Capa'cité
  11.09.2018, 16:03

En classe à Capa’cité, pour se confronter à l’avenir

chargement
La classe de Nicolas Bovet en visite au secteur vert de Capa'cité.

CONTENU PARTENAIRE Ce sont 4500 élèves du canton qui défilent à Capa’cité jusqu’à mercredi. L’occasion de découvrir 200 métiers, et surtout de prendre conscience de certaines réalités.

Des groupes d’ados qui défilent à longueur de journée dans le centre-ville de Neuchâtel, c’est surtout ça, Capa’cité. Le salon des métiers neuchâtelois est visité par toutes les classes de 10e et 11e Harmos du canton. Au bas mot, 4500 élèves qui passent devant les stands des six quartiers durant six jours.

Ce matin-là, c’est la classe de 10e Harmos de Nicolas Bovet, du collège Jehan-Droz au Locle, qui a fait le déplacement. Au quartier vert, une partie des élèves écoutent un forestier-bûcheron parler de son métier. Après cela, les écoliers visiteront le reste du quartier à leur guise avant de repartir sur un autre secteur. Tout est précisément minuté. « C’est vraiment bien, ce Capa’cité. Les élèves apprécient. Ils peuvent voir, essayer. Pour eux, c’est le moment de commencer à regarder l’avenir. Certains ont déjà des idées de ce qu’ils veulent faire plus tard », explique l’enseignant.

L’info à source

C’est le cas d’Aurélie : « Je suis intéressée soit par le travail dans un fitness, soit par l’intendance dans les homes.  En venant ici, j’ai pu avoir des réponses aux questions que je me posais. Je suis contente ». Alex, lui, ne sait pas encore trop quoi faire plus tard. « Mais ici, c’est bien. On découvre des métiers qu’on ne connaissait pas. Il y a une bonne ambiance. Moi, je crois quand même que je ferais bien prof de gym ! »

L’angoisse de l’avenir

Si les jeunes ont obtenu des informations sur les métiers, ils ont surtout eu l’occasion de prendre conscience de certaines dures réalités. Notamment que, dans quelques mois, ils devront quitter l’école secondaire pour partir vers un futur qu’ils doivent encore se choisir. Et ça, ça fait peur. « J’ai de la peine à m’imaginer sortir de l’école et de commencer directement un métier. Cette autonomie, ça fait peur », reconnaît Oscar. Quant à sa camarade Annaé, qui aimerait travailler dans un zoo, elle s’exclame : « Quand on se rend compte que c’est pour bientôt, ça nous fait grandir d’un coup ! » /AMO
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

CONTENU PARTENAIRECapa’cité 2018 s’achève et pense déjà à l’édition de 2020 à La Chaux-de-FondsCapa’cité 2018 s’achève et pense déjà à l’édition de 2020 à La Chaux-de-Fonds

CONTENU PARTENAIREA Capa’cité, 1000 formateurs ont accueilli les visiteursA Capa’cité, 1000 formateurs ont accueilli les visiteurs

CONTENU PARTENAIRE« Mon métier est toujours en train d’évoluer »« Mon métier est toujours en train d’évoluer »

CONTENU PARTENAIRECapa’cité fait la cour aux gourmandsCapa’cité fait la cour aux gourmands

CONTENU PARTENAIREFleuriste, pour combiner nature et contact avec les gensFleuriste, pour combiner nature et contact avec les gens

Top