Coronavirus
 26.03.2020, 14:18

Coronavirus: des solutions neuchâteloises pour échapper aux violences domestiques

chargement
Le Service d'aide aux victimes de Neuchâtel s'adapte à la situation actuelle.

Aide Rester chez soi pour se prémunir contre le coronavirus n’est pas sans danger pour tout le monde. Les violences domestiques pourraient augmenter ces prochains temps. Le Service d’aide aux victimes s’adapte à la situation. Interview.

Alors que les autorités demandent aux citoyens de rester à la maison, il existe une catégorie de personnes pour qui le foyer représente un risque: les victimes de violences domestiques. Sur son site internet, la Coordination nationale des collectifs pour la grève féministe et des femmes assure que «dans les temps de crise, les femmes sont souvent les premières à payer les conséquences. Depuis le début de la crise ‘Corona’, les violences faites aux femmes ont augmenté.» 

Quelle est la situation dans le canton de Neuchâtel et comment faire pour s’en sortir? Réponses de Sophie Aquilon, responsable du Service d’aide aux victimes (Savi).

Les violences domestiques ont-elles augmenté dans le canton depuis que la population est invitée à rester à la maison?

Il est un peu tôt pour le dire. Nous étions peu atteignables la semaine passée, car nous cherchions des solutions pour poursuivre nos activités. Pour l’instant, nous n’avons pas eu d’explosion de demandes. Mais nous craignons que ça vienne un peu plus tard. Avec l’augmentation du chômage partiel et du télétravail, le confinement va concerner de plus en plus de personnes et augmenter les risques de violences domestiques.

En général, les femmes attendent que monsieur ne soit plus à la maison pour nous contacter (il y a aussi des hommes, mais ce sont le plus souvent les femmes qui sont victimes de violences domestiques). Elles ne pourront plus le faire. Je ne serais pas étonnée que les cas soient potentiellement plus graves, nécessitant l’intervention de la police, car la femme n’aura pas pu nous appeler plus vite.

Comment aidez-vous les victimes à l’heure actuelle?

Elles peuvent appeler directement un intervenant du Savi (lire l’encadré). Si une demande nécessite une consultation complète immédiate, car la personne ne peut plus être joignable par la suite (réd: notamment si l’auteur des violences se trouve à la maison), l’appel sera transféré à un autre employé du Savi afin de ne pas bloquer la ligne. Les intervenants sont libres d’adapter les horaires aux besoins spécifiques des personnes. Nos trois adresses e-mail restent également en fonction et nous y répondons tous les jours.

Pour un besoin d’hébergement, la demande et l’évaluation de la situation se font par téléphone. Par exemple, nous devons déterminer si une mesure d’éloignement est nécessaire, s’il faut une intervention de la police ou encore si la personne peut être hébergée dans son entourage. Nous convenons ensuite d’un rendez-vous ou d’une orientation vers d’autres partenaires, comme un psy ou un avocat, si l’hébergement n’est pas possible chez nous.

Comment gérez-vous les risques sanitaires dans les centres d’accueil?

Nous respectons les mesures d’hygiène imposées par la Confédération, elles sont affichées à plusieurs endroits du foyer. Nous avons notamment installé des sprays dans les sanitaires et nous demandons qu’ils soient nettoyés après chaque passage. Nous organisons régulièrement des séances pour rappeler aux femmes ce qu’elles doivent faire ou non. Les intervenantes réalisent des permanences physiques moins longues et portent le masque.

Comment faire si une personne hébergée dans un centre présente des symptômes?

Pour l’instant, cela ne nous est pas arrivé. Nous avons mis à disposition une chambre séparée avec le nécessaire pour se faire à manger et des sanitaires privés. Cela permettra d’isoler une personne infectée ou une nouvelle arrivante, le temps d’évaluer les mesures qu’elle a prises avant d’être hébergée. En cas de doute, nous lui demanderons de rester isolée du groupe quelques jours. Nous évaluons aussi les solutions avec nos partenaires, comme l’hôtel ou des appartements, notamment s’il y a des enfants. Nous ne voulons pas laisser les victimes se débrouiller seules!

L’info solidaire par l’équipe d’«ArcInfo»
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction d’«ArcInfo» est mobilisée afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi de proposer en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Elle est produite par nos journalistes et nos photographes avec passion et engagement. Si vous souhaitez nous soutenir, vous trouverez plus d’informations sur nos abonnements en cliquant ici.

Contacts d’aides et d’urgences

  • Savi: 032 886 46 36. Horaires de la permanence téléphonique: lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 11h30 et de 14h à 20h. Ma de 14h à 20h et dimanche de 16h à 20h. Bureau de Neuchâtel: savi.ne@ne.ch. Bureau de La Chaux-de-Fonds: savi.cdf@ne.ch. Et pour l’hébergement: savi.heb@ne.ch. Site internet: www.savi-ne.ch
  • Police secours: 117
  • Main Tendue: 143
  • Hébergement d’urgence: 0800 880 480
  • Urgences psychiatriques: 032 755 15 15
  • Service médical de garde: 0848 134 134
  • Site d’informations:https://www.violencequefaire.ch/

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ProtectionViolence domestique: vers un pisteur sur les victimes en cas d’interdiction de contact?Violence domestique: vers un pisteur sur les victimes en cas d’interdiction de contact?

AideViolence domestique: le financement des séjours en maisons d’accueil pour femmes sera amélioréViolence domestique: le financement des séjours en maisons d’accueil pour femmes sera amélioré

préventionViolence domestique: mieux gérer les menaces et détecter les dérives dangereusesViolence domestique: mieux gérer les menaces et détecter les dérives dangereuses

SociétéNeuchâtel investit dans la prévention de la violence domestiqueNeuchâtel investit dans la prévention de la violence domestique

PandémieCoronavirus: comment l’Etat prend-il en charge les animaux des malades?Coronavirus: comment l’Etat prend-il en charge les animaux des malades?

Chronique«Et si ce fichu virus était social?», l’air du temps de Julian Cerviño«Et si ce fichu virus était social?», l’air du temps de Julian Cerviño

PandémieCovid-19: les groupes d’entraide de la région neuchâteloiseCovid-19: les groupes d’entraide de la région neuchâteloise

Top