Coronavirus
 21.07.2020, 19:00
Lecture: 6min

Une cabine téléphonique japonaise pour se souvenir des morts du tsunami de 2011

Premium
chargement
"Le téléphone du vent": une cabine téléphonique japonaise reliée à nulle part et devenue lieu de pélerinage pour les endeuillés du tsunami de 2011.

Catastrophe Les lieux de mémoire souhaités par le Conseil d’Etat neuchâtelois s’inspirent notamment d’une cabine téléphonique japonaise reliée à nulle part. Elle est devenue un lieu de pèlerinage pour les personnes qui ont perdu des proches lors du tsunami meurtrier de 2011.

Professeur d’ethnologie à l’Université de Neuchâtel, Ellen Hertz a été sollicitée par le Conseil d’Etat neuchâtelois pour nourrir sa réflexion mémorielle. Plus que la mise en place d’éventuels monuments, l’universitaire plaide pour «une certaine modestie»: elle évoque la plantation d’arbres ou l’organisation de torrées.

Elle souligne l’importance du rituel et de mettre des mots sur l’état de sidération qui a touché la population dès le début de la crise sanitaire. La parole est donc importante à ses yeux. Elle évoque ainsi cette cabine téléphonique isolée et reliée à nulle part… au...

À lire aussi...

MémoireCanton de Neuchâtel: des lieux pour se souvenir du Covid?Canton de Neuchâtel: des lieux pour se souvenir du Covid?

hommageL'ethnologue Jacques Hainard a reçu le prix de l'Institut neuchâtelois. "Il faut  l'empailler", a dit sa laudatrice Ellen HertzL'ethnologue Jacques Hainard a reçu le prix de l'Institut neuchâtelois. "Il faut  l'empailler", a dit sa laudatrice Ellen Hertz

Commentaire«Un espace créatif pour se souvenir», le commentaire de Nicolas Willemin«Un espace créatif pour se souvenir», le commentaire de Nicolas Willemin

Top