Réservé aux abonnés

"Moi, je dois juste faire et non observer"

Aujourd'hui établie à Berlin, la Suissesse la plus reconnue internationalement sort ce vendredi "Supermoon", cinquième album studio d'une beauté intemporelle.

20 avr. 2015, 00:01
data_art_9043583.jpg

Jean-François Albelda

Le lien à l'autre, l'appartenance et la distance... Au fil de ses disques, ces thèmes apparaissent comme des lignes rouges dans le parcours créatif de Sophie Hunger. La Suissesse la plus en vue de la planète musique les exprimait déjà sur la pochette de l'album "1983", inspirée par un autoportrait de l'artiste autrichienne Maria Lassnig, et sur "The Danger Of Light", son précédent opus. Pour trouver la matière de "Supermoon", Sophie Hunger a dû, justement, prendre de la distance avec la vie d'artiste qu'elle menait à raison de près de 200 dates de concerts par an. Partir....

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois