Chroniques du changement
 07.03.2018, 16:49

"Café journalistique": quand la presse locale se réinvente

chargement
De gauche à droite: Jacques Trentesaux, Jean-Marie Charon et Damien Allemand. A Neuchâtel, le 6 mars, au Café journalistique organisé par ArcInfo et l'AJM.

Médias Journalisme utile, valeur ajoutée, communauté... Retour sur les pistes évoquées mardi 6 mars lors du premier Café journalistique coorganisé par Arcinfo.

ArcInfo organisait mardi 6 mars, avec l'AJM, son premier Café journalistique sur le thème de la nécessaire réinvention des médias locaux à l'heure du numérique. Le débat s'est notamment focalisé sur les rapports qu'entretiennent les journalistes de presse locale avec leurs lecteurs.

>> Découvrez ci-dessous, en vidéo, les réflexions de nos trois invités Damien Allemand (Nice-Matin), Jacques Trentesaux (Mediacités) et Jean-Marie Charon (sociologue des médias)

La presse locale résiste mieux hors des villes

Fin connaisseur des évolutions de la presse, Jean-Marie Charon (photo) a insisté sur la notion de gratuité de l'information qui s'est vite imposée sur Internet, défendue par le monde universitaire. Dans cet environnement, observe-t-il, "on n'a jamais réussi à imposer un modèle entièrement payant pour la presse locale, à la différence d’autres médias".

Il pointe aussi le clivage entre urbains et ruraux: si la presse locale s'effondre dans les grandes villes (où elle est parfois attaquée par des "pure-players"), elle se porte encore bien ailleurs. Et il rappelle que pour faire de l'information locale, il faut beaucoup de journalistes sur le terrain. Et que cette contrainte n'a pas que des avantages, car "au siège, où il faut concevoir de l'information à valeur ajoutée, les journalistes ne sont pas si nombreux, ce qui explique que certains se tournent vers des start-up", par exemple pour proposer une édition spéciale au jeune public.

"Journalisme de solutions", ou "journalisme utile"

Responsable digital du groupe Nice-Matin, Damien Allemand (photo) prône quant à lui un "journalisme utile" (à ses lecteurs), un terme qu'il préfère à la notion de "journalisme de solutions".

"On s'est dit: et si on donnait les clés aux lecteurs, pour qu’ils décident ce qu’il y aura dans le journal?", raconte-t-il. Résultat: la rédaction "pitche" régulièrement trois sujets dans une newsletter, et les lecteurs abonnés votent pour un sujet qui sera publié dans l'espace "Solutions".

"On a eu des surprises: souvent ce n'est pas le sujet attendu par la rédaction qui est retenu. C'est à la demande des lecteurs qu'on a fait une série sur les protections possibles contre les ondes électromagnétiques, qui a très bien marché", explique-t-il.

Et il précise que le "journalisme utile" n'est pas un journalisme qui se contenterait de bonnes nouvelles: "Parler des solutions n’empêche pas d'évoquer les problèmes".

Avec son équipe, il multiplie aussi les rencontres avec les abonnés, pour des débats mais aussi à d'autres occasions, comme des cours de cuisine. Il rappelle toutefois que s'il faut savoir être à l'écoute des lecteurs, le journaliste doit garder la main sur la réalisation des contenus, car c'est bien lui le pro, et qu'il n'est pas utile d'échanger avec les lecteurs pour tout, tout le temps.

Le numérique, une chance pour réinventer le journalisme

"Beaucoup de journalistes tentent de réinventer leur métier, et c’est beau à voir", observe Jacques Trentesaux (photo), co-fondateur du média d'investigation multi-villes français Mediacités. Le numérique permet de "toucher la terre entière avec relativement peu d’argent", note-t-il. "Mais il bouleverse aussi le rapport au lecteur: le journaliste n'est plus dans le rôle du sachant qui diffuse son savoir, il entre dans la mêlée, il doit s’intégrer à la communauté de lecteurs".

Reste que dans le monde numérique, il n'est pas facile pour un média de capter l'attention du public. "On n’est pas aussi addictif que Candy Crush, et en plus, on a le culot de vouloir vous faire payer!", résume Jacques Trentesaux.

Il faut donc un raisonnement marketing concernant l'éditorial. "Qu’est-ce qu’on vend? De l’info, bien sûr, mais aussi des valeurs. Pour Médiacités, il s'agit de valeurs démocratiques, il y a une dimension militante, note-t-il. Faire partie d’une communauté a aussi un prix."

Photos: Lucas Vuitel.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Canton de NeuchâtelLa vérité du terroirLa vérité du terroir

Canton de NeuchâtelTant de tabous à leverTant de tabous à lever

Café journalistiqueCafé journalistique : quelle information locale à l’heure du numérique ?Café journalistique : quelle information locale à l’heure du numérique ?

DivertissementLe retour du grand mots croisés... le samedi!Le retour du grand mots croisés... le samedi!

NOUVEL ARCINFOVous nous interpellez, nous vous répondonsVous nous interpellez, nous vous répondons

Top