Une intégrale controversée

Le label néerlandais Brilliant Classics a frappé un grand coup pour l'«année Mozart», né il y a 250 ans. Il a publié une intégrale dans un coffret de 170 CD vendu à moins de 100 euros (environ 150 francs). C'est le succès, mais la démarche commerciale ne fait pas l'unanimité.

18 janv. 2006, 12:00

Sortie fin septembre dans un coffret rouge et or, cette intégrale propose plus de 10.000 minutes de musique. En France, il s'en est déjà vendu 70.000 exemplaires, résultat rare dans un secteur classique dont le poids commercial est marginal (5% du marché national du disque).

Le prix de la rondelle?

Pour réaliser à moindres frais ce projet, Brilliant Classics a réédité des enregistrements rentabilisés depuis longtemps, ou alors a fait appel à des artistes souvent jeunes ou peu connus. Le label a de plus rogné sur les coûts en livrant un travail éditorial minimaliste: pas de notices sur papier.

Plutôt bien accueillie par la critique, cette intégrale n'a cependant pas fait l'unanimité. Dans une tribune publiée par «Le Monde» fin décembre, et cosignée par une vingtaine d'artistes, Patrick Zelnik (PDG de Naïve) et Louis Bricard (fondateur du label Auvidis) ont regretté qu'on ait «donné à croire aux acheteurs que la valeur d'un disque était celle de la rondelle du CD».

Le distributeur de cette «intégrale Mozart» n'a pas tardé à répliquer, dans les mêmes colonnes. «Si la solution aux problèmes du disque classique consistait à le rendre obligatoirement cher, ce serait une nouvelle géniale», a ironisé Yves Riesel, fondateur d'Abeille Musique, avant de prôner «l'innovation, à la fois artistique et commerciale». / ats-afp