Coronavirus
 13.03.2020, 20:41

Neuchâtel: comment se comporter face au coronavirus

chargement
Le médecin cantonal Claude-François Robert lors d'un point presse ce vendredi matin.

Santé L’évolution de l’épidémie de coronavirus augmente la pression sur le système hospitalier neuchâtelois. Une ligne téléphonique et huit unités de tri médical ont été mises sur pied partout dans le canton pour accueillir les malades. On vous explique le système mis en place dans le canton de Neuchâtel pour faire face au Covid-19.

Pour soulager les cabinets médicaux et les hôpitaux neuchâtelois qui reçoivent de plus en plus de malades, sept unités de tri infirmier, avec conseils de médecins, ont été ouvertes ce vendredi à Perreux, Peseux, Marin, Travers, Le Locle, La Chaux-de-Fonds et Cernier.

La forte propagation de l’épidémie a poussé le canton de Neuchâtel à revoir rapidement son dispositif sanitaire afin d’éviter une saturation dangereuse des hôpitaux. Depuis quelques jours déjà, il n’y a plus de tests de dépistages systématiques. Les chiffres ne reflètent ainsi plus le nombre réel de malades du Covid-19.

«Nous devons vivre avec le coronavirus dans le canton de Neuchâtel et en Suisse», a déclaré ce vendredi matin le conseiller d’Etat Laurent Kurth lors d’un point presse. «C’est une crise sans précédent depuis au moins un siècle et une épreuve très importante. Nous appelons à des comportements responsables et à un esprit de solidarité», a martelé le ministre neuchâtelois de la Santé.

«Dans cette nouvelle phase, nous devons protéger les plus vulnérables. Le suivi individuel n’est plus efficient et surtout plus possible aujourd’hui. Nous réaffectons les ressources à d’autres activités.»

«La situation est sérieuse, mais il ne faut pas stresser pour autant. Le coronavirus n’est ni Ebola ni un cancer. Dans la grande majorité des cas, il n’y a pas d’effet durable sur la santé»
Laurent Kurth, conseiller d’Etat

Centres pour malades

Ces centres de tri ont été créés pour orienter les malades qui ont des symptômes du Covid-19 (toux et/ou fièvre). L’objectif est de désengorger les hôpitaux, afin d’assurer une bonne prise en charge des autres patients. Ils sont destinés au personnel médical, aux personnes vulnérables et à celles présentant des signes d’aggravation de la maladie (voir l’infographie). Le site web www.coronacheck.ch indique la marche à suivre en cas de doute.

Le médecin cantonal Claude-François Robert rappelle que dans 80% des cas, le coronavirus est bénin. «La situation est sérieuse, mais il ne faut pas stresser pour autant. Le coronavirus n’est ni Ebola ni un cancer. Dans la grande majorité des cas, il n’y a pas d’effet durable sur la santé», poursuit Laurent Kurth.

Appel aux médecins retraités

Une nouvelle ligne téléphonique a été ouverte pour aiguiller les malades dans lesdits centres. Il s’agit du 032 886 88 80 (lundi-vendredi de 8h à 17h30/ samedi de 9h30 à 17h30 et dimanche de 9h30 à midi). La ligne téléphonique des médecins de garde reste disponible au 0848 134 134. Une bonne vingtaine de médecins retraités ont repris du service pour prêter main-forte aux infirmiers.

Lors de l’appel à la nouvelle ligne, un rendez-vous dans une unité de tri sera proposé aux personnes qui en auraient besoin. Sur place, différents contrôles seront effectués et le dépistage du Covid-19 se fera dans des cas très particuliers. Si on demande aux patients de retourner à la maison, un suivi est assuré par téléphone. Une attestation médicale leur sera délivrée.

A lire aussi : «Tous les parents auront une solution de garde», assure Monika Maire-Hefti

Acteurs privés en renfort

«Le risque d’engorgement de la nouvelle ligne téléphonique existe», a reconnu Laurent Kurth. Il est cependant prévu d’augmenter rapidement le nombre de personnes pouvant répondre, en fonction de la demande. Les locaux et le personnel des cliniques privées de la santé pourraient être sollicités selon l’évolution de la situation.

Par ailleurs, une ligne spécifique aux enfants pourrait aussi être ouverte. «Cela dépendra du flux aux urgences pédiatriques», a indiqué Claude-François Robert.

C’est Nomad, l’institution publique de soins à domicile, qui gère les sept centres de tri et la ligne téléphonique. Gabriel Bader, son directeur, indique que certaines prestations seront réduites ou reportées pour assurer ces nouvelles missions.

Aussi pour les sans-papiers

Un huitième centre, géré par Médecins du monde, sera ouvert la semaine prochaine à La Chaux-de-Fonds. Doté de compétences linguistiques, culturelles et sociales, il est notamment destiné aux requérants d’asile et aux sans papiers. Des lieux ont également été prévus pour accueillir des personnes en situation de précarité ou de passage dans le canton.

En cette période de fin de grippe saisonnière, le médecin cantonal demande par ailleurs à la population de s’inscrire sur le site www.grippenet.ch et d’y communiquer d’éventuels symptômes grippaux. Ces informations permettent de suivre l’évolution de la maladie et de surtout mieux l’anticiper.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieLes premiers pas du coronavirus dans le canton de NeuchâtelLes premiers pas du coronavirus dans le canton de Neuchâtel

live
déclaration officielleCoronavirus: découvrez les mesures fortes imposées par le Conseil fédéral à tout le paysCoronavirus: découvrez les mesures fortes imposées par le Conseil fédéral à tout le pays

DiverstissementCoronavirus: les événements neuchâtelois annulés ou reportés ces dernières semainesCoronavirus: les événements neuchâtelois annulés ou reportés ces dernières semaines

Crise«Tous les parents auront une solution de garde», assure Monika Maire-Hefti«Tous les parents auront une solution de garde», assure Monika Maire-Hefti

SantéCoronavirus: comment les hôpitaux neuchâtelois repèrent les maladesCoronavirus: comment les hôpitaux neuchâtelois repèrent les malades

Top