Coronavirus
 12.06.2020, 07:44

Coronavirus: la pandémie risque de mener à une hausse du travail des enfants

chargement
Depuis l'an 2000, le nombre d’enfants qui travaillent dans le monde a diminué de 94 millions. (archives)

Droits humains A cause de la pandémie, le nombre de personnes en situation d’extrême pauvreté devrait monter de 40 à 60 millions, ce qui risque de conduire à une hausse globale du travail des enfants, en baisse depuis 20 ans.

La pandémie de Covid-19 risque de conduire pour la première fois en vingt ans à une hausse globale du travail des enfants, avec des millions d’entre eux supplémentaires forcés de travailler, a averti l’ONU vendredi.

Selon une étude conjointe de l’Organisation des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et l’Organisation internationale du travail (OIT), le nombre d’enfants qui travaillent dans le monde a diminué de 94 millions depuis 2000. Mais «cet acquis est aujourd’hui en danger» en raison de la pandémie, préviennent les agences de l’ONU dans un communiqué.

Au moment où la pandémie saborde le revenu des familles, beaucoup d’entre elles pourraient recourir au travail des enfants.
Guy Ryder, directeur de l’Organisation internationale du travail

Selon l’étude, qui cite des données de la Banque mondiale, le nombre de personnes en situation d’extrême pauvreté devrait monter en flèche de 40 à 60 millions cette année en raison de l’épidémie de Covid-19.

Selon les dernières estimations de l’OIT portant sur la période 2012-2016, 152 millions d’enfants dans le monde étaient forcés de travailler, et près de la moitié, 73 millions, accomplissaient des travaux dangereux.

 

 

La crise liée au Covid-19 devrait se traduire par une augmentation du travail des enfants au fur et à mesure que les familles se retrouvent obligées d’avoir recours à tous les moyens pour survivre, craignent l’OIT et l’Unicef, selon qui une hausse de la pauvreté conduit à une augmentation du travail des enfants.

Alors que la pandémie risque de contraindre des millions d’enfants supplémentaires à devoir travailler, d’autres risquent de se voir contraints à augmenter le nombre d’heures ou à subir une dégradation de leurs conditions de travail.

«Au moment où la pandémie saborde le revenu des familles, beaucoup d’entre elles pourraient recourir au travail des enfants si on ne leur vient pas en aide», souligne le directeur général de l’OIT, Guy Ryder, cité dans le communiqué. «En temps de crise, la protection sociale s’avère vitale, car elle permet de venir à la rescousse des plus vulnérables», a-t-il ajouté.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PlainteMines de cobalt: Apple, Google, Microsoft et Tesla accusés de profiter du travail des enfants en RDCMines de cobalt: Apple, Google, Microsoft et Tesla accusés de profiter du travail des enfants en RDC

PolémiqueTravail forcé d’enfants: le patron de Nespresso répond à l’accusationTravail forcé d’enfants: le patron de Nespresso répond à l’accusation

TortureDroits humains: la nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA alarme l'Organisation mondiale contre la tortureDroits humains: la nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA alarme l'Organisation mondiale contre la torture

Top