Une frontalière raconte la vie au camping du Locle: «C’est les vacances toute l’année»

chargement

Série d’été Monique et son époux résident six mois par année au camping La Belle Verte. Ce couple, qui travaille au Locle et habite en France voisine, a fait ce choix pour éviter de longs trajets.

 04.08.2021, 11:04
Pour Monique, l'atout de La Belle Verte est son emplacement: un dépaysement total à cinq minutes du centre-ville.

Après plus de vingt ans, Monique et Philippe ont fait leur come-back au camping du Locle en 2018. «On connaît bien cet endroit, car à l’époque, on venait déjà avec nos enfants», se souvient cette ancienne Locloise, qui vit désormais en France voisine avec son époux.

A lire aussi : Cap à 1000 mètres d’altitude au camping du Locle, sous le signe de la «simplicité »

Pour le couple, qui travaille toujours dans la Mère-Commune, les déplacements en auto ont commencé à être pénibles. Monique et Philippe ont ainsi décidé de s’installer six mois par année à La Belle Verte, sur les hauts de la ville.

On n’a pas les mêmes contraintes qu’à la maison, le ménage est vite fait.
Monique, résidente au camping du Locle

«C’est la quatrième année qu’on loue un emplacement d’avril à fin octobre. Ça nous évite de longs trajets. On n’est plus tout jeunes, ça devient compliqué de conduire tous les jours», confie la campeuse. A sa connaissance, ils sont les seuls frontaliers à résider à la saison au camping.

«En pleine nature»

«Ce que je préfère à La Belle Verte, c’est son emplacement qui offre un dépaysement total. A cinq minutes en voiture du centre-ville, on se retrouve en pleine nature», jubile Monique. «La vie au camping, c’est les vacances toute l’année. Quand on finit le travail, on n’a pas les mêmes contraintes qu’à la maison, le ménage est vite fait», sourit-elle.

Monique et Philippe continueront de vivre au camping jusqu’à l’âge de la retraite. «J’arrête de travailler en octobre prochain, et mon mari, dans deux ans. Ensuite, on vendra notre vieille caravane», note-t-elle.

A lire aussi : Fidèles au camping du Locle depuis 37 ans: «On s’y plaît comme au premier jour»

Monique et son mari quitteront le camping quand ils prendront leur retraite. Photo: Antonella Fracasso


À lire aussi...

Série d’étéLe camping de Saignelégier, un véritable retour à la natureLe camping de Saignelégier, un véritable retour à la nature

Série d’étéAu camping des Brenets, «la terrasse No 8, c’est la famille!»Au camping des Brenets, «la terrasse No 8, c’est la famille!»

Série d’étéLe Landeron: les pieds dans l’eau, au camping des PêchesLe Landeron: les pieds dans l’eau, au camping des Pêches

Série d’étéCamping de Cortaillod: sa simplicité séduit les gens de passageCamping de Cortaillod: sa simplicité séduit les gens de passage

Série d’été«Le camping de Cortaillod, je m’y plais depuis presque 60 ans!»«Le camping de Cortaillod, je m’y plais depuis presque 60 ans!»

Top