Vote contre la grève

Les salariés du quotidien français «Libération» ont décidé hier de lever le préavis de grève contre un plan social prévoyant 76 suppressions de postes. Le journal fondé en 1973 par Jean-Paul Sartre traverse une crise sans précédent.
01 août 2015, 23:30

Les salariés étaient appelés à voter pour décider s'ils maintenaient ou levaient le préavis de grève reconductible déposé pour hier afin de protester contre un plan social prévoyant 76 suppressions de postes sur 276, dont 40 à la rédaction. Sur 324 inscrits, 267 ont participé au vote. 154 salariés se sont prononcés contre la grève, tandis que 104 ont voté en sa faveur. Il y a eu huit votes blancs et un nul, a-t-on appris auprès de la rédaction.

Avant le vote, le nouveau PDG de «Libé», Laurent Joffrin, avait écrit aux salariés pour leur demander de l'«aider» à sauver le journal. «Selon que vous déciderez ou non la grève, le risque d'un dépôt de bilan décuplera ou bien le salut restera possible», écrivait-il.

L'homme d'affaires Edouard de Rothschild, qui détient 38,8% du capital, et la Société civile des personnels de «Libération» (18,4%) sont engagés depuis la fin septembre dans un bras de fer sur les moyens de sortir de l'ornière le quotidien. «Libération» va perdre cette année environ 12 millions d'euros (18 millions de francs). / ats-afp