Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ame corse au cœur de la jeunesse d'ici

29 mai 2010, 08:10

CRITIQUE

Une quarantaine de Neuchâtelois et Neuchâteloises de 18 ans chantant de tout leur cœur les musiques traditionnelles italiennes et corses? C'est ce qu'a rendu possible l'enthousiasme de Georges-Alain Schertenleib, secondé par l'un des meilleurs groupes de l'île de Beauté, A Cumpagnia.

Le chef du chœur des étudiants de la HEP-Bejune, fasciné par ce répertoire depuis des années, a en effet sollicité ce groupe mythique pour alterner avec ses ardents choristes et les aider à approcher en une brève immersion les sources de la musique traditionnelle.

Le résultat au temple de Saint-Aubin, parrainé par le Festival Voix Lactées, est à la hauteur de ce défi un peu fou. Dans la première partie, les étudiants chantent seuls en italien et en corse et l'on a plaisir à découvrir la cohésion et la joie du groupe, le travail en profondeur d'assimilation de données traditionnelles qui nous sont devenues étrangères, comme ces jeunes filles qui chantent en une voix de poitrine éclatante ou ces apprentis solistes qui lancent avec audace et entrain les phrases musicales ornementées continuées par le groupe.

Ainsi les rares couacs que suscite ce «sport dangereux» sont assumés dans la bonne humeur et font partie de ce concert pleinement réussi. Puis A Cumpagnia, cinq chanteurs corses dont le nom fait rêver les amoureux du genre, nous enchante avec les merveilleux mélismes de leurs pièces profanes et sacrées, la profondeur et l'enracinement de leur art, le roulement de tonnerre provoqué par la perfection de leur quintes qui se résolvent en une pluie d'ornements rauques ou aériens.

Enfin, sans doute la partie la plus intéressante du concert: la Corse et la Suisse se retrouvent ensemble, les maîtres avec les élèves, les porteurs de la tradition et les néophytes plein de fraîcheur, en des pièces contemporaines composées par les musiciens du groupe et en particulier l'inspiré Jérôme Casalonga.

Là, les deux groupes alternent leurs strophes ou se mélangent de toutes sortes de manières en d'étranges et suaves harmonies, les jeunes transfigurés par la présence envoûtante des aînés. /atr

Votre publicité ici avec IMPACT_medias