Capa'cité
 10.09.2018, 16:59

Les métiers de la santé et du social mieux reconnus que par le passé

chargement
Poser un cathéter sur un mannequin, une expérience à tenter au quartier Santé-social de Capa'cité.

CONTENU PARTENAIRE Bien plus que lors des précédentes éditions, les métiers de la santé et du social suscitent l’intérêt des jeunes visiteurs de Capa’cité. Une meilleure reconnaissance et des possibilités d’évolution ultérieures expliquent peut-être ce succès.

«La société civile accorde enfin aux métiers de la santé et du social la place qu’ils méritent », se réjouit Sébastien Delage, responsable du quartier santé-social à Capa’cité. Au fil des dernières décennies, ces professions ont en effet démontré leur utilité sur la société en général. « Elles forment un tissu qui permet d’assister les citoyens tout au long de la vie et leur garantir de vivre en indépendance. Ces professions permettent de faire de la prévention. A ceux qui disent que le social coûte cher, je réponds que ce qu’on investit maintenant évitera à la collectivité des coûts bien supérieurs plus tard ».

Intérêt marqué

Peut-être que les jeunes sont particulièrement sensibles à ce discours. « Ils montrent une grande attirance pour nos métiers. On observe bien plus d’intérêt que durant les précédentes éditions de Capa’cité », analyse encore Sébastien Delage, qui remarque que leurs parents les poussent aussi dans ces carrières. « Ils ont aussi compris que, plus que dans d’autres domaines, ces métiers proposent de nombreuses évolutions ultérieures, spécialisations ou ouvertures ».

Une suite au CFC

C’est pourquoi le quartier santé-social présente non seulement des formations de base, mais aussi des formations supérieures (diplômes, brevets, HES, etc…) qui permettent de donner une suite au CFC. Ce sont au total 21 métiers qui sont présentés et représentent un panel très large. Avec quelques nouveautés. Comme par exemple les Assistant(e)s socio-éducatif(ve)s. La formation est reconnue depuis une dizaine d’années, mais elle a pris de l’essor, forme environ 180 diplômés par année et, tout récemment, a constitué son association professionnelle qui tient un stand à Capa’cité.
En tout, ce sont 21 métiers (formations de base, supérieure et HES) qui sont présentés sous la tente de la place Alexis-Marie Piaget, aux titres aussi divers qu’aide en soins et accompagnements (AFP), assistant(e)s en soins communautaires, podologue, ambulancier(e), physiothérapeute, etc. /AMO
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CONTENU PARTENAIRECapa’cité 2018 s’achève et pense déjà à l’édition de 2020 à La Chaux-de-FondsCapa’cité 2018 s’achève et pense déjà à l’édition de 2020 à La Chaux-de-Fonds

CONTENU PARTENAIREA Capa’cité, 1000 formateurs ont accueilli les visiteursA Capa’cité, 1000 formateurs ont accueilli les visiteurs

CONTENU PARTENAIRE« Mon métier est toujours en train d’évoluer »« Mon métier est toujours en train d’évoluer »

CONTENU PARTENAIRECapa’cité fait la cour aux gourmandsCapa’cité fait la cour aux gourmands

CONTENU PARTENAIREEn classe à Capa’cité, pour se confronter à l’avenirEn classe à Capa’cité, pour se confronter à l’avenir

Top