Coronavirus
  03.04.2020, 14:17

Pour faire face au coronavirus, les grands-parents réinventent leur quotidien

Premium
chargement
Marie-Thérèse et Jean-Michel n'accueillent plus personne dans leur demeure, mais ils regorgent d'inventivité pour maintenir les échanges avec leur proches.

famille Comme beaucoup d’aînés, Marie-Thérèse et Jean-Michel Erard ont dû affronter la coupure brutale avec leurs enfants et petits-enfants, coronavirus oblige. Fondateur de l’association, L’Ecole des grands-parents Neuchâtel, ce couple de Savagnier reste en contact avec ses membres et réinvente son quotidien.

«On avait l’habitude de garder nos petits-enfants, et d’un jour à l’autre, c’était fini. On a basculé dans la catégorie des personnes âgées à préserver alors qu’on est en bonne santé. On comprend ces mesures, mais la coupure est brutale», confie Marie-Thérèse Erard.

Comme beaucoup d’aînés, cette habitante de Savagnier et son époux Jean-Michel, 68 et 70 ans,...

À lire aussi...

SAVAGNIERDes grands-parents créent leur écoleDes grands-parents créent leur école

SolidaritéCoronavirus: comment informer les aînés?Coronavirus: comment informer les aînés?

Fête de l’Ecole des grands-parents

L’humeur sera à la fête, ce dimanche, à l‘occasion de la journée intergénérationnelle organisée par l’association de...

    29.08.2017 00:01
Premium

Top