Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un film contre le porno

Avec un film d'animation ahurissant, fauché et violent, un réalisateur danois de 33 ans part en croisade contre l'industrie pornographique. Ce long métrage intitulé «Princess» a lancé la Quinzaine des réalisateurs jeudi soir à Cannes. «Ce film nous a beaucoup plu par sa forme un peu révolutionnaire. Il nous a choqués, surpris et énormément émus», a expliqué à Olivier Père, délégué général de la Quinzaine, une des sections parallèles du Festival de Cannes.

20 mai 2006, 12:00
Un budget fauché

«Princess» trace le portrait d'une fillette de cinq ans dont la mère est une actrice de pornos. Son oncle, un prêtre aveuglé de colère et de culpabilité entreprend de venger la fillette et sa mère décédée. Sa croisade finit dans un bain de sang. Produit par Zentropa GRRRR, la société du réalisateur danois culte Lars Von Trier, ce film d'animation se paie le luxe d'insérer de la vidéo mais aussi de la pellicule traditionnelle de cinéma.

«Nous devons mélanger les façons de raconter une histoire, et l'animation est une des possibilités», dit le réalisateur Anders Morgenthaler. L'animation permet à Anders Morgenthaler de faire passer son message avec un budget de fauché: 1,2 million d'euros soit 100 fois moins que le «Da Vinci Code». Anders Morgenthaler ne décolère pas contre la «pornification du monde». / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias