Coronavirus
 07.04.2020, 20:00

Coronavirus: les conseils d'experts pour travailler ses cours chez soi

chargement
Etudier chez soi demande un minimum d'organisation.

Examens Si le Covid-19 le permet, les étudiants universitaires romands devraient passer leurs examens dans environ deux mois. Les bibliothèques et les salles de révision étant fermées, comment se préparer dans les meilleures conditions possibles en restant à la maison?

Alors que certains se préparent aux coronavacances, d’autres ne doivent pas relâcher la pression. Dans environ deux mois, les étudiants  universitaires romands devraient passer leurs examens, si le Covid-19 le permet. Comment se préparer correctement en restant confiné à la maison? Des conseils valables pour tous les étudiants.

«Il n’y a pas de réponse universelle ni de recette miracle. Chaque situation individuelle est différente, et encore davantage actuellement», affirme Paul-André Garessus, responsable adjoint de la filière de formation secondaire à la Haute École Pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel (HEP-Bejune). Néanmoins, lui et le Dr.Marcelo Giglio, actif à l’Université de Neuchâtel et la HEP-Bejune, tentent d’apporter quelques pistes. 

Crée tes propres échéances 

Se fixer des objectifs à atteindre dans chaque matière, en créant une liste des tâches, est un bon moyen de réussir à se motiver. «Les lycéens ont un planning. Il faut se projeter jusqu’à la fin du semestre et se mettre des jalons. Par exemple, répéter une matière jusqu’à telle date, avec des plages horaires définies chaque jour», propose Paul-André Garessus. Marcelo Giglio recommande «de se construire une liste de questions à destination de l’enseignant» au fur et à mesure de son travail. 

Bosser dans ton lit? Pourquoi pas…

Chacun a ses préférences concernant le lieu où il aime travailler. Si certains ne dérogent pas à la règle de l’apprentissage à un bureau, d’autres préfèrent bosser au lit ou en marchant. L’important est de créer son propre environnement d’étude. Paul-André Garessus glisse qu’«il faut veiller à ne pas imposer ses choix de lieux à ceux qui partagent l’espace commun, afin de conserver un climat acceptable.»

Trouve ton rythme

Inutile de reproduire les horaires de classe, pensés collectivement: «Il faut écouter son rythme personnel et travailler aux moments où on est le plus performant», assure Paul-André Garessus. La remarque est la même quant à la division du travail entre la semaine et le week-end. A propos des vacances à venir, Paul-André Garessus affirme qu’«il faut des plages de ressourcement». Sur la durée, il est contre-productif de travailler sans arrêt.

Pendant les heures de boulot, Marcelo Giglio estime qu’il faudrait «regarder au loin toutes les 20 minutes». Et ne pas se concentrer sur une seule matière pendant des heures.

Tu bosses ou tu ne bosses pas?

Une fois qu’on a trouvé le bon rythme, il est nécessaire de «définir des moments lors desquels nous ne sommes pas disponibles pour les autres et travaillons. Il faut être prudent sur toutes les sources de procrastination», met en garde Paul-André Garessus. Vous l’avez vu venir? «Il est préférable d’enlever le téléphone portable de sa zone visuelle. Le mettre en «mode avion» ne suffit pas: certaines personnes sont perturbées par le simple fait qu’un potentiel message pourrait arriver.» 

Youpie, c’est la récré!

Les experts sont formels: il est nécessaire de conserver une activité physique et un lien social en cette période de confinement. Nous y reviendrons.

A toi la liberté… de te responsabiliser

Dans ce temps de  confinement, «moins sollicité par l’enseignant, l’étudiant a davantage d’espace et peut se responsabiliser», explique Paul-André Garessus, responsable adjoint de la filière de formation secondaire à la HEP-Bejune. Le danger? «Que les plus jeunes ne soient pas outillés pour ça.» D’après lui, «le contact avec les enseignants est fondamental.»

Le Dr.Marcelo Giglio, actif à la HEP-Bejune et à l’Université de Neuchâtel, le rappelle: «En temps de confinement, plus qu’une distance sociale, il y a une distance physique. Il ne faut pas se sentir seul.» Les enseignants sont là pour aider les étudiants, avec les outils de communication que le 21e siècle nous met à disposition. «Le mentor reste le mentor. Il n’y a pas de substitut. Ni le parent, ni les logiciels, ni les chaîne Youtube», martèle le professeur.

C’est le moment où jamais pour l’étudiant de s’auto-motiver, s’auto-observer, s’auto-contrôler ou encore s’auto-satisfaire. Une plus-value, selon Marcelo Giglio: «Il y a tout un mouvement pédagogique qui prône les 4C comme étant les compétences du 21e siècle. Il s’agit de communiquer, collaborer, avoir un esprit critique et de la créativité. Ce sont les clés pour ouvrir ses propres portes tout au long de la vie, surtout en ce moment.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FormationCoronavirus: cinq conseils pour que parents et enfants vivent au mieux leur école à la maisonCoronavirus: cinq conseils pour que parents et enfants vivent au mieux leur école à la maison

EnseignementL’école à la maison, vue par des enfants de NeuchâtelL’école à la maison, vue par des enfants de Neuchâtel

EcolesEcoles neuchâteloises: les conditions de promotion dépendront essentiellement des notes déjà obtenuesEcoles neuchâteloises: les conditions de promotion dépendront essentiellement des notes déjà obtenues

Top