Coronavirus

Clémence Delmas écrit à nos aînés

chargement

Solidarité Chaque jour, «ArcInfo», ses partenaires médias et les EMS proposent une lettre adressée aux personnes les plus concernées par le Covid-19. Aujourd’hui, Clémence Delmas, traductrice et secrétaire générale de Bénévolat Neuchâtel, plaide pour retrouver la solidarité entre générations.

 12.05.2020, 05:30
Clémence Delmas écrit à nos aînés

Chères aînées, chers aînés,

Quelle drôle d’époque vivons-nous! Oh, vous en avez vu d’autres: la Seconde Guerre mondiale, les Trente Glorieuses, les chocs pétroliers, la guerre froide, la chute du mur de Berlin, différents conflits pour celles et ceux d’entre vous qui viennent d’ailleurs.

Quelle drôle d’époque vivons-nous! Hier, vous étiez collectivement pointés du doigt pour avoir contribué à provoquer des bouleversements climatiques et environnementaux en grande partie irréversibles. Aujourd’hui, nous vous protégeons collectivement contre un virus découlant précisément de ces bouleversements, donc contre un mal dont vous êtes collectivement responsables. Le fossé mais aussi le lien entre les générations n’ont jamais été aussi visibles.

Quelle drôle d’époque vivons-nous! Les mesures de confinement empêchent les plus vieux et les plus vieilles d’entre vous de profiter pleinement de ce qui sera peut-être leurs derniers mois de vie. Elles empêchent aussi les plus vaillants et les plus vaillantes de se montrer utiles à la société ou de jouir de leur retraite fraîchement acquise. Ces mesures de protection étaient pourtant bien intentionnées: il s’agissait de vous garder plus longtemps près de nous et d’éviter la saturation du système de santé. Ne devrait-on pas aujourd’hui vous redonner la liberté de décider à quels risques vous souhaitez vous exposer et pour quels bénéfices? J’aimerais tant revoir mon père qui vient de souffler ses 80 bougies sans moi, de l’autre côté de la frontière.

Cette protection imposée est infantilisante: on oublie que dans la plupart des cas, votre plus grande vulnérabilité physique n’entame pas votre capacité de discernement. Elle trahit aussi notre volonté de tout maîtriser: la vie, la mort, le vivant, le monde. Or c’est bien cette volonté de maîtrise qui nous a menés là où nous sommes. Une maîtrise illusoire: actuellement, nous subissons plus que nous ne maîtrisons ce qu’il nous arrive.

Nous vous avons pointés du doigt collectivement, collectivement nous vous protégeons. Aidez-nous maintenant à bâtir des lendemains meilleurs. Mettez à profit votre expérience, votre sagesse, votre argent et votre temps pour faire perdurer les liens intergénérationnels raccommodés ces deux derniers mois et atténuer les conséquences économiques de la crise sanitaire. Aidez-nous aussi à préserver nos libertés.

Abandonnons le «vous» du doigt accusateur. Ne gardons qu’un grand «nous» fait de multiples «je» responsables et soucieux des autres. Prenons soin de nous!

 

 


A lire aussi: toutes les «Lettres à nos aînés»

Ces lettres sont lues dans l’émission de la RTS «Porte-Plume» diffusée du lundi au vendredi de 11 heures à 11 h 30. Une opération en partenariat avec «Le Nouvelliste», «Le Quotidien jurassien», «Le Journal du Jura», «La Liberté», «La Côte» et le mensuel «Générations».


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SolidaritéLe comédien Robert Sandoz écrit à nos aînésLe comédien Robert Sandoz écrit à nos aînés

SolidaritéL’animateur et humoriste Vincent Veillon écrit à nos aînésL’animateur et humoriste Vincent Veillon écrit à nos aînés

SolidaritéLe journaliste Nicolas Willemin écrit à nos aînésLe journaliste Nicolas Willemin écrit à nos aînés

Top