Coronavirus

Le blues des autocaristes de l’Arc jurassien

chargement

Pandémie Les restrictions liées à la pandémie de Covid ont rendu pratiquement impossible la mise sur pied d’excursions organisées. Presque sans possibilité de travailler, les autocaristes de l’Arc jurassien se retrouvent dans une situation critique.

 09.04.2021, 05:30
Premium
Patron d'une des plus grosses entreprises d'autocars du canton, Jean-Pierre Favre conduit actuellement les bus qui circulent sur la ligne 424 de TransN.

Le 6 mars 2020, Patrick Risse, unique chauffeur de l’entreprise Erguel voyages, à Saint-Imier, recevait l’autocar flambant neuf qu’il avait commandé. «Et le 14, tout fermait. Depuis mai dernier, j’ai déposé les jeux de plaques pour limiter les frais, mais je dois encore payer les traites de ce véhicule.»

Les autocaristes souffrent. Si leur activité n’est pas...

À lire aussi...

AidesNeuchâtel: délai prolongé au 30 juin pour les cas de rigueurNeuchâtel: délai prolongé au 30 juin pour les cas de rigueur

PandémieLoi Covid-19 au National: l’aide facilitée pour les cas de rigueurLoi Covid-19 au National: l’aide facilitée pour les cas de rigueur

Grand ConseilCanton de Neuchâtel: 35 millions de francs versés pour les cas de rigueurCanton de Neuchâtel: 35 millions de francs versés pour les cas de rigueur

Transports publicsOn a testé les bus de remplacement entre Neuchâtel et La Chaux-de-FondsOn a testé les bus de remplacement entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds

PandémieCanton de Neuchâtel: un soutien au recrutement localCanton de Neuchâtel: un soutien au recrutement local

Top