Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Envoûtés par la voix de l'ange

31 mars 2011, 11:55

CRITIQUE - PAR FABRICE DUCLOS

L'ensemble La Sestina, spécialisé dans la musique polyphonique de la Renaissance, a été créé en 1999 par le claveciniste et musicologue Adriano Giardina. Après avoir consacré deux premiers enregistrements à Josquin Desprez et à Tomás Luis de Victoria, le groupe vocal neuchâtelois vient de sortir chez Deutsche Harmonia Mundi son nouvel opus dédié à Francisco Guerrero (1528-1599), maître de l'école andalouse du 16e siècle.

Des quelque cent cinquante pièces sacrées et profanes du compositeur espagnol, La Sestina a sélectionné des ½uvres a capella pour voix aiguës, c'est-à-dire écrites pour sopranos, altos et ténors: quatre motets, une série de «canciones» et de «villanescas», et surtout la «Missa L'homme armé» qui n'avait jusqu'à maintenant donné lieu à aucun enregistrement.

L'exécution de ces partitions démontre la maîtrise vocale des musiciens: sobriété de l'interprétation, richesse et précision des différents registres, attention portée à la langue espagnole, habileté dans la conduite contrapuntique. Ainsi ressort à l'écoute la pureté des lignes musicales que nous pouvons suivre et apprécier même lorsqu'elles s'entrecroisent ou fusionnent. D'une angélique beauté.

L'enregistrement a eu lieu en 2009 à l'église réformée de Seon (AR). La qualité de la prise de son, toujours claire et équilibrée, contribue à faire de ce disque une totale réussite qui ravira autant les spécialistes, les amateurs que les interprètes de musique vocale.

Ensemble La Sestina, «Franceso Guerreo. The Angel's Voice», Deutsche Harmonia Mundi

Votre publicité ici avec IMPACT_medias