Coronavirus
 25.03.2020, 16:00

Le désarroi et l’angoisse des déménageurs neuchâtelois

chargement
Lors des déménagements, il est difficile d’appliquer les recommandations en matière de protection et de distance sociale, juge un patron d’entreprise.

Pandémie Alors que de nombreux baux à loyer arrivent à leur terme, les déménagements se poursuivent. Un patron neuchâtelois déplore que les risques soient minimisés.

Le 31 mars coïncide avec le terme de nombreux baux à loyer. Faute de gel imposé par les autorités fédérales, les déménagements se poursuivent. «Il faut toutefois respecter les règles d’hygiène», préconise l’Office fédéral du logement. C’est plutôt compliqué.

A moins de trouver un arrangement avec leur propriétaire, les locataires sont contraints de déménager. Ce qui ne va pas sans inquiéter bon nombre de personnes.

Les professionnels du secteur sont en première ligne. L’un d’eux témoigne de l’atmosphère pesante. «Dans notre profession, nous nous sentons désemparés, car il est difficile pendant un déménagement de garder les distances requises, même si le client est au courant du danger actuel…», confie ce patron d’une entreprise du canton de Neuchâtel. «Il y a toujours des gens qui minimisent le risque encouru… C’est très compliqué.»

Personne ne prend de mesures. Nous sommes livrés à nos angoisses.
Le patron d’une entreprise de déménagement

Employés et clients sont exposés, juge-t-il. «Du déplacement pour établir un devis jusqu’à la fin du déménagement, nous travaillons dans des conditions qui vont à l’encontre des directives actuelles de l’Office fédéral de la santé. Oui, le client et sa famille ainsi que nos employés et nous, patrons, sommes réellement exposés!»

A trois ou plus dans le camion

Que ce soit pendant les transports ou au domicile des clients, il est quasiment impossible de respecter la distance dite sociale. D’un logement à un autre, pendant le trajet, «trois personnes sont côte à côte dans le cockpit du camion et, parfois, certains clients ne peuvent pas faire autrement que de venir aussi avec nous! Et nous sommes appelés à transporter leurs affaires personnelles! D’ici la fin de la semaine, je n’aurai plus de masques à fournir à mes employés.»

Le patron ne cache pas ses craintes. «Personne ne prend des mesures pour les déménageurs, nous sommes livrés à nos angoisses.» La peur de perdre son emploi est aussi omniprésente. «Je dirige une petite entreprise et si tout s’arrête je vais être confronté à un manque de liquidités, mais là c’est la vie des gens qui est en jeu et il y a urgence!», assène-t-il.

Pas de contact avec les gérances

Du côté des gérances, la donne est un peu différente. Les contacts sont limités. Les bureaux fermés. Un exemple: «Nous trouvons des arrangements. Pour la procédure d’état des lieux, nous fonctionnons sans contact physique. Nous nous servons de la boîte aux lettres pour l’échange des clefs», explique Antoine Guilhen, des bâtiments et du logement à la Ville de La Chaux-de-Fonds.

Jusqu’ici, la gérance communale a enregistré 27 mouvements entre les locataires entrants et les locataires sortants. Deux demandes de prolongation ont été acceptées, sans lien avec le Coronavirus.

Que peuvent faire les locataires?

Les déménagements ne sont pas suspendus. «Les conditions matérielles sont donc réunies. De ce fait, vous n’êtes pas autorisé à séjourner dans le logement après la fin de la période de bail, et êtes passible de dommages-intérêts si vous êtes reconnu fautif», constate l’Association suisse des locataires.

«Exposez votre situation à votre bailleur», conseille-t-elle. «La situation épidémique oblige à être très prudent vis-à-vis des locataires malades ou particulièrement à risque. Prenez rapidement contact avec vos bailleurs présent et futur, ainsi qu’avec les locataires qui doivent vous succéder. Expliquez-leur votre problème et cherchez ensemble une solution. C’est le moment de faire appel à la solidarité et au bon sens», exhorte l’association.

L’INFO SOLIDAIRE PAR L’ÉQUIPE D’«ARCINFO»
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction d’«ArcInfo» est mobilisée afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi de proposer en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Elle est produite par nos journalistes et nos photographes avec passion et engagement. Si vous souhaitez nous soutenir, vous trouverez plus d’informations sur nos abonnements en cliquant ici.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

habitationCoronavirus: les Suisses peuvent encore déménagerCoronavirus: les Suisses peuvent encore déménager

Top