Coronavirus
 14.05.2020, 14:01

Economie neuchâteloise: «Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge»

chargement
Les PME neuchâteloises ont prouvé leur aptitude à se redresser. Mais ça prendra du temps, estime l’économiste Jean-Pierre Ghelfi.

Conjoncture Toute prévision conjoncturelle est hasardeuse. Les mauvaises nouvelles se succèdent et l’horizon apparaît bouché. C’est le constat de l’économiste neuchâtelois Jean-Pierre Ghelfi dans la dernière publication du Service cantonal de la statistique.

«Nous sommes en terre inconnue, nous n’avons aucune idée de l’ampleur de la crise, de sa durée, de l’état dans laquelle se trouve l’économie mondiale, de sa capacité à remonter la pente ni à quel rythme elle y parviendra», écrit Jean-Pierre Ghelfi.

Dans la dernière publication «Conjoncture économique» du Service cantonal neuchâtelois de statistique, le constat de l’économiste est sans équivoque. «Nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge.»

Dans le contexte de la pandémie, il est hasardeux d’esquisser la moindre prévision. «Les mauvaises nouvelles se succèdent les unes après les autres», constate Jean-Pierre Ghelfi. «Le Secrétariat d’Etat à l’économie prévoit désormais la plus forte baisse du produit intérieur brut depuis 1975.» La baisse du PIB pourrait atteindre 6,7% et le chômage dépasser 4% sur le plan suisse. Les ménages, eux, affichent un pessimisme d’une ampleur inégalée depuis les années 1990.

Horizon bouché pour Neuchâtel

Avec une économie fortement dépendante des exportations, le canton de Neuchâtel voit son horizon bouché. «Les petites et moyennes entreprises (PME) constituent la quasi-totalité de son tissu industriel. Elles produisent des éléments et composants nécessaires à la fabrication d’instruments et d’appareils. Elles font partie intégrante de ‘chaînes de valeur’, que le recul des affaires met à mal. Certes, nos PME ont déjà prouvé leur aptitude à se réinventer en s’adaptant à l’évolution des marchés et des techniques. Mais cela ne se fait ni facilement ni rapidement. Le redressement de la situation économique prendra du temps», relève Jean-Pierre Ghelfi.

«L’horlogerie est devenue, comme on le sait, très dépendante des marchés asiatiques. Les activités reprennent progressivement en Chine, mais les consommateurs restent encore frileux. Il faudra probablement attendre un certain temps pour que l’on retrouve un niveau d’affaires comparable à celui qui existait avant les manifestations à Hong-Kong et la crise du coronavirus», écrit l’économiste.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

DéconfinementPlusieurs manufactures horlogères en redémarrage dans les montagnes neuchâteloisesPlusieurs manufactures horlogères en redémarrage dans les montagnes neuchâteloises

HorlogerieLes exportations horlogères continuent de chuterLes exportations horlogères continuent de chuter

Les exportations continuent de chuter

L’horlogerie continue de payer les effets de la pandémie de Covid-19 avec une forte baisse des exportations en mars. La...

  21.04.2020 10:55

CONJONCTURECoronavirus: une crise et de lourdes répercussions sur l’économie suisseCoronavirus: une crise et de lourdes répercussions sur l’économie suisse

Top