Coronavirus
 19.03.2020, 14:12

«Better Call Saul», série en mode majeur pour un avocat marron

chargement
Bob Odenkirk, alias Jimmy McGill, dans la saison 5 de "Breaking Bad".

Petit écran Dérivée de «Breaking Bad», série mythique s’il en est, «Better Call Saul» revient sur les antécédents de l’un de ses personnages secondaires.

On le sait, les séries sont chronophages. Par les temps qui courent, ce défaut pourrait bien devenir une qualité. Partant, enhardissons-nous à vous recommander vivement «Better Call Saul» («Mieux vaut appeler Saul»), dont Netflix diffuse actuellement la cinquième saison, à raison d’un épisode hebdomadaire, tout en permettant de (re)découvrir l’ensemble de la série.

Pour les non-initiés, précisons qu’il s’agit d’un «spin-off» (littéralement: produit dérivé) de «Breaking Bad» (2008-2013), véritable monument du genre. Pour mémoire, cette saga très noire, située à Albuquerque, Nouveau-Mexique, racontait la dérive irrésistible de Walter «Walt» White, simple et brave prof de chimie qui, au gré de soixante-deux épisodes plus surprenants les uns que les autres, se métamorphosait en baron de la drogue impitoyable.

Justice rapide

Au cours de la deuxième saison de «Breaking Bad», faisait son apparition un personnage haut en couleur et doté d’un bagout phénoménal: Saul Goodman, avocat véreux au service de Walter White, dont la carte de visite porte l’indication «Justice rapide».

Pour échapper à la dépression «post-partum» qui le guettait après l’achèvement de sa série cultissime, Vince Gilligan a appelé à la rescousse son collaborateur de longue date, Peter Gould, justement en charge du développement de ce personnage à très fort potentiel dramaturgique.

Ensemble, Gilligan et Gould ont alors écrit «Better Call Saul» qui revient sur le passé de Saul Goodman, à une époque où il s’appelait encore James McGill, avocaillon méprisé par la profession friquée, commis d’office à la défense de prévenus illustrant toute la misère du monde. Partant, ils narrent comment McGill va devenir peu à peu un homme de loi plein de panache, mais complètement marron, des pieds à la tête.

Flash-forward en ouverture

Avec leur audace coutumière, ce formidable duo de scénaristes ouvre chaque saison par un flash-forward. Ce saut en avant dans le futur nous fait découvrir le sieur McGill/Goodman devenu un vendeur sans superbe. Apeuré à l’idée d’être retrouvé, il officie tremblant à l’étal d’une pâtisserie anonyme du Nebraska, où la justice l’a relégué sous une nouvelle identité (Gene Takovic), en récompense de sa collaboration.

Un personnage fascinant

D’épisode en épisode, James McGill devient un personnage fascinant et très complexe, qui évolue toujours sur le fil du rasoir, partagé par la volonté sincère de faire le bien et un désir de puissance contradictoire. En marchandage permanent avec lui-même, l’avocat fait des choix toujours plus risqués.

Au summum de leur science scénaristique, ses deux créateurs racontent ainsi son ascension ô combien volubile, développant avec une virtuosité incroyable et un humour pince-sans-rire ce que les spécialistes appellent des arcs narratifs, petits (couvrant un épisode) et grands (courant sur toute la saison).

Peu à peu, certains des (pires) protagonistes de «Breaking Bad» réapparaissent, transformant insidieusement le spin-off en préquelle (terme qui désigne une série ou un film dont l’histoire est antérieure à celle de l’œuvre originale).

Avec McGill, le formidable Bob Odendirk, commis jusque-là à des prestations de seconde zone, tient là sans doute le rôle de sa vie. Son irruption sur le devant de la scène entre en résonance de façon très émouvante avec son personnage. Surgit alors une émotion palpable, qui manquait à «Breaking Bad», parfois un peu trop versée dans la démonstration.

L’INFO SOLIDAIRE PAR L’ÉQUIPE D’«ARCINFO»
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction d’«ArcInfo» est mobilisée afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi de proposer en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Elle est produite par nos journalistes et nos photographes avec passion et engagement. Si vous souhaitez nous soutenir, vous trouverez plus d’informations sur nos abonnements en cliquant ici.

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

RetourCinéma: Netflix annonce la sortie d’un film dérivé de la série «Breaking Bad» en octobreCinéma: Netflix annonce la sortie d’un film dérivé de la série «Breaking Bad» en octobre

Bon plan«Westworld», un nouveau parc d’attractions à visiter«Westworld», un nouveau parc d’attractions à visiter

Top