Coronavirus
 16.07.2020, 15:24

Coronavirus: lits en soins intensifs occupés au maximum à 98% dans les hôpitaux suisses

chargement
Le taux d'occupation de 56% par des patients infectés par le nouveau coronavirus du 5 avril est le plus élevé durant toute cette période.

Pic Les chiffres sont tombés. Le taux d’occupation des lits en soins intensifs dans les hôpitaux suisses a atteint au maximum 98% au plus fort de la pandémie. Si l’on compte les seuls cas de Covid-19, le taux a grimpé jusqu’à 56%.

Pendant la pandémie de coronavirus, les lits de soins intensifs dans les hôpitaux suisses étaient occupés au maximum à 98%. Ce taux a été atteint le 10 avril. Si l’on prend uniquement les cas de Covid-19, le taux d’occupation maximum des lits aux soins intensifs a été de 56%. Ce pic a été enregistré le 5 avril.

Ces chiffres publiés jeudi proviennent de la Société Suisse de Médecine Intensive (SSMI). Celle-ci a évalué l’occupation des capacités en lits des 82 unités de soins intensifs reconnues ou certifiées du 30 mars au 16 juin.

Le taux d’occupation de 56% par des patients infectés par le nouveau coronavirus du 5 avril est le plus élevé durant toute cette période. Ce taux se reflète dans le nombre de cas signalés par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui ont atteint des records à la fin mars: le 23, l’office annonçait 1464 nouvelles infections. Au total, le 5 avril, 88% des lits de soins intensifs étaient occupés en Suisse.

Bien que le taux d’occupation des unités de soins intensifs pour des patients malades de Covid-19 ait diminué de façon continue du 5 avril au 16 juin 2020, le taux maximal d’occupation a été atteint le 10 avril, avec 98% des lits adultes occupés par des patients, avec et sans Covid-19. Le 16 juin, dernier jour du relevé, ce taux a chuté à 3%.

Différences régionales

En moyenne annuelle, le taux d’occupations des lits de soins intensifs se situe à 75%. Malgré la forte augmentation temporaire du taux, la SSMI confirme que les capacités dans toute la Suisse ont été suffisantes à tout moment pour prendre en charge tous les patients gravement malades.

Toutefois, des différences régionales considérables ont été constatées: les unités de soins intensifs du Tessin et de la région lémanique étaient les plus occupées.

La SSMI estime que l’augmentation parfois considérable des capacités en soins intensifs a contribué à éviter une surcharge. La décision du Conseil fédéral d’interdire à partir du 17 mars les interventions non urgentes y a également largement contribué, note la SSMI.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 16 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du jeudi 16 juillet

HygièneCoronavirus: des dentistes font facturer les coûts de désinfection aux patientsCoronavirus: des dentistes font facturer les coûts de désinfection aux patients

A risqueCoronavirus: la Belgique met le Tessin sur sa liste orange, puis se rétracteCoronavirus: la Belgique met le Tessin sur sa liste orange, puis se rétracte

SanctionsCoronavirus: des vacances scolaires dans les régions à risque peuvent coûter cher aux parentsCoronavirus: des vacances scolaires dans les régions à risque peuvent coûter cher aux parents

DésœuvrementCoronavirus: beaucoup de médecins ont été sous-occupés durant la pandémieCoronavirus: beaucoup de médecins ont été sous-occupés durant la pandémie

Top