Dans nos archives
 28.06.2020, 11:00

En 2010, le cœur de Nicolas Hayek s’arrêtait

chargement
Fondateur de Swatch Group et fin stratège, Nicolas Hayek nous quittait il y a dix ans, le 28 juin 2010.

Rétrospective Petits ou grands, de nombreux événements ont marqué la région, la Suisse, le monde. Nous les remettons au goût du jour grâce à nos archives. Ce dimanche, nous revenons sur le décès de Nicolas Hayek, fondateur et ancien président de Swatch Group.

«La nouvelle a frappé de stupeur l’industrie horlogère au moment où elle commence à se relever de la crise: fondateur et président du Swatch Group, Nicolas G. Hayek est décédé hier à son bureau biennois, à 82 ans, d’un arrêt cardiaque», écrivaient le 29 juin 2010, «L’Express» et «L’impartial».

En savoir plus: Les archives de nos journaux

Nicolas Hayek était «considéré comme le sauveur de l’industrie horlogère suisse dans les années 1980, avec notamment le lancement de la montre en plastique Swatch.» Il est vrai que la montre, lancée le 1er mars 1983, a dépassé toutes les attentes.

Le 23 septembre de cette année-là, six mois après son lancement, on pouvait lire dans «L’Express» et «L’impartial»: «Pour la Suisse et toute l’année 1983, les dirigeants d’ETA s’étaient donné pour objectif une vente de 100 000 unités. Pourtant, à la fin du mois d’août, c’est-à-dire six mois après le lancement et quatre mois avant l’écoulement du délai, 220 000 unités ont déjà été livrées!»

Le groupe de Granges déclarait même que les ventes totales dans le monde devraient atteindre les 2,5 millions en 1984. Le pronostic était bien en deçà, ce sont 3,5 millions de montres qui ont été vendues en 1984!

A cette époque, Nicolas Hayek œuvrait comme consultant pour l’industrie, son empire horloger n’était pas encore bâti. En 1982, il conseille la fusion entre deux sociétés possédant respectivement les ­marques de montres Omega, Tissot et Lemania Watch (SSIH), et Longines, Rado, Eterna et Oris V (Asuag). C’est dans ce même temps qu’il soutient très fermement le projet Swatch.

En 1985, Nicolas Hayek prend le contrôle de cette nouvelle entité qui n’est pas moins que l’ancêtre de Swatch Group, lequel «a contribué à maintenir dans l’Arc jurassien une culture industrielle innovante et créative», écrivait-on encore dans «ArcInfo» il y a dix jours à peine.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

RétrospectiveEn 2001, Festi’neuch lance sa première éditionEn 2001, Festi’neuch lance sa première édition

RétrospectiveEn 2005, le Tour du canton fête son 20e anniversaireEn 2005, le Tour du canton fête son 20e anniversaire

RétrospectiveEn 1992, les citoyens suisses disent oui au service civilEn 1992, les citoyens suisses disent oui au service civil

Top