Coronavirus

Les aînés écrivent à nos lecteurs

chargement

Lettres Chaque jour, «ArcInfo» publie une lettre adressée à nos aînés. Des résidents d’EMS de la région ont à leur tour pris la plume pour raconter ce qu’ils vivent. Nous publions ici quelques courriers qui nous sont parvenus.

 12.05.2020, 14:46
Les aînés écrivent à nos lecteurs

«Nos pensées volent jusqu’à vous»

Home le Châtelard, Les Brenets, le 7 mai 2020

Chers lecteurs, chères lectrices,

Par ces temps difficiles qui nous obligent à vivre cloîtrés, nos pensées volent jusqu’à vous tous. A ceux qui ont pris la plume pour nous écrire, sachez que vos lettres nous touchent et nous font chaque jour extrêmement plaisir. Nous vous remercions pour cette délicate attention.

A notre tour d’essayer d’égayer votre journée.

Les rédacteurs d’un jour du home Le Châtelard, aux Brenets.

Nous ne nous sommes jamais vus mais nous sommes heureux de vous écrire et de vous apporter un peu de baume au cœur.

Après la disparition de la neige, nous étions contents de pouvoir à nouveau arpenter les chemins du Châtelard. Mais nous nous sommes vite fait rattraper par ce vilain virus. Un virus avec un drôle de nom!

Ce dernier résonne dans tous les discours. Cela en est même un peu usant! Petit à petit, nous avons vu nos familles, nos amis, nos petits-enfants… s’éloigner.

Les portes du Châtelard se sont fermées pour nous protéger de cet intrus. Mais grâce à ces mesures indispensables, nous nous portons tous bien.

C’est le principal!

La solidarité et les sourires des collaborateurs du Châtelard (même s’ils ont une tête bizarre derrière leurs masques), nous permettent de tenir le coup! Nous leur disons un grand MERCI!!!

Et… il y a eu du BON dans cette mésaventure!!! Nous avons dépoussiéré notre vieux piano qui attendait là, blotti dans son coin, seul sans personne pour venir lui rappeler son utilité première: faire résonner des notes de musique pour nous rassembler, nous divertir et en profiter. Nous avons pris beaucoup de plaisir à chanter, à jouer, à rire et à laisser virevolter nos esprits.

Nous espérons que ces temps, confinés ou non, vous auront aussi permis de dépoussiérer certaines choses oubliées.

Tant de domaines restent à explorer pour nous aider à surmonter notre solitude nécessaire.

Profitez des moments agréables que vous offre la vie tout en prenant bien soin de vous.

Bonnes salutations à tous et gardez espoir!!!

Rédigée par: Yves M.; Gabrielle R.
Supporters: Odette J.; Marie G.; Claudine Z.; Madeleine B.

«Si l’amour vous porte, vous déploierez vos ailes»

Home L’Escale, La Chaux-de-Fonds, le 24 avril 2020

Chères lectrices, chers lecteurs,

Les lettres de ces jours n’ont cessé d’augmenter. A mon tour je prends ma plume à deux mains pour vous donner mes impressions en pleine crise du coronavirus. Je suis dans un EMS. C’est dur de vivre en confinement sans voir sa famille et ses amis. Les personnes qui s’occupent de nous prennent beaucoup de risques, on voit qu’elles le font avec gentillesse, cela me touche terriblement et je ne sais pas si on mérite autant d’attention…

Je n’ai pas peur; je sais bien que c’est un virus potentiellement mortel, mais il faudra partir, une fois ou l’autre. Et je n’ai pas peur de la douleur non plus.

J’ai fait ma vie, une vie enrichissante, mais je ne la recommencerais pas, même si, 85 ans, c’est vite passé!

Lorsque l’heure sera venue, je serai prête à partir, sur un drap de satin, en douceur et légèreté. Que ce soit en mourant du Coronavirus ou simplement de vieillesse.

Ce que j’aurais envie de vous dire une dernière fois c’est: faîtes toujours au mieux. Suivez votre intuition!

Si l’amour vous porte, vous déploierez vos ailes.

Mireille Girardet

«Nous faire réfléchir sur chacun d’entre nous»

Home Le Petit Chézard, Chézard-Saint-Martin

Chers lecteurs et lectrices,

Nous souhaitons en premier lieu remercier les personnes qui ont pris le temps de nous écrire. Toutes les lettres étaient très belles et nous connaissions plusieurs de leurs auteurs, comme Fernand Cuche ou Francis Matthey. Penser comme ça à nous, les aînés, c’est très généreux et ça nous fait chaud au cœur.

Nous espérons que ce confinement prendra bientôt fin. Mais cette situation permet de nous faire réfléchir sur chacun d’entre nous; nous nous rendons compte de tout ce que nous avons tendance à oublier. Nous voulions vous dire qu’il faut profiter des belles choses qui se produisent dans la vie malgré cette situation, comme la nature, qui est très importante. Il est nécessaire de la regarder et de savoir ce qui s’y passe. C’est cette nature qui nous donne des choses très belles à admirer et très bonnes à manger. Il est important de connaître les produits locaux et savoir en premier ce qu’il se passe dans notre région avant d’aller ailleurs.

En effet, le point positif de ce confinement, c’est que cela nous oblige à faire attention aux produits locaux. On apprécie ce qui vient de l’étranger, mais il ne faut pas oublier que cela profite aux grosses industries, que cela a un coût et que tous ces déplacements en avion et en bateau, cela pollue. Nous, à notre époque, on n’avait pas de fruits exotiques, on n’en goûtait pas et ça allait très bien!

De plus, ce que nous avons remarqué pendant ce confinement, c’est l’importance de la famille. N’ayant plus de famille moi-même (une habitante ayant participé à la rédaction de la lettre), je pense surtout aux enfants et petits-enfants des habitants; quand ces derniers pourront à nouveau les serrer dans leur bras, ça sera merveilleux. Je me rends compte que les autres habitants ont vécu ce confinement beaucoup plus durement que moi.

Quant à moi (une autre habitante), je ne me considère pas comme la plus malheureuse, car j’ai quand même ma fille avec qui j’ai peu de contacts en ce moment, mais qui est présente. Je pense à ceux qui sont délaissés avec ou sans coronavirus. Cela nous remet nous-même sur le chemin de la compréhension de ces personnes-là et nous permet de les entourer le plus possible. Cette prise de conscience remet les choses en place; on en a tous besoin et cela nous fait réfléchir, pour chacun d’entre nous.

Il faut que nous repartions d’un autre pied. Il faut essayer que ce soit meilleur, plutôt que moins bien.

Berthe-Hélène (87 ans le 17 mai), Mme S. (92 ans), Ginette (90 ans), Mme Finci (83 ans) et Mme Welti (91 ans).

La vie

En ce moment,
Nous sommes tous confits…
Ne mens
Pas à la vie,

Dans ta tête, tu es libre,
Tu peux voyager
Jusqu’à être ivre
De sensations et de liberté,

Invente de grands espaces,
Crée de beaux moments
Pendant que le temps passe,
Ta vie, c’est maintenant

Pense aux valeurs
Qui te tiennent debout
Et remplis ton cœur
De projets fous

Ta vie est unique
Et tu as le pouvoir,
Comme dans une prairie magique,
D’y faire pousser l’espoir,

Cueilles-en déjà les fleurs
Car que sera ta vie demain?
Ne laisse pas passer le bonheur
Car nul ne connaît son destin…

Pense aussi aux lendemains,
A ce que tu souhaites laisser,
A ceux qui te tendent la main,
Sur cette terre malmenée,

Pense aux générations futures
Qui hélas, héritent de nos errances
Et devront sauvegarder la nature
Portés par le courage et l’espérance,

Oui, c’est le moment
De repenser ta vie
Et d’enrichir ce temps
Avant de rejoindre l’Infini.

Claudine Ducommun-Reichenbach, Le Landeron

A lire aussi: Toutes les lettres publiées


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

LettresLes aînés écrivent à nos lecteursLes aînés écrivent à nos lecteurs

SolidaritéLes résidentes du home Les Peupliers vous écriventLes résidentes du home Les Peupliers vous écrivent

SolidaritéLes résidents du home de l’Ermitage écrivent aux jeunesLes résidents du home de l’Ermitage écrivent aux jeunes

SolidaritéNos aînés vous écriventNos aînés vous écrivent

Top