11.12.2020, 12:00
Lecture: 16min

Covid-19: sale temps pour les Neuchâtelois qui rêvaient de séjour linguistique

Premium
chargement
Malgré la pandémie, quelques rares étudiants de l'Université de Neuchâtel ont maintenu leur échange avec une université étrangère. C'est le cas de Tibor, qui effectue un semestre de mobilité à Naples.

20 ans en 2020 Adieu voyages, rencontres et découvertes. Près de 75% des séjours linguistiques planifiés par les Neuchâtelois sont tombés à l’eau en raison du Covid-19. Certains étudiants ont tout de même osé. Mais la majorité a renoncé. Quelles alternatives? Notre dossier.

Ils rêvaient de partir à l’étranger, d’apprendre une nouvelle langue, de s’enrichir d’une autre culture: mais la pandémie de Covid-19 a empêché de nombreux jeunes Neuchâtelois de réaliser leur projet de séjour linguistique.

Certains ont tout de même franchi les frontières et bravé la crise (lire l’encadré), mais d’autres ont renoncé. «Je me sens frustrée et déçue», témoigne Aurelia Kraus, étudiante en...

À lire aussi...

20 ans en 2020Neuchâtel: ils ont fait la noce cette année… ou pasNeuchâtel: ils ont fait la noce cette année… ou pas

20 ans en 2020«Il serait dommage que tous les efforts consentis jusqu’à ce jour soient oubliés le 31 décembre»«Il serait dommage que tous les efforts consentis jusqu’à ce jour soient oubliés le 31 décembre»

20 ans en 2020«Je suis éblouie par la maturité sexuelle des jeunes»«Je suis éblouie par la maturité sexuelle des jeunes»

20 ans en 2020Oui, la politique intéresse les jeunes SuissesOui, la politique intéresse les jeunes Suisses

20 ans en 2020Les jeunes Neuchâtelois sont-ils vraiment désengagés?Les jeunes Neuchâtelois sont-ils vraiment désengagés?

Top