nous courrons en termes de santé et de mort avec cette nouvelle technologie.

Insuffler différentes idées à La Chaux-de-Fonds (Muriel M., La Chaux-de-Fonds)

La ville de La Chaux-de-Fonds pourrait avoir énormément d’atouts: environnement et écologie (nature) et entreprises dans les anciennes et nouvelles technologies; formations, éducation (techniques de pointe). Sans parler d’une qualité de vie où le vivre ensemble signifie encore quelque chose pour autant que l’on veille à favoriser la mixité sociale par l’arrêt de l’hémorragie de la classe moyenne et supérieure.

La ville devrait arboriser un maximum l’espace public, réfléchir à une mobilité douce en repensant le POD, notamment. Utiliser des chevaux et des moutons pour la voirie et l’entretien des espaces verts.

Redynamiser les petits commerces en tout genre et de qualité pour éviter les arcades vides qui donnent une image fantomatique de la ville. Rapatrier au centre les enseignes se situant en périphérie de la ville et qui oblige l’utilisation de la voiture.

Enlever la prison du centre-ville qui contribue à la sinistrose ambiante, plus quelques verrues architecturales.

Réduire les nuisances des stands de tir (Vincent P., Corcelles-Cormondrèche)

Le charme de Neuchâtel réside en grande partie en ses sentiers pédestres, notamment en forêt. Malheureusement, une sortie en forêt est très souvent aussi synonyme de nuisances sonores liées aux tirs. Je me pose la question sur l’intérêt de ces nuisances à ces lieux qui devraient à mon sens être paisibles.

J’ai l’impression que les stands de tir sont au pire endroit. En étant situé en forêt, la nuisance est maximale pour un lieu qui devrait être épargné. Je me questionne bien sûr aussi sur la nécessité de ces séances de tir et en particulier sur leur fréquence, mais je me demande surtout si ces nuisances ne pourraient pas être réduites.

En particulier, si ces activités étaient réalisées dans un endroit déjà bruyant ou bien s’il n’est pas possible d’avoir un stand de tir en intérieur qui étoufferait efficacement les bruits? Bien que je n’aie pas de solution immédiate, je me dis que l’on devrait pouvoir faire mieux et gagner encore en qualité de vie.

Créer un «Sentier de la mesure du Temps» (Raymond P., Neuchâtel)

Un «Sentier de la mesure du Temps» qui serait situé en ville de Neuchâtel, de préférence au bord du lac. Une première animation pourrait être un «cadran solaire analemmatique», idéalement situé sur le méridien de l’Observatoire de Neuchâtel, (entre la mire Nord, située à Chaumont et la mire Sud, située à Portalban).

Son coût: environ le prix de 17 pots de fleurs situés judicieusement sur une ellipse. Sa construction: par les enfants, pour les enfants et les adultes.

Des panneaux explicatifs (en 3 langues) seraient présents sur le site.

Exemple: la réalisation par la Commune de Walperswil de la base de la triangulation suisse, http://60plus.csem.ch/v02/Historique/60plus_historique.html

Réduire les impôts (Anne-Lise O., Neuchâtel)

Pourquoi chercher midi à quatorze heures? Il suffit que le fisc neuchâtelois arrête de vandaliser et de tondre «ses brebis», et se contente d’être dans la moyenne suisse!

Les magnifiques paysages, du lac aux montagnes, feront le reste!

Déployer un ballon captif (Serge B., La Chaux-de-Fonds)

Concerne le renforcement de l’offre touristique cantonale via un attrait fort par une offre exclusive en lien direct avec la spécificité reconnue par l’UNESCO.

Nom de l’idée: Panoramax

Mettre en exploitation un système de ballon captif à La Chaux-de-Fonds afin d’offrir une prestation touristique nécessitant peu d’investissement, au fort potentiel de rentabilité et en cohérence parfaite avec ce qui fait la particularité de la Ville en damier décrite par l’UNESCO.

L’ascension contrôlée, pourrait être gérée en étroite collaboration (voire par) l’aéroport des Eplatures. Elle permettrait à un premier niveau de découvrir la Ville en damier dans son écrin de nature puis à un second niveau de voir les Alpes.

Un des emplacements imaginé serait par exemple aux abords du Lycée Blaise-Cendrar. Mais d’autres lieux seraient certainement intéressants comme aux abords du camping Bois du Couvent par exemple. Bien entendu il s’agirait de faire au préalable une étude de faisabilité notamment en lien avec les exigences liées à l’aéroport.

Ceci permettrait de manière attrayante, peu bruyante et pouvant même être écologique selon les choix techniques, d’offrir pour un faible investissement un fort impact positif pour l’image et l’attrait de la région et de l’ensemble du canton qui serait perçu comme ayant réussi à passer par-dessus les guerres de tranchées et les difficultés, en mettant l’accent sur la concrétisation de projets à fort impact et pourtant peu cher à mettre en œuvre et très certainement rentable. Une rencontre avec le «Parc du Petit-Prince» en Alsace ou la localité d’Epernay pourrait être très utile pour s’enrichir d’une expérience récente et en exploitation de tels ballons captifs. Ces derniers peuvent monter à 150m du sol.

Voici quelques liens: https://www.epernay.fr/article/ballon-captifhttps://www.parcdupetitprince.com/attraction/le-ballon-du-roi/https://www.parcdupetitprince.com/attraction/ballon-de-lallumeur-de-reverbere/

Créer un lien Haut-Bas pertinent avant 2040 (Serge B., La Chaux-de-Fonds)

Nom de l’idée: LiHautBas (Lyoba) ;-)

Installer un SkyTran reliant les lieux les plus fréquentés du canton via un premier tronçon implanté de façon à pouvoir s’agrandir et se compléter à l’avenir.

Pourrait-on remplacer les conflits par des collaborations win-win et imaginer à terme un système SkyTran reliant directement le littoral et le Pod puis s’étendant en un réseau neuchâtelois écologique et montrant la voie vers un avenir durable et attrayant? Pour passer concrètement du mode «les uns contre les autres» à un mode «tous gagnants»?

Si Neuchâtel se veut à la pointe de la technologie et de l’innovation tout en ayant les moyens de concrétiser sa volonté, il serait peut-être pertinent de garder un œil, voire de suivre de très près ce type de projet.

Potentiellement moins cher que les systèmes traditionnels, desservant mieux les lieux, rapide, flexible et moderne. Un projet qui pourrait bien, à terme, concilier tous les habitants du canton entre eux et leurs autorités.

Les arguments des concepteurs ont de quoi intéresser et sont présentés dans les liens suivants: https://www.youtube.com/watch?v=_AV6iW4VASYhttps://actu.orange.fr/societe/videos/tel-aviv-aura-son-skytran-VID00000013oJP.htmlhttps://www.youtube.com/watch?v=1soEMBEs5Ykhttps://www.youtube.com/watch?v=kMLaOqk-nlUhttps://www.skytran.com/

Là où il y a une volonté, il y a un chemin! Mettons en pratique la parole des sages. Il est grand temps!

Inciter à faire venir de nouveaux habitants (Sylvain P., Sauges)

Dans certaines sociétés, club ou autre, les actuels membres peuvent parrainer un nouvel arrivant en échange d’un cadeau. Pourquoi ne pas faire la même chose avec de nouveaux habitants?

Comme cadeaux, on peut imaginer une réduction d’impôt sur un temps limité (ça marche avec les entreprises mais a des effets pervers), un abonnement OndeVerte (dans l’air du temps), une participation unique pour l’achat d’un bien immobilier et que sais-je encore.

La valeur du cadeau pourrait être fonction du revenu du nouvel arrivant, ou s’il est seul ou avec une famille. Imposer également une durée de résidence faute de quoi un remboursement proportionné…

Mais aussi fidéliser le contribuable avec une prime «d’ancienneté» à faire valoir sur des éléments comme cité ci-dessus.

Instaurer un marché de Noël à ciel ouvert (Cassandra R., Hauterive)

La création d’un marché de Noël à ciel ouvert le long des Jeunes-Rives et sur la place rouge pendant le mois de décembre.

Une occasion de dynamiser la ville tout en choisissant principalement des stands de producteurs et artisans locaux.

Introduire la méditation Pleine conscience à l’école (Muriel P., Neuchâtel)

Ma proposition serait d’introduire la méditation Pleine conscience à l’école. Hors connotation religieuse, cette pratique permet à l’enfant de souffler et de goûter à l’instant présent. Il apprend à se poser, à ressentir, à gérer ses émotions et à canaliser son énergie. Le savoir être est ainsi privilégié par rapport au savoir-faire et au savoir.

La méditation Pleine conscience pourrait être pratiquée par ex. en début de matinée, après une récréation, en début d’après-midi pendant un cours laps de temps.

Elle favorise le bien-être des écoliers et des enseignants, elle influe sur la qualité des apprentissages et les résultats scolaires, mais aussi sur les relations entre élèves. Des études ont montré que la violence diminuait dans les écoles où l’on pratiquait la Pleine conscience.

Selon la psychologue clinicienne Jeanne Siaud-Facchin, «c’est de l’éducation préventive qui ne nécessite aucun moyen ni aucun poste supplémentaire et qui permettrait d’enrayer tellement de difficultés scolaires».

Et pourquoi ne pas l’introduire déjà au niveau des crèches?

Redonner leurs lettres de noblesse aux métiers de bouche (Yousuf L., La Chaux-de-Fonds)

Et si on redonnait leurs lettres de noblesse aux métiers de bouche? En réglementant leurs pratiques uniquement dans des commerces spécialisés (hors supermarché, stations-service, etc..)? Le concept: du pain fait par un boulanger dans une boulangerie! Du steak de bœuf découpé par un boucher et vendu dans une boucherie! Du filet de perches dans une poissonnerie par un poissonnier! Etc. Et stop, le pain précuit qui sort du four à 18h30!

Créer une Maison du terroir (Karen A-Y., St-Blaise)

Créer une Maison du terroir et développer une «culture» du terroir dans l’âme et le cœur des Neuchâtelois.

Le Festin neuchâtelois, à l’image de la St Martin ou de la Bénichon, pourrait être le rendez-vous incontournable des gens d’ici et d’ailleurs, une journée de retrouvaille où nous serions fiers de nos produits, de nos producteurs et de notre savoir-faire. Soyons fiers de nos produits!

Créer une piste cyclable unique et installer des bancs solaires (Jeannine V., La Chaux-de-Fonds)

La Chaux-de-Fonds: l’unique ville de Suisse romande traversée d’est en ouest par une piste cyclable unique!

Faire du trottoir central de l’avenue Léopold-Robert une véritable piste cyclable! Une voie verte de la Place de la Carmagnole jusqu’au Crêt du Locle! Il existe déjà des signalisations lumineuses traversant le trottoir central. Les beaux bancs du trottoir central, quasi jamais utilisés, pourraient être remis ailleurs. À la sortie de la gare, il y a une station de vélos et une autre pourrait être installée à la Carmagnole. Que le futur contournement de La Chaux-de-Fonds donne la place à la mobilité douce au centre-ville.

Faire de La Chaux-de-Fonds l’unique ville de Suisse dotée de bancs solaires

En hiver les bancs des espaces publics sont équipés de capteurs solaires à 1’000 mètres d’altitude! Et faire du ski de fond en pleine ville en laissant par exemple une ou deux rues uniquement accessibles aux skieurs. Faire en sorte que la réputation de climat difficile de La Chaux-de-Fonds en devienne plutôt l’un de ses atouts.

Créer une ligne de téléphérique (Christian R., La Chaux-de-Fonds)

Liaison par téléphérique entre les gares de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds, via Chaumont, Cernier, et La Vue des Alpes.

Un projet moderne, innovant et audacieux qui mettrait en valeur les points de vue époustouflants de notre canton et qui attirerait du tourisme (nuitées) loin à la ronde.

Osons prendre de la hauteur et des «risques» comme nos prédécesseurs l’on fait à l’époque de l’adduction d’eau des villes fin du 19e.

Mettre la priorité sur la démocratie participative (Odile J., La Chaux-de-Fonds)

Rencontre avec les autorités et des chefs d’entreprise: quels encouragements, quelle mise en place pour limiter l’empreinte écologique des déplacements pendulaires?

Peut-être une question de survie.

Unifier les impôts de tous les cantons et communes en Suisse (Roman W., La Chaux-de-Fonds)

Voici mon idée pour dynamiser le canton de Neuchâtel: unifier les impôts de tous les cantons et communes en Suisse.

Organiser un vide grenier cantonal et mettre en lumière une des capitales horlogères (Yannick O., La Chaux-de-Fonds)

Organiser un vide grenier cantonal

À l’heure où nous parlons de gaspillage, d’écologie et de nouveaux moyens sociaux ainsi que de solidariser et de dynamiser ce canton.

D’autres villes ont déjà testé et adopté le «Vide Grenier». Au lieu de décentrer ce genre d’événement, il serait judicieux de le centraliser au centre des villes ou des villages pour les faire revivre. L’idée serait d’organiser des tournus entre les villes et par région, de fermer les routes (par exemple des dimanches) et de les entourer de food truck, de terrasses, d’animations d’associations et écoles régionales.

Mettre en lumière une des capitales horlogères

Il est très étonnant qu’une ville comme La Chaux-de-Fonds, capitale de l’horlogerie n’ait encore su tirer l’épingle du jeu. Rien ne fait croire à l’importance de cette ville dans le milieu de l’horlogerie, pourtant une bonne partie des plus grandes marques y vivent. Vous pouvez arriver en voiture, en train, à pieds ou en avion, vous ne remarquerez rien sans le chercher et tout autant les horloges du Pod que les clochers ne sont pas d’accord sur l’heure à donner.

Je sais que la plupart de ces marques n’ont pas de résidence imposable dans cette ville et en plus profitent de développer leurs produits là ou tout ce passe dans ce domaine… à la Tchaux. Mais pourquoi La Chaux-de-Fonds ne sait-elle pas en profiter autrement… en utilisant la renommée mondiale de ces marques pour mettre cette ville au-devant de la scène et vivre de son atout principal.

Je pense que La Chaux-de-Fonds pourrait sans grand problème devenir un Baselworld toute l’année. Il suffirait de motiver quelques marques à investir dans une visibilité commune pour que les autres bougent et voient leurs intérêts comme participer à la création d’un grand centre horloger commun ou «Galerie Horlogères». Avec des expositions, la possibilité de découvrir des parties de la construction, des démonstrations, la possibilité d’achats avec un réel accueil et la possibilité de se restaurer. Ces marques pourraient également promouvoir des innovations horlogères futuristes pour diffuser le savoir-faire dans toute la ville et sur les ronds points. Attirer les touristes étrangers en créant des lignes aériennes «Genève-La Chaux-de-Fonds» / «Zürich-La Chaux-de-Fonds».

Il est clair qu’un tel projet ne se fait pas du jour au lendemain mais serait le bienvenu pour que cette ville attire à nouveau l’attention, de l’intérêt, du travail, de nouveaux habitants, des commerces!!!

Inaugurer un circuit automobile aux Éplatures (Vadat S., Neuchâtel)

Quoi de mieux pour attirer les profits et restituer une nouvelle image dynamique pour toute la région?

L’aéroport demande un gros montant d’investissement financier de la confédération (enveloppe de plusieurs millions) et finalement les bénéfices ne soutiennent que peu le développement économique régional.

Or, un circuit automobile attirait du plus amateur et au plus expérimenté pilote automobile, où tous pourraient s’adonner à une conduite à haute vitesse sans mettre en danger la vie d’autrui.

Sans compter l’ouverture de nouveau shop ou magasin en lien avec ce type d’avènement, qui diversifierait l’économique local.

Tout le monde laisserait entendre qu’il y aurait un impact écologique, seulement les universités mettent au point de technologie pour purifier l’oxygène du CO2. Ce serait un fort boost pour la recherche et l’innovation.

Construire des appartements aux loyers abordables (Françoise W., Neuchâtel)

Une idée pour Neuchâtel: faire des appartements abordables et modernes. Pas besoin de haut standing (comme le font certaines gérances), mais joliment agencés, et avec un loyer tenant compte du revenu.

Pour les personnes à l’AVS par exemple, il n’y a rien d’accessible, il faut débourser plus que 1300 fr. plus charges, et c’est honteux. Il faut des appartements à 1000 fr. par mois, pas plus.

Mettre en place diverses propositions (Charlie H., Neuchâtel)

  • Fleurir nos villages: favoriser la plante de fleurs colorées dans les centres de villages du canton, au point d’en faire une particularité cantonale. Un responsable par commune, quelques graines et un arrosage régulier, le tour est joué.
  • Proposer des distributeurs locaux: remplacer les actuels Selecta’s qui proposent des produits américains (et souvent malsains) par des produits du terroir (périssable ou non) tels que fromages, vins, légumes, etc. au nom de la santé publique cantonale
  • Favoriser le mouvement: créer une piste d’athlétisme à Neuchâtel (de 200, 300 ou 400m) complétée d’un centre sportif complet (en partenariat avec l’université dont le fitness est très petit) comprenant bassins froids, centre d’études du sport (tapis de course, appareils de mesure, etc.) afin de valoriser notre canton qui comprend de nombreux sportifs d’endurance de niveau national voire international.
  • Restaurant sur pilotis («Le Nénuphar»): nous avons déjà le Bain des Dames, mais pourquoi ne pas aller carrément sur l’eau? Avec des pilotis, le restaurant serait accessible via ponton voire petit bateau (au large de la Place du 12 Septembre, futurs Jeunes-Rives).
  • Salon de siestes: les suisses sont stressés et fatigués de leur travail. Neuchâtel ne pourrait-il pas prendre soin de ses concitoyens en proposant des ‘salons de sieste’ au centre-ville de Neuchâtel? Contre petit montant, le travailleur peut venir y dormir/détendre à la pause de midi ou lors des pauses de mi-journée. Cela serait une première en Suisse voire à l’échelle mondiale: assurément bon pour la réputation du Canton!

Organiser un pique-nique géant en été (Alida M., Neuchâtel)

Dans un esprit de partage et convivialité, nous pourrions organiser une fois par mois pendant l’été un pique-nique géant, en profitant de notre merveilleux bord du lac.

Le but étant d’avoir une unique table à laquelle tout le monde se réunirait. J’imagine bien la table commencer au Bouchon, direction est, et longer le lac, au fur et à mesure que les gens arrivent.

Mettre en pratique plusieurs propositions (René Z., La Chaux-de-Fonds)

  • Instaurer les transports publics gratuits dans tout le canton pour les résidents qui y payent leurs impôts ou qui y vivent de prestations sociales cantonales.
  • Remettre des trolleybus à La Chaux-de-Fonds en utilisant le réseau de lignes caténaires existantes et les systèmes de perchages – déperchages installés mais encore jamais utilisés. S’équiper de trolleybus avec batterie qui peuvent rouler sans ligne électrique sur de moyennes distances.
  • Mettre à disposition des parkings en périphérie des agglomérations P+R desservis par les transports publics qui soient gratuits pour les résidents du canton.
  • Développer un réseau de pistes cyclables cohérent et en site propre partout où c’est possible et de bandes cyclables ailleurs.
  • Organiser chaque année une journée slow de mobilité douce où sur un périmètre important la circulation est réservée aux vélos, vélos électriques, patins à roulettes, trottinettes. Le lieu de la manifestation est tournant dans l’ensemble des districts du canton. (Neuchâtel – Littoral – Val de Travers – Val de Ruz – Vallée de la Sagne et des Ponts « SlowVal » – La Chaux-de-Fonds – Le Locle – Vallée de la Brévine et Chaux-du-Milieu.).
  • Favoriser les zones 30 et les zones de rencontre 20.
  • Installer du mobilier urbain et des obstacles pour réserver les bandes cyclables aux vélos, les trottoirs aux piétons, limiter le parking sauvage hors places de stationnement.
  • Proposer que l’éclairage public soit éteint la nuit entre 23:00 et 6:00 sur l’ensemble du territoire cantonal à l’exception des routes nationales sur lesquelles se trouvent des passages piétons.
  • Favoriser l’agriculture bio et créer des cantines bios pour l’ensemble des crèches écoles etc.
  • Proposer des cours de cuisine gratuits à l’ensemble de la population résidente du canton pour apprendre à cultiver, conserver, préparer, manger des produits bios non précuisinés.

Introduire un bouclier fiscal ou frein à l’impôt sur la fortune (Sibilla C., Neuchâtel)

Sans individus qui croient à une idée et sont disposés à la concrétiser en y contribuant, notamment, par des moyens financiers qu’ils mettent à disposition du projet directement ou indirectement en les versant sous forme d’impôts à la Communauté locale, pas de réenchantement. Les idées, aussi belles fussent-elles, restent alors un mirage et un désenchantement.

Afin de retenir dans le canton ou, mieux encore, d’attirer dans le canton des fortunes privées, prêtes à s’engager concrètement, je mets sur table comme idée de réenchantement du canton, l’introduction d’un bouclier fiscal ou frein à l’impôt sur la fortune, à l’instar de ce qu’ont fait des cantons limitrophes, notamment, le canton de Berne, avec grand succès.

Le frein à l’impôt sur la fortune vise à plafonner l’impôt sur la fortune pour éviter qu’il n’entame le patrimoine, chèrement acquis par le travail et une épargne orientée vers des réinvestissements récurrents dans l’outil de travail qu’est l’entreprise avec un souci du maintien et de la création de places de travail.

Avec le frein à l’impôt sur la fortune, il s’agit de plafonner l’impôt sur la fortune à un certain pourcentage du rendement net de la fortune voire à un plafond absolu d’imposition, tenant ainsi équitablement compte des rendements de la fortune (de nos jours, particulièrement, maigres).

Ainsi, le canton retrouverait pour les personnes physiques une attraction, hélas, perdue de longue date. Ces personnes physiques, domiciliées dans le canton, deviendraient les vecteurs du réenchantement du canton.

Il faut que le canton retrouve sa splendeur et son rayonnement, économiques et culturels, d’en temps, il le mérite.

Expérimenter un Revenu de transition écologique (Christian B., Les Hauts-Geneveys)

Je vous fais parvenir une idée, issue d’une réflexion de Sophie Swanton (Pour un revenu de transition écologique, puf, 2018), à adapter aux particularités suisse et neuchâteloise que je connais, par ailleurs, assez bien.

Revenu de transition écologique

Expérimenter, à l’échelle cantonale, un Revenu de transition écologique suppléant aux revenus du chômage de longue durée, de l’aide sociale ou de l’AI.

Sans prétériter un retour au marché du travail, difficile pour certains, il permettrait de développer et de mettre des compétences inemployées, dans le cadre de structures adaptées, au service de la sauvegarde de la planète et du mieux vivre ensemble.

Par exemple: gestion et redistribution des surplus alimentaires, réparation et mise en valeur des objets de seconde main, jardins citadins, permaculture, travaux liés à la nature et à l’environnement, prévention, éducation, recherche, transports, alimentation, etc.

Donner un bout de rue aux artistes (Armelle P., Neuchâtel)

Mon idée pour redynamiser le canton consister à laisser un bout de rue aux artistes locaux ou pas, de tous horizons artistiques. Il y en a beaucoup dans le canton.

À une fréquence d’une journée par mois, durant la période de mai à septembre par exemple.

Par exemple toute la journée en bord de lac. Ou alors en fin de journée et début de soirée, dans le vieux Neuchâtel, autour du Château, voire à la rue du Seyon.

Un peu à l’image de la «First Friday» à Bienne.

Construire une «Maison Durable Circulaire» (Emmanuelle L., Neuchâtel)

Je rêve d’un lieu proche du lac, un bâtiment écologique, performant au niveau énergétique et employant des matériaux durables. Une construction représentative du savoir faire suisse. La Maison Durable Circulaire.

L’ambition: faire de Neuchâtel la capitale Suisse de l’économie circulaire.

Qu’y trouve-t-on?

  • Espace de coworking pour des micros entreprises actrices de l’économie circulaire.
  • Espace dépôt vide grenier pour les particuliers: promotion de l’achat de seconde main.
  • Espace repair café: lutter contre l’obsolescence programmée et la consommation excessive, transmission de savoir faire.
  • Espace marché primeurs et épicerie: mise en avant de la production locale et bio en direct du producteur au consommateur.
  • Espace café: jus de fruits, boissons chaudes… Production locale et bio.
  • Espace food truck: des restaurateurs différents chaque jour proposant une restauration de qualité.
  • Espace bien-être: activités (yoga, danse, méditation…) à des tarifs adaptés aux revenus des utilisateurs.
  • Espace ateliers: ateliers menés par des personnes expertes (recyclage artistique, cuisine, tricot couture, zéro déchet, Do it yourself, aromathérapie…).
  • Espace événementiel: des expositions artistiques, projections, débats, conférences…
  • Espace jardinage: potagers pédagogiques, murs et toits végétalisés, interventions dans des lieux extérieurs (écoles, homes, entreprises, particuliers…).

Pourquoi?

  • Pour se rencontrer, stimuler l’implication citoyenne, faire émerger débats et propositions sous forme d’initiatives.
  • Pour créer des liens intergénérationnels en partageant des expériences et des connaissances.
  • Pour sensibiliser de façon concrète aux valeurs éco responsables: changer sa façon de consommer, apprendre à réduire son impact carbone, mettre en avant la culture du zéro déchet auprès des particuliers et des entreprises.

Pour qui? Tout le monde:

  • Les scolaires.
  • Les familles.
  • Les résidents de home.
  • Les commerçants, les entrepreneurs.

Double circulation: le public viendrait à la Maison Durable Circulaire et la Maison irait hors les murs sous forme d’ateliers (dans les écoles et les homes), de défis (dans les familles), d’aide logistique et de conseils (chez les commerçants).

Créer une télévision des aînés (Jean-Pierre L., Cudrefin)

Après avoir créé le Journal de rue Objectif Réussir en 1994, puis la télévision TOR en 2005, pour donner du travail et ainsi lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans notre canton à des chômeurs en fin de droits, j’ai atteint aujourd’hui l’âge de la retraite.

Ma proposition:

Créer une nouvelle chaîne de télévision qui diffuserait ses émissions sur le câble et sur Internet, et pourquoi pas sur votre site arcinfo.ch et dans les hôtels neuchâtelois. Cette nouvelle chaîne serait une première en Suisse. Elle serait entièrement réalisée par des personnes ayant atteint l’âge de la retraite et qui seraient prêtes à travailler bénévolement. Son financement pourrait être réalisé et assuré en grande partie par La Loterie Romande et fonctionner sous la forme d’une association.

Pour ne pas rentrer en concurrence avec Canal Alpha ou TOR télévision, cette nouvelle chaîne serait spécialisée dans la promotion des produits du terroir neuchâtelois et des attraits touristiques du canton, mais elle pourrait aussi se consacrer à faire connaître et soutenir des jeunes entreprises de la région ainsi que des artistes neuchâtelois. Elle pourrait aussi devenir une plate-forme citoyenne permanente de débat ouvert à tous ceux qui ont des idées pour améliorer l’image de notre canton.

Ce projet pourrait aussi œuvrer à renforcer la cohésion cantonale entre le haut et le bas et montrer toute l’année à un très large public.

Viser une autonomie énergétique électrique d’ici 2030 (Laurent S., Neuchâtel)

L’énergie est source de vie. Elle est aussi une des composantes les plus importantes pour une bonne qualité de vie. À l’heure de la prise de conscience du réchauffement climatique et de la mise en place des 17 objectifs de Développement Durable de l’ONU, nous devons rappeler que notre beau canton de Neuchâtel a le potentiel de viser son autonomie énergétique électrique! Ceci en utilisant toutes les énergies renouvelables disponibles sur son territoire. Nous avons le devoir d’opter pour la transition du tout fossile vers l’électrique.

Aujourd’hui, nous n’autoproduisons que le 20% du courant électrique que nous consommons sur notre sol. Osons viser le 100%! Nous en avons les ressources météorologiques, physiques et technologiques.

Pour tendre au 100%, il faut rénover tout notre parc immobilier et appliquer une efficience énergétique rigoureuse. Éteindre l’éclairage public aux heures inutiles.

Nous sommes à la pointe mondiale pour développer les systèmes de panneaux solaires. Couvrons nos toits pour injecter dans le réseau et surtout autoconsommons sur place le courant électrique produit. Enfin, développons les meilleurs sites éoliens des 5 retenus dans la planification cantonale et largement validés par la population neuchâteloise en 2014 déjà. Avec ces deux énergies renouvelables, on dépassera les 60% d’autoproduction électrique.

Continuons avec l’optimisation de nos déchets verts et ceux de l’agriculture pour encore déployer quelques biomasses agricoles. Assainissons nos ouvrages hydroélectriques. Réutilisons le bois de nos forêts. Utilisons encore plus l’énergie de notre lac. Pour un futur proche, favorisons les recherches de notre université sur la géothermie.

Ce n’est pas une technologie l’une contre l’autre, mais bien la somme de toutes qui permettront cet objectif réalisable. Alors, en avant toute!

Implanter un centre de congrès polyvalent (Ray W., Colombier et Sao Paulo/Brésil)

Je suis de ceux qui souhaitent vivement voir s’ériger un jour à Neuchâtel un centre de congrès, par exemple à l’image de celui que les Lucernois, eux, ont eu l’audace de réaliser… Un complexe principalement destiné à mettre en évidence la connotation horlogère et technologique régionale ne serait-ce que par le nom qui lui serait attribué…

Petite anecdote au passage: il y a trois ans, je recevais quelques Brésiliens qui dans leur balade à travers la Suisse souhaitaient impérativement visiter, je les cite, « la capitale de l’horlogerie haut de gamme »… Je les ai donc emmenés à la Chaux-de-Fonds. Or, mis à part les quelques enseignes qui désignent ici et là les prestigieuses manufactures, rien à voir, absolument rien. J’avais honte pour les horlogers comme pour le canton de Neuchâtel!

Le musée international d’horlogerie sur lequel est assis l’orgueil régional est certes fascinant, mais voilà qui motive essentiellement les nostalgiques. Pour ce qui est de la manufacture contemporaine, soit celle qui vaut à la région sa réputation universelle, que dalle!

Donc, un centre de congrès qui aurait pour vocation de mettre en valeur le savoir-faire local, toutefois un complexe aussi polyvalent que possible, afin de permettre des manifestations les plus diverses… À titre d’exemple le Hallenstadion de Zürich reçoit aussi bien des congrès, matchs de boxe, concerts de musique classique ou pop-rock, que des expositions en tous genres… Il faudrait bien évidemment compléter le tout par des boutiques, commerces, restaurants et hôtel afin d’y entretenir une animation permanente…

Où placer un tel complexe?

Comme toujours, les sempiternelles Jeunes-Rives viennent immédiatement à l’esprit. Toutefois, il est permis d’augurer que les redoutables jours de bise comme ceux où parfois il ne s’y passerait rien de notoire, l’endroit serait immanquablement déserté car jugé trop à l’écart par la plupart des Neuchâteloises et Neuchâtelois pour qui les Jeunes-Rives ce n’est déjà plus tout à fait la ville!

Option «visionnaire»

Une audacieuse réalisation palafitte devant le quai Osterwald! Splendidement installée sur l’eau mais toutefois en contact direct avec le centre-ville en bouts de la Rue du Bassin comme de la Rue Pury et cela accorderait à coup sûr une nouvelle et très attractive image d’une ville «pieds dans l’eau» sur les rives d’un lac magnifique… Hélas, on entend déjà les mêmes Neuchâteloises et Neuchâtelois… « Touche pas à mes quais et mes géraniums, déjà qu’on nous a massacrés le quai Léopold-Robert avec ces satanées Jeunes-Rives!….»

Option «timide» 

«Timide» uniquement en raison du fait que cette option aurait la particularité non négligeable de ne pas venir chambouler leur décor familier en songeant précisément aux toujours mêmes Neuchâteloises et Neuchâtelois! Il s’agirait dans ce cas de redonner une nouvelle vie à l’emblématique édifice de l’ex-Hôtel des Postes, qui pourtant a désormais perdu toute identité… Afin d’exploiter au maximum le bâtiment existant comme d’en augmenter très généreusement le volume, il suffirait par exemple d’ériger une élégante et audacieuse verrière dans la vaste encoignure côté port… Outre son nouveau look ainsi que les diverses activités propres à un tel complexe, la particularité de cette option-ci serait de générer une très intéressante animation dans ce secteur du centre-ville…

Option «alternative»

La Place Alexis-Marie-Piaget!…. On pourrait imaginer une très spectaculaire architecture qui, pourquoi pas, enjamberait carrément l’Avenue du Premier-Mars, avec des terrasses qui relieraient en cascades la «fameuse» Place du Port, qui du même coup aurait enfin une fonction, tout cela face au port et le lac ainsi que les alpes en fond de décor!… Cerise sur le gâteau, en venant de l’Est en voiture (visiteurs de la Suisse alémanique et d’ailleurs) on s’engagerait en ville en passant immanquablement sous ce magnifique symbole! 

Appliquer diverses propositions (Michel C., La Chaux-de-Fonds)

  • Création de routes cyclables dédiées (à La Chaux-de-fonds, on pourrait utiliser une rue parallèle comme la rue du parc ou jardinière ou autres).
  • Pose de panneaux solaires sur les toits plats et/ou d’éoliennes verticales (surtout pour les centres commerciaux qui consomment beaucoup en électricité).
  • Baisse les loyers des locaux commerciaux afin de favoriser le commerce local.
  • Créer un genre de Slow UP culturel pour visiter et découvrir (musée, théâtre, jeux, arts, etc.).
  • Une amende/taxe sur les produits hors saison vendu par les Migros, Coop, Denner, Manor, etc.) afin de créer un fond pour financer une baisse des prix CH.
  • Chacun à sa demande devrait pouvoir accès à une parcelle de jardin (location ou gratuit), mais là, il y a trop d’attente, ce n’est pas normal d’attendre autant de temps (2 ans).
  • Augmentation du taux de rétrocession des impôts frontaliers… 4,5% ==> 10% et payable dans les temps, pourquoi on attend autant de temps pour recevoir notre dû (idem pour Vaud, Jura, Genève) et ce n’est pas normal.
  • La protection de la nature passe par l’éducation, il serait bien de créer un Jardin botanique à la Tchaux afin de sensibiliser les gens sur les problèmes environnementaux (j’ai un projet en tête).
  • Que les anciens politiciens qui touchent des rentes, les offrent à des associations utiles pour la communauté ou que l’on les supprime.
  • Par solidarité, on pourrait instaurer un prélèvement de 100.-/mois sur les entrants (sur notre canton et/ou commune pour travailler et de fait, utilisateurs de nos routes). Remboursement des 100.- aux résidents communaux qui travaillent.
  • Un permis de conduire gratuit pour certaines personnes pour aider les gens à trouver du travail (sans permis, pas de travail).
  • Plus (+) de réductions de prix (1ère nécessité) pour les personnes à l’aide sociale.

Changer de système ainsi que les mentalités (Régina M., Cernier)

Oui, un autre monde est possible, il est possible si nous nous engageons tous.

J’ai réussi à développer, un peu par hasard, un projet pour la société, qui permettrait de réaliser ce que nous souhaitons tous, un monde plus humain, plus juste et plus égalitaire.

Pour cela nous devons changer de système et changer les mentalités. Changer les mentalités ne signifie pas vouloir changer les personnes, mais qu’elles puissent être ce qu’elles sont et non pas ce qu’elles devraient être.

C’est maintenant, dans le système actuel, que nous devons changer pour être accepté, respecté ou aimé de la part des autres.

Changer les mentalités, c’est apprendre une autre communication, d’autres comportements, à mieux vivre ensemble, à respecter, à aimer, à tenir compte des besoins des personnes, des soucis et des préoccupations de la population.

Développer ce projet permettrait de construire des ponts au lieu les murs entre les personnes et les pays.

Avec lui, le canton de Neuchâtel pourrait être un pionnier et rayonner en dehors des frontières cantonales et nationales.

Car ce projet est, selon moi, ce que beaucoup de monde cherche et dont personne ne sait très bien ce que c’est, pour rétablir la sécurité et la stabilité pour les citoyens et les pays.

» Pour en savoir plus: l’évolution d’une relation, de la société (fichier .pdf)

» À lire à ce sujet: brève explication pour comprendre le projet

Dire stop à «La Mobilité Débile» (Michel V., La Chaux-de-Fonds)

La situation actuelle et planifiée jusqu’à 2035:

En 1986, les politiques et les industriels nous disaient que, sans tunnel sous «La Vue des Alpes», les deux villes du Haut seraient mortes! Alors, le bon peuple a voté OUI au Tunnel, et de 1989 à 1995, on a creusé.

Aujourd’hui on réalise, un peu tard, que plutôt que d’attirer des habitants dans les villes du Haut, le fameux Tunnel a incité les petits «calculateurs» à aller construire au Val-de-Ruz. Maintenant ça bouchonne fort dans ce Tunnel, alors on parle d’un deuxième tube…

D’autres, encore meilleurs «calculateurs», construisent leur «Home Sweet Home» à Villers-le-Lac et continuent de venir travailler dans le canton. Ils augmentent encore le nombre de pendulaires. Alors ça bouchonne très très fort en ville du Locle. Pas de problème, on a trouvé l’idée géniale: Creuser un Tunnel sous Le Locle.

Et comme en 2026 ça bouchonnera à La Chaux-de-Fonds (Bd de la Liberté), on creusera un Tunnel sous La Chaux-de-Fonds. Ainsi en 2035, les Vaudruziens ne viendront même plus à la Migros de la Chaux-de-Fonds, ils iront directement à «Intermarché», et le tunnel sous le Locle bouchonnera…

Entre-temps il faudra déplacer quelques cailloux (car pour le moment les tunnels sont pleins de cailloux), alors pendant 10 à 15 ans, un ou deux (éventuellement trois…) camions traverseront Le Locle et La Chaux-de-Fonds pour aller déverser leur chargement à… à… (euh, c’est déjà où qu’ils vont faire le tas).

N’oublions pas la liaison ferroviaire directe La Chaux-de-Fonds/Neuchâtel (en Tunnel évidemment).

Combien de tonnes de CO2?

Alternative réalisable d’ici 2020 (si nos politiciens en ont…):

Réattribuer les budgets Tunnels (Cantonal, Fédéral) pour:

  • Inciter les personnes à s’installer dans les Villes du Haut (abaisser les taux d’impôt).
  • Inciter les entreprises à engager des personnes habitant sur place.
  • Rouvrir des centres de «formation de base» dans les différentes régions (Le Locle, La Chaux-de-Fonds, Val-Travers, Neuchâtel) au lieu de déplacer des centaines d’étudiants du Haut vers le Bas, et du Bas vers le Haut.
  • Réhabiliter les hôpitaux de base avec maternité dans les différentes régions.
  • Inciter (ou obliger) les pendulaires à «remplir» les voitures.
  • Subventionner les rénovations d’immeuble.
  • Utiliser les surfaces destinées au projet Tunnels (giratoires, bretelles d’accès,…) pour construire des immeubles si nécessaire.

Vous allez me dire qu’on ne peut pas réattribuer les budgets. C’est votre problème, Mesdames et Messieurs les politiciens. Rien n’est impossible.
Si vous ne savez pas comment faire, demander à Greta Thunberg, et… faites la grève!

Alors, Neuchâtel sera le premier canton qui aura dit stop à «La Mobilité Débile».

Décréter la ville de Neuchâtel «ville sans voiture» (Nadia C., Marin)

Il faudrait agrandir les parkings hors de la Ville de Neuchâtel. Les conducteurs devraient y laisser leurs véhicules. Par le biais de votre abonnement annuel ou mensuel ou tout simplement avec un billet de transport, vous auriez la possibilité de vous déplacer soit en bus, vélo, vélo électrique, plateformes sur roues, gyropode, Segway et pourquoi pas comme ce qui se fait à Sion depuis le 23 juin 2016, par le biais de navettes autonomes de CarPostal. Cela permettrait ainsi de rallier votre destination en mobilité douce. On peut dire que le futur connecté est à nos portes!

Pour rappel 13 villes commencent à interdire les voitures (p.ex Oslo, Madrid d’ici à 2020…) autre exemple plus proche: pour venir à Bayonne (FR) en voiture, de nombreux parcs de stationnement existent aux portes de la ville et sont desservis toutes les 8 minutes par une navette électrique. Bayonne propose en effet ce service depuis 2003, assurant la liaison entre les parcs de stationnement et les rues de l’hyper-centre….

Afin que les commerces de la Ville de Neuchâtel ne soient pas prétérités, mettre en place le même système qui est actuellement actif à la Coop Maladière à savoir la livraison de vos commissions dans le parking où votre véhicule est stationné et en parallèle, pourquoi ne pas prolonger le Littorail de Bevaix à Marin? Au préalable, cette proposition devrait bien sûr faire l’objet d’une étude coûts/utilité!

En résumé, il y a beaucoup de choses à faire, mais il faut aussi que les mentalités évoluent vers un futur plus axé vers la mobilité douce qui est principalement les piétons, les cyclistes, les randonneurs, etc., repenser aussi le travail en diminuant les déplacements (télétravail).

Ouvrir certains magasins le dimanche (Renaud I., Neuchâtel)

Pour des centres-villes enchantés tous les dimanches!

Les magasins du canton souffrent de la concurrence en ligne et du tourisme d’achat en France.

Nos centres-villes sont des déserts le dimanche avec les magasins et la plupart des restaurants et terrasses fermées. Les Neuchâtelois savent qu’il est inutile de se promener dans les centres-villes et les rares touristes se demandent où sont-ils arrivés.

Je propose que les magasins soient libres d’ouvrir le dimanche dans tout le canton. Cela transformerait nos centres-villes en lieux vivants et enchantés.

Cela ne coûterait rien au contribuable, au contraire cela ferait diminuer le chômage, rapporterait en impôts grâce aux salaires versés et au chiffre d’affaires supplémentaire des magasins et donnerait de la joie à tous le dimanche!

Cultiver la contribution des associations locales et des citoyens (Jérôme H., Le Locle)

Pour dynamiser notre canton, tout est dans le titre de l’éditorial du 5 mars 2019: «trouvons ensemble les meilleures solutions».

Si l’initiative d’Arcinfo de donner la parole à des personnalités de la région est à saluer, c’est la création d’une véritable culture de la contribution citoyenne dont nous avons besoin. Celle-ci est déjà à l’œuvre dans les activités proposées par les nombreuses associations dans les domaines culturels, sportifs, sociaux, économiques et environnementaux.

Les personnes qui s’y engagent, majoritairement bénévolement et par passion, développent des expertises que les pouvoirs publics négligent encore trop souvent. Un véritable travail de concertation et de coordination entre ces acteurs permettrait inévitablement de faire émerger des solutions transversales et donc pertinentes.

À nos élus et fonctionnaires de considérer ces associations comme des partenaires et non comme des sous-traitants des tâches que les collectivités publiques ne peuvent pas entreprendre par manque de moyens.

Sensibiliser à l’écologie et à la permaculture (Simon W., La Chaux-de-Fonds)

  • Que les villes et villages promeuvent une agriculture de type permaculture et deviennent autonomes en nourriture tout en s’entraidant. Promouvoir aussi l’autonomie de manière générale et créer du lien social afin de mettre en place des plans d’actions pour accompagner les effondrements à venir (écologie, économie, etc.).
  • Sensibiliser les enfants à l’écologie avec une branche scolaire spécialisée obligatoire et mettre en place des actions concrètes auxquelles ils pourraient participer. Par exemple nettoyer les champs, les routes, observer l’impacte de l’humain sur la nature, développer des réflexions sur leurs modes de consommation et les impacts qu’ils engendrent.

Développer un espace de création artistique ouvert à toutes et à tous (Muriel P., Neuchâtel)

Mon idée serait que par exemple que la Ville de Neuchâtel mette à disposition de la population un lieu bien situé (au centre-ville par exemple) qui servirait d’espace de création artistique.

Cet espace serait sous la supervision de la Ville avec une personne responsable présente lors des heures d’ouverture ou serait supervisé par des artistes locaux, qui seraient libres ou non d’organiser des ateliers pour le public.

Il serait ouvert aux familles, aux personnes âgées, aux migrant-e-s, aux jeunes, bref, à toute la population. Le matériel artistique serait à disposition (peinture, feuilles, crayons, etc.).

Cet espace serait ouvert quasi tous les jours, surtout les dimanches pluvieux!!! En effet, avez-vous déjà vu le centre-ville de Neuchâtel un dimanche pluvieux? Et que faire ce jour-là à part les musées ou le cinéma?

L’entrée serait libre ou sur donation, pour permettre à tout le monde d’en bénéficier. Ses usagers pourraient ainsi créer et bricoler, partager leurs créations, leurs expériences, bref s’exprimer par l’art. 

Un coin café (thé, café, sirop à disposition) permettrait d’échanger autour d’un verre. Ce lieu fonctionnerait sans inscription, sauf pour les ateliers.
Une fois par année, il pourrait y avoir une exposition-vente des œuvres des usagers.

Neuchâtel étant une ville d’une grande richesse culturelle et artistique, pourquoi ne pas impliquer les différents acteurs artistiques dans un tel projet?

Instaurer un impôt dégressif (Yousuf L., La Chaux-de-Fonds)

Et si on stoppait le dépeuplement du canton? En fidélisant les habitants avec un impôt dégressif. L’état pourrait tenir compte des années de cotisations et ainsi récompenser les fidèles résidants … Utopique?

Relier le Château et sa population (Rachel O., Neuchâtel)

Sur sa colline, le Château de Neuchâtel est isolé de la population. Quelques grosses cylindrées montent la pente escarpée pour rejoindre une place de parc privée. Les autres soufflent en escaladant les marches qui mènent aux lieux de pouvoir.

Pourtant le Château et La Collégiale attirent la foule des touristes, des promeneurs, des écoliers et des fonctionnaires.

Une liaison (passerelle, pont?) vers la rue des Parcs permettrait de rejoindre plus facilement ce haut lieu du canton depuis la gare de Neuchâtel ou même depuis la vieille ville, en profitant du funiculaire écluse-boine comme ascenseur.

Une insertion sur la ruelle de l’immobilière pour rejoindre le sentier du donjon permettrait de créer un pont routier.

Une accroche sur le parking de Chaumière (à intégrer dans le projet de futur EMS) permettant de rejoindre le chemin de ronde du château permettrait de créer une passerelle pour piétons et mobilité douce, assurant une vue imprenable sur notre patrimoine cantonal.

Qu’attendons-nous pour relier le Château et sa population?

Introduire diverses mesures (Christine H-D., Peseux)

  • Baisser les impôts.
  • Baisser les primes d’assurances maladie.
  • Baisser les loyers.
  • Adapter les prix des transports publics pour les personnes à l’AVS.

Et tout le monde sera heureux.

Changer les mentalités de nos élus (Marc G., Cortaillod)

Rien ne sera possible si l’on ne change pas les mentalités des deux tiers de nos élus.

Développer les quartiers solidaires (Eveline B., Neuchâtel)

Mon idée est de mettre sur pied dans les villes, des quartiers solidaires. Ceci afin que les habitants puissent créer des liens intergénérationnels et se connaître en faisant des activités.

Chaque quartier aurait un lieu de rencontre où seraient proposés des cafés-rencontres, des repas, des après-midis de jeux de société, des soirées thématiques avec conférences ou films, des sorties.

Afin de dynamiser les équipes responsables de ces locaux, un animateur professionnel serait engagé par les villes afin de proposer et organiser les activités.

Introduire un salaire pour toute personne qui s’occupe de ses enfants à domicile (Muriel P., Neuchâtel)

Ma proposition serait d’introduire un salaire pour toute personne qui s’occupe de ses enfants à domicile, qu’elle soit un homme ou une femme.

Ainsi, chacun et chacune, quelle que soit sa classe sociale, pourrait choisir entre rester au foyer pour s’occuper de ses enfants, travailler à temps partiel ou faire carrière.

À l’âge de la retraite, les personnes ayant choisi de rester à domicile ou de travailler à temps partiel pour s’occuper des enfants, ne seraient pas financièrement pénalisées comme c’est actuellement le cas.

Un tel système serait synonyme d’égalité et de réel choix du modèle de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale.

Culture et viticulture écologiques dans les bourgs historiques du littoral (Grégory J., Neuchâtel)

Les villages médiévaux du littoral, de Vaumarcus à Saint-Blaise, s’associent pour promouvoir activement les rénovations des toits dans les zones des bourgs historiques en tuiles solaires produites par les spin offs du CSEM, à l’image du toit de l’annexe du château d’Auvernier. Les villages deviennent producteurs d’énergie!

Parallèlement, les bourgs sont rendus aux piétons avec des parkings à l’entrée de la zone. Des festivals culturels et sportifs sont organisés entre les centres historiques. Les infrastructures touristiques liées à la culture et à la viticulture sont développées. Les encavages redeviennent un patrimoine valorisé.

Le littoral devient un ensemble coordonné, touristique, culturel et viticole, neutre en carbone grâce à son innovation.

Installer une grande horloge à la Place Pury (Madeleine T., Neuchâtel)

À la rue du Musée pour mon travail durant 40 ans, j’ai traversé tant de fois cette belle Place Pury à Neuchâtel. Depuis ma retraite, un peu moins souvent!! À chaque fois un rêve:

Doter cette Place d’une très grande horloge, genre Pendule Neuchâteloise, visible et lisible de loin.

Je l’imagine donc à chacun de mes passages et me permets de vous en faire part, pleine d’espoir. Elle pourrait être offerte par l’Industrie Horlogère, ou même soutenue par une souscription publique afin de ne pas charger les finances.

Remettre en service des installations de remontées mécaniques dans la zone Vue des Alpes – Tête de Ran.(Joël F., Neuchâtel)

Il y a 5 installations qui sont déjà implantées mais à l’arrêt depuis plusieurs années alors que c’était la seule «vraie» zone dédiée aux sports de glisse proche de Neuchâtel et la Chaux-de-Fonds.

De plus il sera préférable de rouvrir le restaurant de la Tête de Ran, car même avec les installations fermées, il y a toujours du monde qui y viendrait manger une bonne fondue ou se désaltérer. C’est devenu un centre pour migrants et donc depuis il n’y a plus rien sur place mis à part les Gummenen un peu plus loin mais qui sont souvent débordés. Deux solutions: soit déplacer les migrants et rouvrir le resto, soit faire participer les migrants à la vie locale en les faisant travailler dans ce resto.

Une participation active de la commune pour dynamiser cette zone qui est déjà équipée serait vraiment un plus pour la région.

Dynamiser le haut du Canton (Nelly M., La Chaux-de-Fonds)

Dans cette ville de La Chaux-de-Fonds, il faudrait changer beaucoup de choses:

  • Pouvoir d’achat: qu’il y ait plus d’entreprises formatrices et plus de places d’apprentissage.
  • Changer le monde politique de cette ville et mettre des gens plus compétents en haut du système scolaire et professionnel.
  • Prendre en charge les jeunes qui n’ont pas d’expérience en sortant de l’école obligatoire.

Je suis maman de trois enfants et j’ai vraiment peur pour l’avenir de tous ces élèves qui vont se retrouver sans avenir professionnel, et socialement démunit par ce système incompétent dans leurs démarches pour toutes populations confondues.

Organiser un festival de musique thématique (Scarlett Elisabeth M., Vaumarcus)

Pour Neuchâtel, j’aimerais organiser un festival qui se fonde sur le Iceland Airwaves en Icelande. C’est-à-dire des salles payantes comme la Case à chocs avec des artistes connus, des concerts gratuits dans les bars de la ville, des conférences dans des endroits clés concernant divers thèmes:

  • Protéger les enfants des abus sexuels, de violences, de violences psychologiques, des abus de drogues et alcool.
  • Médiéval (il y aura deux soirées au Château de Vaumarcus le 17 et 18 mai prochain).
  • Nature, écologie, je suis en contact avec quelqu’un de Yakushima pour y organiser un événement en octobre.
  • Religion, amour, maladie psychologique, jeunesse, adolescence, animaux, chamanisme, naturopathie, etc. 

J’œuvre pour la paix sur cette terre et je pense qu’il est temps de faire participer des gens aux ramassages des déchets, d’élaborer des coins jardins, de partage, de communiquer notre savoir entre anciens et jeunes. De faire de ce monde, un monde meilleur. Ceci est mon but. 

Simplifier la mobilité urbaine dans tout le canton (Claude P., Le Locle)

La complexité de l’environnement économique a été multipliée par 6 durant ces 60 dernières années. Dans le même temps et pour faire face à cette complexité, la complication organisationnelle des entreprises a été multipliée par 35, suite à une réglementation du savoir-faire et du savoir être des personnes. Cette réglementation inopportune bride l’intelligence humaine, avec pour corollaire une absence de coopération et une démotivation. Pour exemple, il semblerait que 77% de suisses se déclarent insatisfaits de leurs conditions de travail.

La complication organisationnelle évoquée ci-dessus affecte également la circulation dans les villes, avec pour conséquence des accidents, des embouteillages et une pollution de l’air.

Proposition: simplifier la mobilité urbaine dans tout le canton.

La première étape consiste à supprimer, dans les localités et les agglomérations, l’ensemble de la signalisation routière et de la remplacer par les trois simples règles suivantes:

  1. Le piéton a la priorité sur tout véhicule
  2. La vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h
  3. La priorité de droite prévaut entre véhicules

La deuxième étape consiste à supprimer les trottoirs et les giratoires.

La fluidité du trafic serait améliorée, approximativement, d’un facteur deux, aussi les émissions de CO2 seraient réduites d’autant.

Les autres avantages seraient les suivants:

  • Réduction des accidents par une meilleure collaboration entre usagers (sublimation de l’intelligence humaine) et par une vigilance accrue (surcharge d’informations drastiquement réduite).
  • Réduction des embouteillages.
  • Réduction du bruit suite à la réduction de la vitesse des véhicules.
  • Réduction des autres polluants (NOx, O3, CO, particules fines, ..), en dehors du CO2.
  • Implantation de voies cyclables devenue inutile, de par le concept proposé.
  • Suppression des frais d’entretien de la signalisation.
  • Effet dynamisant des centres-villes.
  • Embellissement notable des Villes, plus spécifiquement en mettant en valeur l’architecture urbaine horlogère appartenant au patrimoine mondial.

Références:

- Ville de Drachten, Pays-Bas, 50’000 habitants
- «SMART SIMPLICITY», Yves Morieux et Peter Tollman, Éd. Les Belles Lettres, 2018
- L’Institut pour l’organisation du Boston Consulting Group (BCG)

Aider les entreprises (Rémy B.)

Je me permets de vous écrire afin d’attirer votre attention sur l’un des besoins d’un acteur de notre tissu économique et social, qui peine à se solidifier et à se dynamiser.

Questions:

  • Combien d’entreprises (PME) installées dans notre canton cherchent à se développer, mais ne disposent d’aucune possibilité de construction ou d’agrandissement de proximité, propre à leurs enjeux d’avenir, et ce à un coût abordable?
  • Combien d’entreprises souhaitent s’installer dans notre canton, mais ne trouvent aucune possibilité de construction adaptée à leur activité?
  • Quels sont les montants que ces entreprises seraient disposées à injecter dans la construction, donc dans des entreprises locales?
  • Combien de sociétés déménagent hors canton, simplement pour des questions de possibilités?

Permettre le développement et offrir des possibilités d’installation aux entreprises locales dynamiserait (peut-être ou partiellement?) notre région.

J’entends beaucoup d’entrepreneurs, de commerçants et d’artisans se plaindre d’une pénurie de locaux adaptés à leur activité.

Responsabiliser nos élus (Willy C., Môtiers)

Que nos élus prennent la responsabilité  pour laquelle ils ont été nommés! Il n’y a pas que le salaire qui compte. Les fonctionnaires sont des employés qui sont sous leur responsabilité? Ils ne sont pas nommés uniquement pour signer des documents sans même prendre la peine dévaluer ce qui est mentionné sur les documents pondus par ces derniers!!

Réaménager le Pod (Yousuf L., La Chaux-de-Fonds)

Et si on dynamisait la ville de La Chaux-de-Fonds? En aménagement des places de parcs sur les trottoirs de l’avenue Léopold-Robert et en limitant la zone à 30 km/h (tous les feux disparaissent entre la grande fontaine et la gare = moins de charge pour la ville et plus d’accessibilité pour les commerces). Puis, la ville créée un espace pour des événements à la place du marché tout en réduisant les places de parcs.

Introduire un revenu de base inconditionnel pour tous ses citoyens (Alexandre W.)

Dès sa majorité et ce jusqu’à sa mort, tout citoyen de la République et Canton de Neuchâtel, reçoit un revenu de base digne, lui permettant de subvenir à tous ses besoins essentiels (nourriture, vêtements, logement, santé), calculé en fonction du coût moyen de la vie et indexé au taux d’inflation.

Les arguments:

  • C’est inédit à cette échelle de population.
  • Fait disparaître une fois pour toutes la misère.
  • Favorise l’entreprenariat, le développement personnel, la démographie.
  • Augmente le niveau d’éducation de la population.
  • Réduit la criminalité.
  • Améliore la santé mentale et physique de la population.
  • Rationalise l’administration publique.

Je crois avec sincérité que le revenu de base inconditionnel est une des rares idées, applicable par un simple texte de loi, à même de donner à la population les moyens de sa transition, de lui permettre d’œuvrer à créer une société plus résiliente et en phase avec son environnement. Cela ferait du canton de Neuchâtel un pionnier en la matière, un phare rayonnant loin à la ronde.

Changer de mentalité (Francine R.G., La Chaux-de-Fonds)

Dans vos lignes, vous avez fait un constat alarmant et malheureusement tout à fait exact sur le départ de nombreux habitants et c’est là que les vraies bonnes idées devraient se concentrer. Comment repeupler ce canton?

D’où mon titre «changer de mentalité».

Cela signifie pour moi arrêter de se saborder, de s’automutiler, de se culpabiliser, de n’utiliser ses idées innovatrices que lorsqu’il s’agit de créer une nouvelle montre connectée mais de vivre au Moyen-Âge pour les choses de la vie.

Des exemples? Accepter de témoigner pour la RTS en faisant ses cartons et disant que les cantons voisins ne vont pas nous saigner à blanc avec les impôts! Immatriculer sa voiture en Valais. Raconter à qui veut l’entendre qu’il y a 6 mois d’impôts, 6 mois de neige. Faire les pauvres, se plaindre, parler d’une vie qui «ne nous a pas fait de cadeau».

Pleurer pour la perte de ses pianos du Conservatoire de Musique, pleurer pour la perte de ses Hautes écoles au Locle, pleurer pour son hôpital, pleurer pour ses crèches qui ferment, pleurer parce que Philip Morris ne paie plus sa contribution ecclésiastique, pleurer, pleurer, pleurer et râler!

Changer de mentalité signifie enlever ses lunettes noires et mettre ses lunettes claires. Non pas ses lunettes roses et se voiler la face mais avoir juste du bon sens et rester honnête. Quitter ses haillons de mendiant et prendre son destin en main.

Comment? Nos cantons voisins surpeuplés ne demandent qu’à venir, il faut juste les inviter! Si le canton se repeuple de nombreux soucis peuvent se résorber, tout le monde le sait. Alors soyons accueillants et arrêtons de parler de nous sur le ton à la mode en ce moment!

Les familles viendront s’il y a du job, un bon accueil scolaire, des logements à bon prix, des impôts raisonnables et une jolie vie sociale. Pas vrai?

Que nous manque-t-il dans tout cela? Pas grand-chose! Nos émigrés et nos frontaliers en tout cas trouvent facilement un job et dans le Haut surtout il y a de magnifiques appartements pour une bouchée de pain, de quoi faire pâlir nos voisins romands. Et pour ces fameux impôts exorbitants il faudrait vraiment faire les vrais calculs et prendre en compte que les barèmes pour les familles sont plus avantageux que ce que l’on pense.

Pour se loger à Lausanne, un appartement de 4 pièces pour une famille, si vous avez la chance d’en trouver un d’ailleurs, coûte en moyenne Fr. 1’000.- de plus par mois! Faites vos comptes!

Alors, Mesdames et Messieurs des administrations communales et de la politique cantonale, faites votre pub, vendez-vous, expliquez aux familles de l’arc lémanique surtout qu’elles risquent bien d’avoir une sacrée jolie vie chez nous!

Développer un programme de parrainage en gestion de projet (Philippe L.)

Après avoir lu votre article sur les idées de «ré-enchantement du canton» paru hier, j’ai pensé vous informer de mon programme de parrainage.

L’idée étant de soutenir des privés ou des associations (en gros, tout ce qui n’est en général pas un client de mon entreprise) qui souhaitent mettre en œuvre une initiative ou un projet mais ne savent pas comment s’y prendre.

Développer une mobilité douce (Jean-Claude J., Les Ponts-de-Martel)

Dans le canton, sur le plan des loisirs et de la mobilité douce, le littoral est bien développé, attirant par ses infrastructures, les résidentes/ts et les touristes ; ce n’est pas le cas pour les vallées et les montagnes…

Pour développer ce secteur, il serait intéressant de créer dans le Val-de-Ruz, le Val-de-Travers, la vallée des Ponts-de-Martel/La Sagne, la vallée de la Brévine, entre Le Locle et la Chaux-de-Fonds, des pistes assez larges, aménagées et séparées du trafic motorisé et ferroviaire.

Ainsi toutes et tous pourraient arpenter toutes les régions du canton sans danger, à pied, en vélo, en roller…

Le long de la vallée des Ponts-de-Martel/La Sagne par exemple, une piste de ce type pourrait être aménagée à côté des rails du Ponts-Sagne, séparée du train par une haie d’arbustes.

Bel investissement pour développer le reste du canton: de plus, bon pour les yeux et la santé!

Créer un abonnement de transports publics à prix symbolique pour les enfants (Yousuf L., La Chaux-de-Fonds)

Et si on rendait le canton de Neuchâtel plus attractif pour les familles? En créant un abonnement de transport public à prix symbolique pour les enfants de moins de 16 ans? Ou dégressif si les parents en possèdent aussi un?

Instaurer une «journée de la convivialité» (Canisius O., La Chaux-de-Fonds)

Dynamiser le canton, la région? La population dans son ensemble est concernée. Or la base du bien vivre ensemble, à même d’insuffler le goût de l’avenir, c’est la confiance mutuelle. Si chacune et chacun reste le nez sur son écran, sans regarder autour de lui ou d’elle, nous végéterons, chacun dans son coin, et rien ne se passera. Nous avons besoin d’un nouveau goût de vivre ensemble et d’une confiance mutuelle à construire.

Pour aller dans cette direction, je propose l’instauration d’une «journée de la convivialité». Ce jour-là Neuchâtelois, Jurassiens, suisses, étrangers, enfants, adultes, jeunes et personnes âgées etc. seraient invités à se saluer mutuellement d’un bonjour fraternel, retentissant et souriant. Des liens nouveaux pourraient en surgir, une lumière sur les visages. Une société qui croit un peu plus en elle-même et en ses capacités magnifiques. Grâce à une nouvelle confiance mutuelle.

Organiser une course du premier mars (Sandro B., Colombier)

Nous connaissons bien les divergences entre le haut et le bas. Si nous revenons aux sources, nous avons une histoire commune forte quand le «haut» et le Val-de-Travers ont rejoint le «bas» en jurant fidélité à la République et canton de Neuchâtel le 1er mars 1848.

Nous avons bien une marche du 1er mars mais elle passe relativement inaperçue. A contrario, nous avons un tour du canton qui fait beaucoup d’émules. Pourquoi ne pas organiser la course du premier mars?

Cette course:

- Rappellerait aux Neuchâtelois qu’un jour, ils se sont battu pour la même cause.
- Aurait une bonne visibilité médiatique (imaginons des images de tempête de neige lors d’une course «hors saison»).
- Serait autofinancée.

Mettre à disposition gratuitement des bouts de jardin (Xavier M., La Chaux-de-Fonds)

Mettre dans la loi la possibilité à ceux qui le désirent d’être responsables d’un petit bout de jardin gratuitement. Plus les gens auront les mains dans la terre, plus nous récolterons les bénéfices sociaux et culturels liés à la satisfaction de se nourrir… Ce qui engendrera probablement une réelle prise de conscience de notre environnement. Si les gens prennent conscience de la richesse de la nature et de la pauvreté d’un compte en banque plein, la révolution sera amorcée. Bien sûr, il faut accompagner cela avec la diffusion des connaissances en matière de permaculture.

L’État pourrait simplement arrêter d’aider les projets qui ne sont pas durables… Rien que cette raison devrait suffire! Pourquoi l’argent public devrait aider à financer une activité non durable? Exemples: halle d’engraissement => fin des paiements directs. Faire appliquer l’interdiction de brûler les déchets verts (il suffit de regarder l’horizon lorsqu’il fait beau pour compter les feux des bûcherons, qui brûlent parfois sur plusieurs jours. Etc.

Si on veut aller un poil plus loin => transports publics gratuits, limitation de la construction des supermarchés aux sorties des villes, favoriser le commerce piéton, ôter les feux rouges sur le Pod, et remettre les places de parc sur la rue (arrêter de penser «voiture first»).

Toutes mes propositions sont accessibles car elles ne demandent pas de financement.

#SmartNeuchâtel #UnCantonUneVille #OsonsInnover (Carol C.)

Osons inventer l’agglomération du futur – montagnes fraîches pour bien vivre malgré les problèmes climatiques, lac accessible à tous, vallons poumons et ressources naturelles, transports publics et réseau mobilités douce.

  • Des centres denses de population, échanges, éducation, culture, pôles d’excellence avec des larges zones mobilité douce.
  • Nos vallées: des poumons verts de détente, sports, habitations (mais pas n’importe quoi).
  • Des transports publics performants.
  • Réduisons toutes les pollutions – air, eau, terre, bruit, lumière etc.
  • Profitons de notre «retard»

Neuchâtel peut innover à grande vitesse, devenir un exemple unique et inspirant d’innovation, de qualité de vie et de développement durable, respectueux et cultivé!

Agir sur plusieurs niveaux (Johan G., Neuchâtel)

  • Baisse des impôts.
  • Baisse des primes des caisses maladie.
  • Diminution des charges pour les commerces/bars etc.
  • Que la population apprenne à chercher des infos sur les manifestations proches.
  • Que la population se déplace aux manifestations régionales.
  • Mettre en avant l’agenda des manifestations «on peut tout faire» https://www.optf.ch/.
  • Sortir du clivage haut/bas.
  • Amélioration de la mobilité en général (voiture, bus, train, etc.).
  • Apprendre avec l’aide des autres «petits cantons» comment gérer correctement.
  • Faire comprendre aux politiques (autant à gauche qu’à droite) que la plus grande masse de population est de classe moyenne et/ou inférieure et qu’il ne faut pas les noyer sous les impôts. Ce sont eux qui se bougent pour faire vivre le canton. S’ils paient trop d’impôts, de charges et de primes maladie, ils ne peuvent pas dépenser dans l’activité du canton.

L’ayant vécu, rien qu’un déplacement en voiture peut poser des problèmes au niveau des finances.

Créer un festival mettant en avant notre savoir-faire (Ricardo V., La Chaux-de-Fonds)

Nous avons beaucoup d’innovations techniques et culturelles. Un festival, une manifestation d’ampleur, afin de mettre en avant notre savoir-faire.

Impliquer les Hautes Écoles, les manufactures et les divers acteurs culturels de la région dans un même projet.

Pourquoi aller à Genève ou à Bâle pour les dernières nouveautés horlogères?

Faisons notre show dans notre canton.

Mettre en place diverses mesures (Christelle F.)

  • Baisser les loyers.
  • Baisser les impôts.
  • Promouvoir les clubs de sports.
  • Organiser des manifestations qui touchent les plus jeunes.
  • Créer des emplois autour de la promotion/prévention/intégration.
  • Créer une ordonnance/loi au niveau fédéral pour les désendettements des jeunes/adultes.
  • Faire du tri au niveau du château et du gouvernement.
  • Construire un collectif/association pour représenter la ville.
  • Mettre en place des tables rondes pour débattre/mettre en place des projets en collaboration avec le gouvernement.
  • Que chaque personne soit entendue et partage leurs idées.

Récompenser la mobilité de proximité (Yousuf L., La Chaux-de-Fonds)

Et si on récompensait la mobilité de proximité? En diminuant les impôts des personnes qui habitent et travaillent dans la même commune ou canton.

Engager local (Anna M.)

Obliger les entreprises horlogères à engager des personnes domiciliées en Suisse et non en France, leur payer des salaires suisses, et les faire payer leurs impôts en Suisse et non pas en France.

Avoir une vision claire (Markus S.)

D’abord définir en quelques mots une vision/mission claire. Qu’est-ce que le canton représente pour le peuple et veut devenir?

J’ai l’impression qu’on parle de vouloir tout faire et avoir (et réduire les coûts et impôts en même temps) et d’en finir perdu dans le brouillard.

Avant de proposer des projets et plans/mesures, il faut savoir quel(s) but(s) le canton devrait se fixer et les stratégies qu’il devrait développer et mettre en place. Ce n’est qu’après ce travail en amont qu’on proposera et élaborera des projets et mesures.

Sans une vision claire, des objectifs bien définis et des plans stratégiques alignés, on n’avance pas le canton et notre qualité de vie. Sortons du brouillard!

Agir sur l’emploi et abaisser les charges (Dan C.)

La solution est simple: la création d’emplois autres que sur les montres de luxe (on s’est déjà planté dans les années 70, mais il fallait une piqûre de rappel).

Et pour limiter l’hémorragie de contribuable: abaisser les charges prohibitives. Là peut-être que nous retiendrons nos contribuables et ne serons plus dépendants d’une main-d’œuvre introuvable dans le canton.

Appliquer une démocratie participative (Claire D.)

Les habitants de la petite commune alsacienne de Kingersheim expérimentent depuis 10 ans une forme bien développée de démocratie participative. Avec la notion d’apprentissage, très intéressant et qui permet de réels progrès!

Créer un dépliant touristique (Ludovic J., Neuchâtel)

Avons-nous sur Neuchâtel un dépliant sur lequel on peut trouver des petits coupons de réduction pour les visites et excursions?

Par exemple, quand vous arrivez à l’entrée du Valais, au relais du St-Bernard à St -Maurice, l’office du tourisme vous donne des carnets contenant pleins de réductions.


À lire aussi...

Solutions10 idées pour réenchanter le canton de Neuchâtel10 idées pour réenchanter le canton de Neuchâtel

Top