Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Henri Salvador enregistre à Rio

Le chanteur compositeur français Henri Salvador, âgé de 88 ans, enregistre un nouveau disque à Rio de Janeiro, au Brésil, où il a vécu au début des années 1940. Cet opus devrait sortir en octobre.

29 avr. 2006, 12:00

«C'est un vieux rêve qui commence à se réaliser, le Brésil est très lié à ma vie et à la meilleure musique du monde», a déclaré Henri Salvador jeudi dans le quotidien «O Globo». Ce disque brésilien a commencé à naître il y a un an après une présentation du trio de cordes de Jaques Morelenbaum à Paris.

Henri Salvador est alors allé trouver Jacques Morelenbaum dans sa loge et lui a demandé de faire les arrangements de son nouveau disque. Tous deux ont conclu que l'idéal serait d'enregistrer au Brésil avec des musiciens brésiliens.

Musique pour rester jeune

Dans l'interview à «Globo», Henri Salvador affirme que la musique est une compagnie constante et l'une des raisons pour garder une bonne disposition et l'esprit jeune. La voix encore sûre est due, selon lui, à beaucoup de discipline et à sa passion pour Frank Sinatra et Nat King Cole avec qui «il a beaucoup appris en écoutant les disques». Il fait du yoga et compose tous les jours.

Débarqué au Brésil au début des années 1940 avec l'orchestre de Ray Ventura, Henri Salvador a ensuite chanté au casino de Urca et également au Copacabana Palace. Il a passé quatre ans à Rio, durant lesquels il a écouté beaucoup de samba, connu le chanteur bahiannais Dorival Caymmi et assisté au lancement du célèbre «Aquarela do Brasil» d'Ary Barroso.

Source d'inspiration

Sa chanson «Dans mon île», lancée à la fin des années 1940 a influencé les jeunes compositeurs de la Bossa-Nova. Pour Tom Jobim, elle a représenté l'une sources d'inspiration pour la révolution formelle de la bossa-nova.

«Entendre cette histoire de la bouche de musiciens brésiliens, en novembre dernier à Brasilia où j'ai reçu un hommage, m'a fait très plaisir», souligne Henri Salvador qui, la semaine dernière, a enregistré en duo avec Caetano Veloso un autre de ses succès «Cherchez la rose».

Cette composition de Salvador et Rouzard, qui connut le succès avec Marlène Dietrich, est l'une des seules reprises avec la version de George Moustaki de «Eu sei que vou te amar» (Tom Jobim et Vinicius de Morais). Toutes les autres chansons sont inédites. / ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias