Votre publicité ici avec IMPACT_medias

A Berne, le centre Paul Klee offre une immersion totale dans l'art

Tout est art au musée Paul Klee à Berne. Aussi bien l'architecture que les ?uvres exposées ou le parcours extérieur. Beaucoup de parents savent qu'un musée Paul Klee a ouvert ses portes à Berne, il y a quelques années. Cependant, le nombre de loisirs proposés leur fait remettre cette découverte.

13 août 2008, 12:00

A l'issue d'une visite, on ne peut que leur conseiller de programmer au plus vite une excursion dans la capitale de la Suisse. Le musée Paul Klee est une vraie merveille et on l'atteint facilement depuis la gare. L'accès mérite déjà le détour. Le bus numéro 12 traverse la vieille ville. De son siège, on aperçoit le Palais fédéral et aussi la célèbre horloge avant de parvenir à la fosse aux ours. Une halte de quelques minutes pour nourrir un plantigrade et on poursuit jusqu'à la limite de la cité.

Le centre culturel a été édifié dans la campagne et se présente sous forme de trois collines de verre et d'acier. L'architecte mondialement connu Renzo Piano a signé là une réalisation majeure, intégrée dans son écrin verdoyant. «Une fois la décision prise à partir du tout, il n'était plus simplement question d'un bâtiment mais d'un lieu; à partir de ce moment-là, on a commencé à voir le terrain comme une sculpture et à travailler le champ comme des paysans», a déclaré le bâtisseur.

Le ton était donné. Les familles se cultivent aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, en empruntant le parcours du chemin de la Spirale.

Cet été, l'exposition temporaire a justement joué sur cette imbrication entre la nature et l'intervention de l'homme. «Paul Klee au jardin des merveilles» regroupe 200 ?uvres de l'artiste à la création prolifique, puisqu'on lui attribue 10 000 réalisations. Paul Klee s'est passionné pour la diversité de la vie végétale. Son nom même appartient à cet univers et il a souvent utilisé le trèfle dans son existence.

Bien sûr, on n'imposera pas aux enfants un arrêt devant toutes les toiles, mais on suivra la méthode des guides. On choisira quelques tableaux et on les questionnera sur leurs impressions.

Pour profiter pleinement de cette immersion dans l'expression picturale, on osera demander aux plus jeunes de s'asseoir sur le parquet. On pourra également les intéresser grâce à un livret de questions et de dessins, malheureusement pas encore traduit en français.

Les gosses ne s'arrêteront pas au sous-sol, où l'accrochage «Le paradis perdu» détaille des catastrophes. Ils patienteront à la boutique proposant des souvenirs comme des boîtes pour confectionner des marionnettes du peintre.

Ou mieux, ils visiteront l'espace Creaviva. Ils laisseront leurs v?ux sur papier, une trace de leur passage, dans cet endroit magique consacré à un artiste qui les interpelle.

Ne s'est-il pas attaché d'abord au symbolisme de la ligne et de la couleur, avant de charger son graphisme d'un humour expressif et d'utiliser des coloris plus violents et plus purs? Un bonheur pour les jeunes, mais aussi pour les adultes. Dans une lettre, Paul Klee confiait: «Je suis d'humeur passionnée?» Les visiteurs itou. / CKE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias