Coronavirus
 26.02.2020, 17:22

Symptômes, propagation, guérison, les principales questions que l’on se pose sur le coronavirus

chargement
Plusieurs Neuchâtelois pourraient être porteurs de la maladie.

Santé Le canton de Neuchâtel annonce ce mercredi la mise en quarantaine de plusieurs personnes suspectées d’être porteuses du coronavirus. Où en est l’épidémie? Comment agir? On fait le point.

Nous apprenions lundi soir qu’un Chaux-de-Fonnier a contracté le coronavirus lors d’un séjour à Milan. Jugé dans un état bon, il est hospitalisé dans un établissement bernois.

C’est le premier cas confirmé de maladie après l’annonce de plusieurs suspects la semaine dernière. Au début du mois, un garçon de 10 ans avait été placé en quarantaine. Toutes ces personnes sont sorties de quarantaine en bonne santé.

A lire aussi : Coronavirus: le cas confirmé est un Chaux-de-Fonnier, six personnes en quarantaine

Le coronavirus, c’est quoi?

Apparu à Wuhan (Chine) en décembre dernier, le covid-19 appartient à la même famille d’agents pathogènes que le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) et le Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient). Initialement transmis par des animaux – possiblement des chauves-souris – il se transmet désormais de personne à personne.

Quels sont les symptômes?

Au début, les symptômes ressemblent à la grippe: malaise, fatigue et fièvre. Ils sont généralement suivis d’affections respiratoires, comme une toux sèche, précise l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur son site internet. Maux de tête, douleurs musculaires et diarrhées sont moins fréquents. Le rhume et le mal de gorge n’ont été observés que très rarement.

En cas d’évolution grave de la maladie, une difficulté à respirer peut survenir. Dans le pire des cas, elle évolue en pneumonie avec détresse respiratoire. A noter que l’infection a été décelée chez plusieurs personnes qui ne présentaient aucun symptôme.

En savoir plus: le site de l’Office fédéral de la santé publique

En savoir plus : "Coronacheck", l'outil d'évaluation développé par le canton de Vaud

Combien de personnes sont touchées?

On estime à 92 000 le nombre d’infections déclarées dans le monde entier depuis le début de la crise. Outre la Chine, une cinquantaine d’autres pays ou régions ont confirmé des cas de coronavirus. Le nombre de décès s’élève à plus de 3100. Le 3 mars, l’Italie dénombrait environ 1800 cas confirmés et 52 décès.

Les personnes les plus fréquemment touchées par une évolution grave de la maladie sont principalement des personnes âgées et celles souffrant déjà d’une maladie chronique. Mais quelques personnes plus jeunes et en bonne santé ont aussi été touchées.

A lire aussi : Des nouveaux cas de coronavirus en Suisse

C’est contagieux?

Oui. Les autorités sanitaires pensent que la propagation se fait principalement par les gouttelettes produites lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue, comme c’est le cas pour la grippe et d’autres virus respiratoires. Le risque d’attraper le coronavirus d’une personne sans aucun symptôme est très faible, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Quant aux objets – les paquets importés de Chine par exemple – ils ne présentent aucun risque. En règle générale, le virus ne peut survivre que quelques heures sur de telles surfaces, précise l’OFSP.

On en guérit?

Oui. Actuellement, on suppose que le taux de mortalité est inférieur à 3%. Ce taux pourrait encore être revu à la baisse selon le nombre de cas confirmés signalés et le nombre de décès répertoriés. A titre de comparaison, la mortalité due à la grippe saisonnière est d’environ 0,2%, celle de la rougeole est d’environ 0,1%, celle due au Sras était d’environ 10%, celle pour le Mers est de 35%.

Selon l’OMS, environ 80% des personnes infectées se remettent sans avoir besoin d’un traitement spécial. Environ une personne sur six tombe gravement malade. «Dans de nombreux cas bénins, les symptômes persistent pendant quelques jours avant le rétablissement», souligne pour sa part l’OFSP.

A lire aussi: Coronavirus: un banal traitement contre le paludisme, la chloroquine, serait efficace

Comment ça se soigne?

Il n’existe actuellement aucun vaccin, mais plusieurs institutions et entreprises travaillent pour en développer un. «Les possibilités thérapeutiques se limitent à traiter et à soulager les symptômes», rapporte l’OFSP. En cas d’infection modérée, le traitement est celui pratiqué en cas de grippe. En cas d’infection grave, des soins médicaux intensifs et, dans certaines circonstances, une assistance respiratoire artificielle sont nécessaires.

Comment se protéger?

«Le port de simples masques d’hygiène dans l’espace public ou lors de contacts avec des malades ne constitue pas une protection fiable contre l’infection», note l’OFSP. Mais cela peut réduire le risque d’infection, les mains potentiellement contaminées entrant moins en contact avec la bouche, le nez ou les yeux. Dans le domaine médical, on utilisera des masques spéciaux. Pour les personnes malades, le port d’un masque d’hygiène permet de réduire le risque de transmission du virus.

Si on se trouve dans une région touchée, on veillera à se laver régulièrement les mains à l’eau ou avec un désinfectant, à tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude, à éviter les foules ou tout contact avec des personnes souffrant d’affections respiratoires ou de toux.

L’OFSP encourage aussi les Suisses à éviter les contacts directs avec d’autres personnes que ce soit par des embrassades ou des poignées de main et à jeter ses mouchoirs dans une poubelle fermée. En cas de symptômes, il ne faut plus sortir dans l’espace public et contacter immédiatement par téléphone un médecin ou un établissement médical.

Et les voyages?

Jusqu’à présent, l’OMS n’a pas émis de restrictions de voyage. Il faut néanmoins s’attendre à des mesures de surveillance accrues dans les aéroports internationaux. À l’heure actuelle, la Chine, l’Iran, la Corée du Sud, Singapour, ainsi qu’en Italie la Lombardie, le Piémont et la Vénétie font partie des régions touchées. En cas de doute, l’OFSP encourage les voyageurs à contacter l’ambassade ou le consulat du pays de destination avant leur départ.

Lignes d’urgence
Les personnes qui toussent ou ont de la fièvre peuvent signaler leur situation au 0848 134 134 pour être orientées vers une prise en charge spéciale au niveau des urgences de RHNe. L’OFSP a aussi ouvert une ligne d’urgence – 058 463 00 00 – pour les questions en lien avec le coronavirus. Une ligne pour les voyageurs voulant entrer en Suisse a été lancée: 058 464 44 88.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéCoronavirus: des cas suspects dans le canton de NeuchâtelCoronavirus: des cas suspects dans le canton de Neuchâtel

CoronavirusNeuchâtel: les restaurants chinois souffrent de «l’effet coronavirus»Neuchâtel: les restaurants chinois souffrent de «l’effet coronavirus»

EpidémieCoronavirus: un banal traitement contre le paludisme, la chloroquine, serait efficaceCoronavirus: un banal traitement contre le paludisme, la chloroquine, serait efficace

SantéCoronavirus: une crèche neuchâteloise fermée après des cas suspectsCoronavirus: une crèche neuchâteloise fermée après des cas suspects

PsychosePris de panique par le coronavirus, les Neuchâtelois dévalisent inutilement les pharmaciesPris de panique par le coronavirus, les Neuchâtelois dévalisent inutilement les pharmacies

Top