Coronavirus
 26.03.2020, 17:18

Coronavirus: le Conseil d’Etat suit le Conseil fédéral et demande un allègement de la CCT Santé 21

chargement
Le Conseil d'Etat souhaite un assouplissement de la CCT Santé 21 en cette période de crise.

Santé Le Conseil d’Etat neuchâtelois emboîte le pas au Conseil fédéral et demande un assouplissement de la CCT Santé 21 concernant les heures de travail et de repos. Parallèlement, l’exécutif cantonal encourage une revalorisation de la grille salariale dès le mois d’avril.

Suivant les mesures du Conseil fédéral, le Conseil d’Etat neuchâtelois a «invité» les partenaires sociaux à envisager un assouplissement des heures de travail et de repos du personnel soignant dans la CCT Santé 21, déclare l’exécutif cantonal dans un communiqué reçu ce jeudi.

Samedi 21 mars, le Conseil fédéral avait annoncé la flexibilisation temporaire du temps de travail et de repos du personnel des institutions de santé afin de lutter contre la propagation du Coronavirus. L’ordonnance fédérale rend désormais les employeurs responsables de protéger la santé de leurs employés. Une flexibilisation qui a suscité l’incompréhension du Syndicat des services publics (SSP).

A lire aussi: «On enlève toute protection au personnel soignant»

Le Conseil d’Etat neuchâtelois s’est adressé à la commission faîtière de la CCT Santé 21 afin d’aller dans le sens des mesures proposées par Berne.

3,6 millions pour une revalorisation des salaires

Parallèlement, l’exécutif cantonal «a invité les employeurs à accorder, dès le mois d’avril prochain plutôt qu’en décembre 2020, la seconde revalorisation de la grille salariale, convenue entre les partenaires sociaux en 2016».

A lire aussi: CCT Santé 21: les syndicats mettent la pression

Le Conseil d’État a débloqué un crédit «urgent et extraordinaire» de 3,6 millions de francs afin de participer à cette valorisation des conditions salariales du personnel des institutions de santé.

Suspension des délais légaux pour les initiatives et référendums

Le Conseil d’Etat a également annoncé la suspension immédiate «et jusqu’au 31 mai 2020» des délais légaux concernant les initiatives et référendums.

A l’heure actuelle, ceci concerne deux cas dans le canton de Neuchâtel. Une sur le plan cantonal intitulé “Pour une juste répartition de la péréquation fédérale entre les communes”. La seconde est communale et concerne La Grande Béroche. Le Parti socialiste veut y introduire un impôt foncier, refusé deux fois de suite par le Conseil général de la commune.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SANTÉ PUBLIQUE«On enlève toute protection au personnel soignant»«On enlève toute protection au personnel soignant»

ReportageAu cœur des soins intensifs à Neuchâtel: «Nous devrons peut-être décider des meilleures chances de survie»Au cœur des soins intensifs à Neuchâtel: «Nous devrons peut-être décider des meilleures chances de survie»

Besoin d’écouteLe 143 aide à tuer la solitude en plein confinementLe 143 aide à tuer la solitude en plein confinement

FiscalitéInitiative populaire du PS de La Grande Béroche pour introduire un impôt foncierInitiative populaire du PS de La Grande Béroche pour introduire un impôt foncier

Top