Réservé aux abonnés

Des adieux primesautiers et profonds

Sous ses fausses allures de vaudeville, le dernier film d'Alain Resnais est une ronde cruelle dictée par l'amour et la mort.
26 mars 2014, 00:01
data_art_7913335.jpg

Le titre de l'ultime film d'Alain Resnais aurait fait une fort jolie épitaphe. Ce condensé de jouissances terrestres est cependant à prendre avec un certain recul, quand on sait toute l'ironie joueuse dont pouvait faire preuve ce cinéaste majeur qui disait à juste titre "faire des documentaires sur l'imaginaire" . Disparu à l'âge de 91 ans le 1er mars dernier, Resnais a ajouté in extremis un nouveau joyau brillant d'étrangeté à son oeuvre comptant une kyrielle de chefs-d'oeuvre qui...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois