Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Pilule facile à avaler

22 juin 2011, 11:33

Nouveau succès au box-office US, «Limitless» de Neil Burger est basé sur un fantasme: qui n'a pas rêvé de tout apprendre instantanément grâce à une pilule miracle?

A peine la première avalée, un écrivain new-yorkais alcoolique et dépressif nommé Eddie Morra découvre le nirvana. L'angoisse de la page blanche disparaît et Eddie écrit son premier roman en quelques heures! Désormais aussi doué que séducteur, il culbute tout ce qui bouge, avant de se mettre à boursicoter en gobant à haute dose ses précieux cachets, qui ne tardent pas à susciter la convoitise. Poursuivi par un mystérieux tueur et une bande de mafieux, le surhomme envoie tout le monde au tapis. Mais la drogue a des effets secondaires et voilà le héros devenu millionnaire accusé d'un crime sexuel dans un hôtel de luxe…

Montrant l'ascension fulgurante d'un paumé de Chinatown vers la Maison blanche, «Limitless» est un thriller où, grâce aux médocs, gloire et fortune sourient à n'importe quel pékin. Sans foi ni loi et sans limite, Neil Burger ferait-il ainsi de façon politiquement incorrecte l'apologie d'une autre drogue, en poudre celle-là, faussement réputée pour ses vertus psychiques et ses performances physiques? Peut-être bien et il y avait là matière à un bon film! «Limitless» pèche hélas par la forme. Outre les nombreuses lacunes scénaristiques dévolues à ce genre de production, ce film se révèle bien trop proche de la série télé, entre «24 heures chrono» et «Californication». Multipliant les zooms dans les rues de New York et les séquences clips, la narration est plombée par une voix-off omniprésente. En résulte un film un poil amoral et divertissant, mais dont la mise en scène finit par lasser.

Neil Burger
Avec Bradley Cooper, Robert De Niro, Abbie Cornish…

Votre publicité ici avec IMPACT_medias